LANGUE
En raison de la traduction la version française de la Revue de l'OTAN paraît en ligne une quinzaine de jours après la version anglaise
Éditions précédentes
Calendrier 2008
Contributions
Dans le prochain numéro
À PROPOS DE LA REVUE DE L'OTAN
PROCÉDURE DE SOUMISSION
DROITS D'AUTEUR
ÉQUIPE DE RÉDACTION
 RSS
ABONNEZ-VOUS À LA REVUE DE L'OTAN
  
L’Afghanistan (Partie 1) : la problématique
Le vice-président de l’ “International Crisis Group”, Nick Grono, donne un aperçu général de la manière dont évolue la guerre médiatique menée par les talibans – et indique comment riposter.
Dans l’offensive médiatique menée par les talibans, il convient de relever autant ce qui n’est pas montré que ce qui l’est. Voici quelques exemples.
Tim Foxley analyse la campagne médiatique menée par les talibans et demande si l’on ne pourrait pas faire davantage pour riposter.
Si l’Afghanistan manque le coche des prochaines élections, il risque de laisser aussi passer ses chances de développement normal fait valoir Daoud Sultanzoy.
Marco Vincenzino fait valoir que si on laisse l’Afghanistan devenir la “guerre oubliée” des Occidentaux, on risque de perdre bien davantage qu’une simple guerre.

L’Afghanistan est un pays de contradictions extrêmes, et aujourd’hui la plus frappante d’entre elles est peut-être la stratégie médiatique à laquelle recourent les talibans.

Une organisation qui s’enorgueillit de reposer sur des valeurs “traditionnelles”, qui refuse la modernité et rejette de la manière la plus stricte la culture occidentale est en train de manipuler les technologies les plus récentes qui soient disponibles à l’échelle mondiale. L’utilisation qu’elle fait de la télévision, de la messagerie textuelle et d’Internet est maintenant connue de tous.

Mais la contradiction ne s’arrête pas là. C’est la même organisation qui menace par ailleurs de faire sauter les pylônes de téléphonie mobile si les opérateurs ne les désactivent pas lorsque les talibans l’ordonnent. Dans le présent numéro, nous verrons combien il importe, dans le cadre de la mission d’édification d’un État démocratique stable, que le message des médias passe bien en Afghanistan. Les questions abordées concernent notamment les raisons pour lesquelles les médias afghans ont un impact si limité, la manière dont les Occidentaux pourraient mieux démasquer les faiblesses médiatiques des talibans, et l’importance que revêtent dans les pays fournisseurs de troupes les messages des médias en provenance d’Afghanistan.

Nombreux sont ceux qui après avoir voyagé et travaillé en Afghanistan témoignent de la sagesse populaire afghane. Il semblerait que deux proverbes afghans soient particulièrement pertinents dans cette lutte médiatique.

Le premier, qui dit en substance que la patience est amère mais que ses fruits sont doux, peut être source de réconfort pour les forces démocratiques.

Le second, selon lequel l’honnêteté est la clé de la réussite, s’adresse peut-être davantage aux talibans.

Paul King