Une « approche globale » des crises

  • Mis à jour le: 09 Jul. 2018 13:42

Les enseignements tirés des opérations de l'OTAN montrent que le traitement des situations de crise nécessite l'adoption d'une approche globale faisant intervenir des instruments politiques, civils et militaires. Avec ses capacités et son expérience opérationnelle uniques, y compris son expérience des interactions entre civils et militaires, l'OTAN peut contribuer, en pleine coordination avec d'autres acteurs, aux efforts de la communauté internationale pour maintenir la paix, la sécurité et la stabilité. Même s’ils sont essentiels, les moyens militaires ne sont pas, à eux seuls, suffisants pour relever les nombreux défis complexes qui pèsent sur notre sécurité. La mise en œuvre efficace d'une approche globale des situations de crise exige que les pays, les organisations internationales et les organisations non gouvernementales agissent de manière concertée.

 

Points principaux

  • Différents acteurs contribuent à une approche globale, dans un même esprit de responsabilité, d'ouverture et de détermination, en tenant compte de leurs atouts, de leurs mandats et de leurs rôles respectifs, et aussi de leur autonomie de décision.
  • En décembre 2017, l’OTAN a revu la liste des tâches inscrites dans son plan d'action 2011 pour l'approche globale, confirmant l'importance de l'interaction civilo-militaire et de la coopération avec d'autres acteurs.
  • Ces tâches sont actuellement mises en œuvre par une équipe civilo-militaire spéciale regroupant tous les organismes et commandements OTAN concernés.
  • Le plan d’action porte sur quatre domaines clés : la planification et la conduite des opérations ; les enseignements tirés, la formation, l’entraînement et les exercices ; la coopération avec les acteurs extérieurs ; et la communication stratégique.
  • La mise en œuvre de l’approche globale fait partie intégrante de nombreuses activités récentes et en cours de l’OTAN, telles que ses contributions à la lutte de la communauté internationale contre le terrorisme et aux efforts pour projeter la stabilité, et son rôle dans la réponse aux menaces hybrides.

Pour en savoir plus

  • Planification et conduite des opérations

    L'OTAN tient pleinement compte de tous les aspects militaires et non militaires de la gestion de crise, et elle s'emploie à améliorer la coopération pratique à tous les niveaux avec l'ensemble des organisations et des parties concernées pour ce qui est de la planification et de la conduite des opérations. L'Alliance encourage la définition de stratégies et d'objectifs clairs entre toutes les parties prenantes avant le lancement d'une opération, ainsi qu'une meilleure planification en coopération.

    Les Alliés estiment que de manière générale, il est préférable que ce soit les parties et les organisations qui ont l’expérience, le mandat et les compétences voulues qui se chargent des aspects stabilisation et reconstruction. Certaines circonstances peuvent toutefois empêcher d’autres acteurs d'accomplir ces tâches, ou de les accomplir sans soutien de l’OTAN.

    Afin de renforcer la contribution de l'OTAN à une approche globale de la communauté internationale face aux crises, les organes de l’OTAN et les différents Alliés s'appuient sur le plan d’action pour l'approche globale afin de promouvoir une planification civilo-militaire intégrée pour les trois tâches fondamentales de l'Alliance (à savoir la défense collective, la gestion de crise et la sécurité coopérative). Les principes de l’approche globale – cohérence d’action, interactions civilo-militaires et ouverture à des partenaires extérieurs – font partie intégrante des activités de l’Équipe spéciale Gestion de crise du siège de l'OTAN comme de la structure de commandement et de la structure de forces de l’OTAN.

    La planification et la conduite des opérations et des missions de l’OTAN tiennent désormais compte d'éléments relevant de différents domaines prioritaires, dont la dimension de genre ; l’agenda « femmes, paix et sécurité » ; le sort des enfants en temps de conflit armé ; le développement de l'intégrité ; la protection des biens culturels ; la lutte contre la traite des êtres humains ; et la protection de l'environnement.

  • Enseignements tirés, formation, entraînement et exercices

    La mise en place d’une approche globale doit s’accompagner d’une évolution des mentalités. L’Alliance met donc l’accent sur les formations conjointes des personnels civils et militaires pour favoriser le partage des enseignements tirés et promouvoir la confiance entre l'OTAN, ses partenaires et d’autres acteurs internationaux ou locaux.

    Dans certains cas, les enseignements sont tirés au niveau des services concernés, par exemple, s’agissant de la Libye, avec l'ONU. Autre exemple : le programme de renforcement de la formation « défense », qui, selon un principe bien établi, fait intervenir des acteurs et des facilitateurs extérieurs, dont des organisations internationales et des ONG, au profit de personnels civils et militaires. De même, la Suède, partenaire clé de l’OTAN, a conçu son exercice Viking 2018 (qui fait intervenir 2 500 participants de 50 pays et 35 organisations) selon les principes de l’approche globale.

  • Renforcement de la coopération avec les acteurs extérieurs

    La coopération est à présent bien établie avec l'Organisation des Nations Unies et ses agences, l'Union européenne et l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), en particulier, ainsi qu'avec la Banque mondiale, le Comité international de la Croix-Rouge, l'Organisation internationale pour les migrations, l’Union africaine, INTERPOL et la Ligue des États arabes. Des liens plus étroits sont également mis en place avec des ONG.

    La coopération va du dialogue politique, y compris dans le cadre des entretiens de travail réguliers, des « journées d’information OTAN » et du stage annuel de sensibilisation à l'approche globale, jusqu’à une coopération pratique dans le cadre des opérations et des missions. Des responsables de haut niveau de ces organisations sont régulièrement invités à des réunions du Conseil de l'Atlantique Nord, y compris au niveau des chefs d'État et de gouvernement, pour examiner les possibilités de renforcement de la coopération et évoquer des questions d’intérêt commun.

    La mise en œuvre de l’approche globale a contribué à développer la connaissance mutuelle avec ces organisations. Ce faisant, l’Alliance a élargi la gamme de ses interlocuteurs extérieurs, qui s’habituent ainsi à travailler avec l’OTAN et sont mieux informés du rôle des militaires dans des environnements complexes.

  • Communication stratégique

    Pour être efficace, une approche globale de la gestion de crise doit être accompagnée de messages réguliers et cohérents à l'intention du public. Les campagnes d'information de l'OTAN sont étayées par la communication systématique de données actualisées exposant les progrès accomplis dans les domaines pertinents. On s’attache également à partager les stratégies de communication avec les acteurs internationaux et à coordonner la communication sur le théâtre.