LANGUE
En raison de la traduction la version française de la Revue de l'OTAN paraît en ligne une quinzaine de jours après la version anglaise
À PROPOS DE LA REVUE DE L'OTAN
PROCÉDURE DE SOUMISSION
DROITS D'AUTEUR
ÉQUIPE DE RÉDACTION
 RSS
ENVOYER CET ARTICLE À UN AMI
ABONNEZ-VOUS À LA REVUE DE L'OTAN
  
 

L’héritage laissé par les mines des talibans jette en pleine lumière une cruelle analogie : de la même manière que la très jeune démocratie afghane apprend à se tenir debout, certains très jeunes afghans apprennent à remarcher après les talibans. On voit ici des enfants qui ont perdu des membres à cause des mines terrestres des talibans s’entraîner à marcher avec leurs nouveaux membres artificiels.

© Wpn / Reporters

La construction de nouvelles routes est une grande priorité car elle doit permettre d’améliorer les communications, les relations, les échanges commerciaux et les services essentiels. Certains agriculteurs afghans ont même dit qu’ils pourraient arrêter la culture du pavot à opium et passer à la culture de rente puisque, grâce aux routes, les produits pourraient maintenant atteindre les marchés en état de fraîcheur. Réponse des talibans ? Ils tentent de faire sauter certaines de ces nouvelles routes.

© Reporters / Associated Press

Il faut que des messages efficaces, touchant une audience afghane, émanent de journalistes afghans efficaces. Mais ce n’est pas la profession la plus facile à exercer dans le pays. La Fédération internationale des journalistes a fait état, au début de cette année, d’informations reçues à propos de menaces et de harcèlement dont des journalistes ont été victimes, tant de la part des milices locales que de la part des autorités.

© Belga / AFP

Les « mollahs du message »: la sophistication des opérations médiatiques des talibans s’accroît considérablement chaque année. Ils disposent de moyens de présentation, de montage et de publication plus perfectionnés, et de techniciens qualifiés, en nombre toujours plus grand.

© Reporters / Associated Press

Celui qui s’en est allé… Le recours accru des talibans aux attentats-suicide constaté ces derniers temps porte la marque des influences djihadistes extérieures, les missions-suicide s’étant avérées relativement rares dans le pays auparavant. Les attentats de ce type se poursuivent, alors même que les autorités religieuses et tribales locales déclarent qu’ils ne sont conformes ni au code pachtoune ni au code islamique.

© Belga / AFP

Si les talibans consacrent une grande partie de leur temps au combat, cinétique et médiatique, ils ne font pas grand-chose pour la prochaine génération des Afghans. Or c’est un élément crucial dans un pays qui se situe toujours au deuxième rang mondial s’agissant du taux de mortalité infantile. Même pour les enfants qui survivent, l’espérance de vie n’est que de 43 ans.

© Belga / AFP

Ce que l’on peut voir derrière la grille de la burka. Voici ce que voyaient pratiquement toutes les femmes en Afghanistan jusqu’en 2001. Si le port de la burka existe toujours par endroits, il n’est plus imposé de manière brutale par les talibans, ce qui a libéré des millions de femmes afghanes, qui peuvent aussi avoir accès à beaucoup plus d’images.

© Reporters / Associated Press

L’héritage laissé par les mines des talibans jette en pleine lumière une cruelle analogie : de la même manière que la très jeune démocratie afghane apprend à se tenir debout, certains très jeunes afghans apprennent à remarcher après les talibans. On voit ici des enfants qui ont perdu des membres à cause des mines terrestres des talibans s’entraîner à marcher avec leurs nouveaux membres artificiels.

© Wpn / Reporters

La construction de nouvelles routes est une grande priorité car elle doit permettre d’améliorer les communications, les relations, les échanges commerciaux et les services essentiels. Certains agriculteurs afghans ont même dit qu’ils pourraient arrêter la culture du pavot à opium et passer à la culture de rente puisque, grâce aux routes, les produits pourraient maintenant atteindre les marchés en état de fraîcheur. Réponse des talibans ? Ils tentent de faire sauter certaines de ces nouvelles routes.

© Reporters / Associated Press

Il faut que des messages efficaces, touchant une audience afghane, émanent de journalistes afghans efficaces. Mais ce n’est pas la profession la plus facile à exercer dans le pays. La Fédération internationale des journalistes a fait état, au début de cette année, d’informations reçues à propos de menaces et de harcèlement dont des journalistes ont été victimes, tant de la part des milices locales que de la part des autorités.

© Belga / AFP

Les « mollahs du message »: la sophistication des opérations médiatiques des talibans s’accroît considérablement chaque année. Ils disposent de moyens de présentation, de montage et de publication plus perfectionnés, et de techniciens qualifiés, en nombre toujours plus grand.

© Reporters / Associated Press

Celui qui s’en est allé… Le recours accru des talibans aux attentats-suicide constaté ces derniers temps porte la marque des influences djihadistes extérieures, les missions-suicide s’étant avérées relativement rares dans le pays auparavant. Les attentats de ce type se poursuivent, alors même que les autorités religieuses et tribales locales déclarent qu’ils ne sont conformes ni au code pachtoune ni au code islamique.

© Belga / AFP

Si les talibans consacrent une grande partie de leur temps au combat, cinétique et médiatique, ils ne font pas grand-chose pour la prochaine génération des Afghans. Or c’est un élément crucial dans un pays qui se situe toujours au deuxième rang mondial s’agissant du taux de mortalité infantile. Même pour les enfants qui survivent, l’espérance de vie n’est que de 43 ans.

© Belga / AFP

Ce que l’on peut voir derrière la grille de la burka. Voici ce que voyaient pratiquement toutes les femmes en Afghanistan jusqu’en 2001. Si le port de la burka existe toujours par endroits, il n’est plus imposé de manière brutale par les talibans, ce qui a libéré des millions de femmes afghanes, qui peuvent aussi avoir accès à beaucoup plus d’images.

© Reporters / Associated Press

Partager ceci:    DiggIt   MySpace   Facebook   Delicious   Permalink