Relations avec la Suède

  • Mis à jour le: 19 Oct. 2018 15:17

L’OTAN et la Suède coopèrent activement dans le cadre d’opérations de paix et de sécurité et elles ont mis en place une coopération pratique dans de nombreux autres domaines. Une priorité importante à cet égard est de développer des capacités interopérables et de maintenir l'aptitude des forces armées suédoises à opérer avec celles des pays de l'OTAN et d’autres pays partenaires dans le cadre d'opérations multinationales de soutien de la paix.

NATO Secretary General Jens Stoltenberg and Swedish Defence minister Peter Hultqvist

Le ministre suédois de la Défense, Peter Hultqvist, et le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg (novembre 2014)

  • L’OTAN respecte pleinement la politique de non-alignement militaire que la Suède applique depuis longtemps.
  • La coopération a débuté en 1994, lorsque la Suède a rejoint le programme de partenariat pour la paix (PPP). En 1997, le pays est devenu membre du Conseil de partenariat euro­atlantique (forum de dialogue multilatéral qui réunit tous les Alliés et tous les pays partenaires de la zone euro-atlantique).
  • L’OTAN et la Suède définissent précisément les domaines de coopération et le calendrier d'exécution dans le programme individuel de partenariat et de coopération (IPCP) de la Suède, qui est approuvé par les deux parties tous les deux ans.
  • La Suède est l'un des partenaires les plus actifs de l'OTAN et elle apporte une contribution précieuse à la mission Resolute Support dirigée par l’OTAN en Afghanistan ainsi qu’à la coalition mondiale contre l'EIIL.
  • La Suède est l'un des cinq pays dénommés « partenaires “nouvelles opportunités”¹ » dans le cadre de l’initiative pour l'interopérabilité avec les partenaires qui contribuent de façon particulièrement significative aux opérations de l'OTAN et à d'autres objectifs de l’Alliance. Le pays se voit dès lors offrir davantage d'opportunités de dialogue et de coopération avec les Alliés.
  • Dans le contexte de sécurité actuel, caractérisé par les préoccupations grandissantes que suscitent les activités militaires et non militaires de la Russie, l'OTAN intensifie sa coopération avec ses partenaires que sont  la Suède et la Finlande, en mettant particulièrement l’accent sur le maintien de la sécurité dans la région de la Baltique. Cela se traduit par des consultations et un dialogue politique réguliers, des échanges d’informations sur la guerre hybride, la coordination des entraînements et des exercices, et la recherche d’une meilleure connaissance commune de la situation, le but étant de faire face aux menaces communes et de mettre en place des actions conjointes, si nécessaire. La Suède et la Finlande participent toutes les deux à la force de réaction de l'OTAN (NRF) renforcée dans un rôle complémentaire et sous réserve des décisions nationales. En outre, les deux partenaires ont signé un mémorandum d'entente sur le soutien du pays hôte, en vertu duquel chacun d’eux peut, moyennant également une décision nationale, fournir un soutien logistique aux forces alliées stationnées ou en transit sur son territoire pour les besoins d’un exercice ou en temps de crise.

Principaux domaines de coopération

La coopération entre la Suède et l’OTAN s’exerce au bénéfice des deux parties dans les domaines énumérés ci-après.

Renforcement des capacités et de l’interopérabilité

  • La Suède participe au processus de planification et d'examen (PARP) du PPP, qui aide le pays à développer ses capacités militaires et à renforcer l'interopérabilité de ses forces armées avec celles des Alliés et d’autres partenaires.
  • La Suède adhère au concept de capacités opérationnelles (OCC) de l’OTAN, qui fait appel à un programme d’évaluation et de retour d’information devant permettre le développement et la formation des forces terrestres, maritimes, aériennes ou des forces d’opérations spéciales des pays partenaires qui entendent se conformer aux normes de l’OTAN.
  • La Suède prend part à de nombreux exercices du PPP et participe également aux exercices Cyber Coalition de l'OTAN.
  • La Suède coopère avec plusieurs autres pays à la mise en place d'une force multinationale de réaction rapide pour les opérations de soutien de la paix dirigées par l’Union européenne (UE). Lorsqu’elles ne seront pas en alerte pour les besoins de l’UE, les unités suédoises de cette force seront disponibles pour des opérations dirigées par l'ONU ou par l’OTAN.
  • La Suède participe à deux initiatives dans le domaine du transport aérien stratégique : le programme pour la capacité de transport aérien stratégique (SAC) et la solution internationale pour le transport aérien stratégique (SALIS).
  • Le rôle de la Suède dans la formation des forces d’autres pays partenaires de l’OTAN est grandement apprécié par les Alliés. Le Centre international des forces armées suédoises (SWEDINT) organise des exercices et des entraînements ciblant en particulier l’aide humanitaire, les services de secours, les opérations de soutien de la paix, la préparation du secteur civil et le contrôle démocratique des forces armées.
  • La Suède entretient des liens étroits avec d’autres pays nordiques et elle participe à la Coopération nordique de défense (NORDEFCO), une initiative régionale de défense qui favorise la collaboration entre forces armées nordiques.

Soutien aux opérations et missions dirigées par l'OTAN

  • La première contribution de la Suède à une opération dirigée par l’OTAN remonte à 1995, lorsqu'elle a déployé un bataillon en Bosnie-Herzégovine au sein de la force de maintien de la paix dirigée par l'OTAN.
  • Depuis 1999, la Suède apporte son soutien à la force de maintien de la paix au Kosovo (KFOR).
  • Des troupes suédoises ont servi aux côtés des forces alliées dans le cadre de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) en Afghanistan, de 2003 jusqu'à l'achèvement de la mission de la FIAS, en 2014. La Suède contribue actuellement à la mission de suivi Resolute Support, qui vise à poursuivre la formation, l’assistance et le conseil aux forces et aux institutions de sécurité afghanes. Elle a par ailleurs versé plus de 13 millions de dollars au fonds d'affectation spéciale pour l'armée nationale afghane.
  • En avril 2011, la Suède a participé à l'opération Unified Protector (OUP), l'opération militaire menée par l'OTAN en Libye en vertu des résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU.

Autres domaines de coopération

  • La Suède coopère avec le Comité OTAN des plans d'urgence dans le domaine civil et avec des Alliés dans les domaines des évaluations régionales et de la protection des infrastructures critiques, et pour ce qui est de fournir un soutien face aux conséquences de catastrophes ou d'accidents majeurs dans la zone euro-atlantique.
  • La Suède a participé à de nombreux exercices OTAN de gestion de crise, et des ressources civiles suédoises figurent sur la liste des moyens disponibles pour les besoins du Centre euro­atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe (EADRCC), notamment des équipes de recherche et sauvetage, des experts médicaux et des unités de protection et de décontamination. La Suède mène régulièrement des exercices multifonctionnels majeurs rassemblant des membres de la police civile et de la police militaire (les exercices « Viking »), auxquels participent de nombreux autres pays, ainsi que des organisations internationales, des organisations non gouvernementales et diverses agences.
  • Dans le cadre du programme OTAN pour la science au service de la paix et de la sécurité (SPS), des scientifiques suédois ont pris part à de nombreux ateliers et séminaires de recherche avancée sur toute une série de sujets. Comptent parmi les principaux domaines de coopération la défense chimique, biologique, radiologique et nucléaire (CBRN), la sécurité énergétique et la protection des infrastructures critiques contre les menaces hybrides.
  • Les Alliés ont approuvé un projet pluriannuel de lutte contre le terrorisme codirigé par la Suède et les États-Unis. Ce projet vise à créer une capacité durable d'évaluation des programmes de lutte contre l’extrémisme violent (CVE) et à contribuer à l’efficacité, à la transparence et à la redevabilité globales des programmes CVE.
  • La Suède soutient activement la mise en œuvre de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l'ONU sur les femmes, la paix et la sécurité, et, depuis 2012, elle accueille le Centre nordique pour les questions de genre dans les opérations militaires au Centre international des forces armées suédoises, pour s’assurer que la dimension de genre est toujours prise en compte dans les opérations militaires.
  • La Suède apporte son soutien à plusieurs projets sur fonds d'affectation spéciale de l’OTAN menés dans d’autres pays partenaires et axés sur des domaines tels que l’entraînement et l’évaluation des unités militaires, la réadaptation médicale de personnels militaires blessés, le traitement des dispositifs explosifs et la lutte contre les engins explosifs improvisés, et le perfectionnement professionnel des personnels du secteur de la sécurité.

1 Enhanced Opportunity Partners: Australia, Finland, Georgia, Jordan and Sweden

  • Principaux domaines de coopération

    Coopération dans le domaine de la sécurité

    La Suède est l'un des cinq pays dénommés « partenaires ‘‘nouvelles opportunités’’ », qui contribuent de façon particulièrement significative aux opérations de l'OTAN et à d'autres objectifs de l’Alliance. Le pays se voit dès lors offrir davantage d'opportunités de dialogue et de coopération avec les Alliés.

    Dans le contexte de sécurité actuel, et compte tenu des préoccupations grandissantes que suscitent les activités militaires et non militaires de la Russie, l'OTAN intensifie sa coopération avec la Suède et la Finlande. Cela se traduit par le développement du dialogue politique, y compris aux plus hauts niveaux, et des échanges d'informations sur la guerre hybride, par la coordination des entraînements et des exercices, et par la recherche d’une meilleure connaissance commune de la situation, le but étant de faire face à des menaces communes et de mettre en place des actions conjointes, si nécessaire. Ces deux partenaires participent à la force de réaction de l'OTAN (NRF) renforcée dans un rôle complémentaire et sous réserve des décisions nationales, et ils ont des consultations régulières avec l’OTAN sur la sécurité dans la région de la mer Baltique.

    Au sommet de l'OTAN au pays de Galles, en septembre 2014, la Suède et la Finlande ont signé un mémorandum d'entente sur le soutien du pays hôte, qui traite de questions liées à la fourniture de l’assistance civile et militaire aux forces alliées stationnées ou en transit sur leur territoire, en temps de paix, en temps de guerre ou en période de crise. Cet accord a été ratifié par le Parlement suédois le 1er juin 2016.

    La Suède contribue activement aux opérations dirigées par l’OTAN. Sa première contribution remonte à 1995, lorsqu'elle a déployé un bataillon en Bosnie-Herzégovine au sein de la force de maintien de la paix dirigée par l'OTAN. Depuis 1999, la Suède apporte son soutien à la force de maintien de la paix au Kosovo (KFOR).

    Des troupes suédoises ont servi aux côtés des forces alliées dans le cadre de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) en Afghanistan, de 2003 jusqu'à l'achèvement de la mission de la FIAS, en 2014. Elles ont fourni des unités spécialisées et un soutien logistique et, à partir de 2006, elles ont dirigé l’équipe multinationale de reconstruction provinciale (PRT) de Mazar-i-Charif.  La Suède contribue actuellement à la mission de suivi (« Resolute Support »), qui vise à poursuivre la formation, l’assistance et le conseil aux forces et aux institutions de sécurité afghanes. Elle a par ailleurs versé 13 millions de dollars au fonds d'affectation spéciale pour l'armée nationale afghane.

    En avril 2011, la Suède a contribué à l'opération Unified Protector (OUP), l'opération militaire menée par l'OTAN en Libye en vertu des résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU. Les forces aériennes suédoises ont déployé huit avions JAS Gripen, appuyés par un avion C-130 pouvant assurer le ravitaillement en vol, sur la base aérienne de Sigonella, en Sicile (Italie), pour faire respecter la zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye.

    La Suède participe à de nombreux exercices du Partenariat pour la paix (PPP). Elle met à disposition, au cas par cas, un certain nombre d'unités pour des opérations, des entraînements et des exercices multinationaux, notamment ceux dirigés par l'Union européenne (UE) et l'OTAN. L’objectif des forces armées suédoises est d'être en mesure d'assurer le soutien d'un effectif pouvant compter jusqu'à 2 000 hommes déployés de façon permanente dans le cadre d’opérations, au niveau national ou international. Ce pool de forces regroupe des moyens terrestres, maritimes et aériens importants, y compris des unités mécanisées et blindées, des sous-marins, des corvettes, des avions de combat et de transport avec une unité de base aérienne déployable, des éléments d'appui tactique et de soutien logistique du combat, ainsi qu'un soutien spécialisé.

    Les liens étroits que la Suède entretient avec ses voisins – le Danemark, la Finlande et la Norvège – se traduisent par sa participation à la Coopération nordique de défense (NORDEFCO), autre moyen concret et efficace, pour des États partageant les mêmes conceptions, de contribuer à la sécurité régionale et internationale, et de mettre en pratique la coopération, y compris par la mutualisation et le partage des capacités. Dans le cas de la Suède, cette activité est menée en parallèle avec le Groupement tactique nordique et avec la coopération avec les pays du pourtour de la mer Baltique et de l'Europe septentrionale.

    Le pays adhère au concept de capacités opérationnelles (OCC), qui fait appel à un programme d’évaluation et de retour d’information devant permettre le développement et la formation des forces terrestres, maritimes, aériennes ou d’opérations spéciales des pays partenaires qui entendent se conformer aux normes de l’OTAN. Depuis 2011, la Suède participe régulièrement à l'exercice BRTE (Baltic Region Training Event), qui consiste en une série d'activités de planification, d'entraînement et d'exercice dirigées par le Commandement de composante aérienne alliée de Ramstein (Allemagne) et dont le but est d’accroître l'interopérabilité et de renforcer les capacités dans les États baltes. La Suède a également rejoint le Centre d'excellence pour la cyberdéfense en coopération homologué par l’OTAN, situé en Estonie, et elle participe aux exercices Cyber Coalition de l’OTAN.

    Réforme des secteurs de la défense et de la sécurité

    La participation à des opérations de maintien et de soutien de la paix aux côtés des Alliés permet à la Suède de compléter son propre processus de transformation militaire. La participation au processus de planification et d'examen (PARP) du PPP a une incidence sur les travaux de planification et les activités de la Suède visant à développer les capacités et à accroître l'interopérabilité des forces armées suédoises.

    La Suède coopère notamment avec l’Estonie, la Finlande et la Norvège dans le cadre de la mise en place d’une force multinationale de réaction rapide pour les opérations de soutien de la paix dirigées par l'UE. En dehors des périodes où elles sont en alerte pour les besoins de l’UE, les composantes suédoises de cette force seront disponibles pour des opérations dirigées par l'ONU ou par l’OTAN.

    Dans le domaine du transport aérien stratégique, la Suède participe à deux initiatives : le programme pour la capacité de transport aérien stratégique (SAC) et la solution internationale pour le transport aérien stratégique (SALIS).

    Le rôle de la Suède dans la formation des forces des pays partenaires de l’OTAN est grandement apprécié par les Alliés. En avril 1999, l’OTAN a officiellement déclaré le centre d’entraînement militaire d’Almnäs « Centre d’entraînement PPP ». En 2004, le Centre s’est installé dans de nouveaux locaux à Kungsängen, au nord de Stockholm. Le centre international des forces armées suédoises (SWEDINT) compte parmi ses activités des exercices et des entraînements, plus particulièrement dans les domaines de l’aide humanitaire, des services de secours, des opérations de soutien de la paix, des plans civils d’urgence et du contrôle démocratique des forces armées. Le Centre organise régulièrement des stages et des exercices d’entraînement dans le cadre du PPP. En janvier 2012 – à l’appui de la résolution 1325 et des résolutions connexes du Conseil de sécurité de l’ONU sur le renforcement du rôle des femmes dans les affaires relatives à la paix et à la sécurité – les pays nordiques ont créé un Centre nordique pour les questions de genre dans les opérations militaires, pour s’assurer que la dimension de genre soit toujours prise en compte dans les opérations militaires.

    Par ailleurs, la Suède continue d’apporter son soutien à un certain nombre de projets sur fonds d'affectation spéciale et d'activités DCB mis en œuvre dans d'autres pays partenaires, axés sur des domaines tels que la formation et l’évaluation d’unités militaires, la réadaptation médicale de personnels militaires blessés, le traitement des dispositifs explosifs et la lutte contre les engins explosifs improvisés, et le perfectionnement professionnel des personnels du secteur de la sécurité.

    Préparation du secteur civil

    La préparation du secteur civil reste un domaine majeur de coopération bilatérale. Les exigences de base pour la résilience des pays constituent un cadre de coopération précieux et sont au centre des interactions de la Suède avec l'OTAN et son Comité des plans d'urgence dans le domaine civil. La Suède coopère également avec les Alliés dans les domaines des évaluations régionales et de la protection des infrastructures critiques, et pour ce qui est de fournir un soutien mutuel face aux conséquences de catastrophes ou d'accidents majeurs dans la zone euro-atlantique.

    Dans cette optique, la Suède a participé à de nombreux exercices OTAN de gestion de crise, ainsi qu'à plusieurs exercices maritimes. En outre, des ressources civiles de la Suède figurent dans la liste des moyens disponibles pour les besoins du Centre euro-atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe (EADRCC). Il s’agit notamment d’équipes de recherche et de sauvetage, d’experts médicaux et d’unités de protection et de décontamination. La Suède mène régulièrement des exercices multifonctionnels majeurs rassemblant des civils, des militaires et des policiers (les exercices « Viking »), auxquels participent de nombreux autres pays, ainsi que des organisations internationales et des organisations et agences non gouvernementales.

    Coopération scientifique dans le domaine de la sécurité

    Dans le cadre du programme pour la science au service de la paix et de la sécurité (SPS), des scientifiques et des experts suédois ont pris part à de nombreux ateliers et séminaires de recherche avancée sur toute une série de sujets. Comptent parmi les principaux domaines de coopération la défense chimique, biologique, radiologique et nucléaire (CBRN), la sécurité énergétique et la protection des infrastructures critiques contre les menaces hybrides. Les Alliés ont également approuvé un projet pluriannuel de lutte contre le terrorisme codirigé par les États-Unis et la Suède. Ce projet vise à créer une capacité pérenne d'évaluation des programmes de lutte contre l’extrémisme violent (CVE) et à contribuer à l’efficacité, à la transparence et à la redevabilité globales des programmes CVE.

    1. Partenaires « nouvelles opportunités » : Australie, Finlande, Géorgie, Jordanie, Suède.
  • Cadre de la coopération

    L’OTAN et la Suède définissent précisément les domaines de coopération et le calendrier d'exécution correspondant dans le programme individuel de partenariat et de coopération (IPCP), qui est approuvé conjointement pour une période de deux ans. Les principaux domaines de coopération sont notamment la sécurité et le maintien de la paix, la gestion de crise et les plans civils d’urgence.

    La participation au processus de planification et d'examen (PARP) du PPP contribue à développer l’interopérabilité et les capacités des forces suédoises susceptibles d'être mises à disposition pour des activités OTAN de formation et d’exercice et des opérations multinationales de gestion de crise et de soutien de la paix.

    Depuis son adhésion au PPP, la Suède joue un rôle actif et met son expertise au service des autres partenaires et des Alliés, tout particulièrement dans les domaines du maintien de la paix, des plans civils d’urgence et de la coopération civilo-militaire.

  • Évolution des relations

    1994 : La Suède adhère au Partenariat pour la paix (PPP).

    1995 : La Suède s’associe au processus de planification et d’examen (PARP) du PPP.

    1996 : La Suède met des troupes à la disposition de la force de maintien de la paix dirigée par l'OTAN en Bosnie-Herzégovine.

    1997 : La Suède adhère au Conseil de partenariat euro-atlantique, nouvellement créé.

    1999 : Des troupes suédoises participent à la force de maintien de la paix dirigée par l'OTAN au Kosovo.

    SWEDINT, le centre international des forces armées suédoises, est déclaré « Centre d’entraînement PPP ».

    2001 : Des troupes suédoises se joignent aux forces dirigées par l’OTAN en Afghanistan.

    2008 : La Suède accueille une démonstration en conditions réelles, à laquelle participent des civils et des militaires suédois et des pays de l'Alliance, dont l’objectif est de tester de nouvelles méthodes permettant de partager efficacement des informations critiques dans les situations d’urgence (exercice Viking 2008).

    Septembre 2008 : La Suède mène avec l'OTAN un exercice conjoint à Enköping destiné à renforcer la coopération civilo-militaire en cas de situation d'urgence dans le domaine civil.

    Mars 2010 : La Suède accueille conjointement avec la Finlande un séminaire intitulé « Le nouveau concept stratégique de l'OTAN – Une approche globale de la gestion de crise ».

    Avril 2010 : La Suède participe à un exercice maritime (Brilliant Mariner) de la Force de réaction de l'OTAN (NRF).

    Mai 2010 : La Suède participe à un exercice international de cyberdéfense (Baltic Cyber Shield) organisé par plusieurs institutions gouvernementales suédoises et par le Centre d'excellence pour la cyberdéfense en coopération.

    2011 : La Suède mène un exercice multinational (Viking 2011), avec la participation d’organisations internationales et d’ONG.

    Avril 2011 : La Suède décide de contribuer à l'opération Unified Protector (OUP), l'opération militaire menée par l'OTAN en Libye en vertu des résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU.

    Janvier 2012 : Le Centre nordique pour les questions de genre dans les opérations militaires est créé ; il est implanté au Centre international des forces armées suédoises.

    Janvier 2013 : Le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, se rend en Suède pour voir comment renforcer encore la coopération.

    2013 : La Suède contribue à la Force de réaction de l'OTAN et prend part à l'exercice Steadfast Jazz, qui a servi à certifier la rotation de la NRF pour 2014.

    Janvier 2014 : Le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, se rend en Suède pour discuter des possibilités d’étendre encore la relation de partenariat.

    Février 2014 :  La Suède et la Finlande participent à Iceland Air Meet 2014 sous le commandement de la Norvège, qui a déployé des moyens en Islande afin de fournir des capacités aéroportées de surveillance et d'interception dans le cadre de la mission de l'OTAN visant à répondre aux besoins de préparation de l'Islande en temps de paix.

    Septembre 2014 : Au sommet du pays de Galles, la Suède est désignée comme l’un des cinq pays qui fournissent des contributions particulièrement importantes aux opérations de l'OTAN et à la réalisation des autres objectifs de l'Alliance, et qui se verront offrir davantage d'opportunités de dialogue et de coopération avec les Alliés. Tout comme la Finlande, la Suède signe un mémorandum d'entente sur le soutien du pays hôte, qui traite des questions liées à l’assistance civile et militaire fournie aux forces alliées stationnées – ou en transit – sur leur territoire en temps de paix, de crise ou de guerre.

    Janvier 2015 : Après l'achèvement de l'opération de la FIAS en Afghanistan en décembre 2014, la Suède commence à contribuer à la mission de suivi dirigée par l'OTAN (« Resolute Support ») qui consiste à dispenser formation, conseil et assistance aux forces et aux institutions de sécurité afghanes.

    9-10 juin 2015 : Le directeur général de l'État-major militaire international, le général de corps aérien Christopher Harper, visite la base aérienne de Ronneby et se rend à Stockholm, où il rencontre le chef d'état-major des forces armées suédoises, le général de corps d'armée Gyllensporre. Il félicite la Suède pour son rôle de contributeur proactif et efficace à la sécurité internationale.

    12 juin 2015 : Lors d'une allocution prononcée à Stockholm dans le cadre du forum Folk och Försvar (« nation et défense »), le secrétaire général délégué de l’OTAN, l'ambassadeur Alexander Vershbow, se félicite du partenariat solide que la Suède entretient avec l'Alliance. Au cours de sa visite, il rencontre la ministre suédoise des Affaires étrangères, Margot Wallström, et le ministre de la Défense, Peter Hultqvist.

    10 novembre 2015 : Dans le cadre de ses entretiens avec les ministres de la Défense des pays nordiques à Stockholm, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, salue les efforts visant à renforcer la coopération de défense entre les Alliés et les partenaires nordiques. Durant sa visite, le secrétaire général rencontre également le premier ministre suédois, Stefan Löfven, la ministre suédoise des Affaires étrangères, Margot Wallström, ainsi que des membres des commissions Défense et Affaires étrangères du Parlement suédois.

    1er décembre 2015 : Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, s'entretient avec Mme Wallström ainsi qu'avec le vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères finlandais, Timo Soini, en marge des réunions des ministres des Affaires étrangères de l'OTAN, à Bruxelles. Ils évoquent les travaux entrepris pour développer les échanges d'informations, notamment sur la guerre hybride, la coordination des entraînements et des exercices, et la recherche d’une meilleure connaissance commune de la situation, le but étant d'aider l'OTAN, la Finlande et la Suède à faire face plus efficacement aux menaces communes et à mettre en place des actions conjointes, si nécessaire. Des pourparlers sont également en cours sur les moyens d'inclure les deux partenaires dans la Force de réaction de l'OTAN (NRF) renforcée, et des consultations régulières ont lieu concernant la sécurité dans la région de la mer Baltique.

    20 avril 2016 : La Suède prend part à deux journées d'exercices aériens dans la région de la Baltique, aux côtés des forces aériennes de pays membres et de partenaires de l’OTAN, le but étant de tester les procédures d'urgence et de renforcer la coopération.

    27-28 avril 2016 : Le président du Comité militaire de l’OTAN, le général Petr Pavel, en visite en Suède, rencontre le ministre de la Défense et le commandant suprême des forces armées suédoises pour des échanges de vues sur les défis de sécurité régionaux et sur les opportunités de renforcement de la coopération militaire.

    19-20 mai 2016 : La ministre suédoise des Affaires étrangères participe, avec ses homologues des pays de l'OTAN, à une réunion consacrée à la coopération OTAN-UE.

    8-9 juillet 2016 : Au sommet de l’OTAN à Varsovie, les Alliés soulignent combien il est important de renforcer davantage encore la coopération avec la Finlande et la Suède, notamment par des consultations politiques régulières, par le partage de la connaissance de la situation, et par la tenue d'exercices conjoints, afin de répondre rapidement et efficacement aux défis communs. Le premier ministre suédois, Stefan Löfven, prend part aux débats sur les défis actuels en matière de sécurité en Europe et sur le maintien du soutien à l’Afghanistan.

    Septembre 2017 : Plusieurs Alliés participent à Aurora 2017, le plus grand exercice militaire de la Suède depuis plus de 20 ans, auquel participent près de 20 000 soldats et plus de 40 agences.

    14-15 janvier 2018 : Dans son discours introductif à la conférence sur la sécurité organisée par Folk och Försvar à Sälen, le secrétaire général de l'OTAN salue les précieuses contributions de la Suède aux missions dirigées par l’Alliance, et il insiste sur l’importance d’une étroite coopération avec les partenaires nordiques pour renforcer la sécurité dans la région. Au cours de sa visite, il s’entretient également avec le premier ministre suédois, Stefan Löfven, la ministre des Affaires étrangères, Margot Wallström, le ministre de la Défense, Peter Hultqvist, et le président du Parlement, Urban Ahlin, et il visite le Centre nordique pour les questions de genre dans les opérations militaires.