Relations avec la Bosnie-Herzégovine

  • Mis à jour le: 24 May. 2022 15:31

La Bosnie-Herzégovine aspire à devenir membre de l’OTAN. La coopération avec ce pays est surtout axée sur la transformation démocratique et institutionnelle ainsi que sur la réforme du secteur de la sécurité et de la défense.

NATO and Bosnia and Herzegovina relations

 

  • L’Alliance travaille à l’instauration d’une paix et d’une stabilité durables en Bosnie-Herzégovine depuis le début des années 1990, époque à laquelle elle a commencé à soutenir les efforts de la communauté internationale visant à mettre fin au conflit dans ce pays. L’OTAN a joué un rôle prépondérant dans la mise en œuvre de l’accord de paix de Dayton en participant pendant neuf ans, de décembre 1995 à décembre 2004, à des missions de maintien de la paix. En décembre 2004, la responsabilité principale des aspects militaires de cet accord a été transférée à l’Union européenne (UE), qui, depuis lors, mène dans le pays l’opération EUFOR Althea.
  • L’OTAN apporte un appui à cette opération en vertu des arrangements dits de « Berlin plus ».
  • La Bosnie-Herzégovine a adhéré au programme du Partenariat pour la paix (PPP) en 2006.
  • La Bosnie-Herzégovine a été invitée à participer au plan d’action pour l’adhésion (MAP) en 2010. 
  • Le programme de réforme de la Bosnie-Herzégovine, qui s’inscrit dans le cadre du MAP, donne une structure à la coopération de ce pays avec l’OTAN. Il présente les réformes que le gouvernement entend mener et aide ainsi l’OTAN à mieux orienter le soutien qu’elle apporte à la Bosnie-Herzégovine.
  • La Bosnie-Herzégovine a présenté son premier programme de réforme en décembre 2019 pour l’année suivante et elle a donc remis son auto-évaluation des progrès accomplis au début de 2021. 
  • Pour faciliter la coopération, la Bosnie-Herzégovine a mis en place une mission diplomatique au siège de l’OTAN ainsi qu’un bureau de liaison au Grand quartier général des puissances alliées en Europe (SHAPE).
  • L’OTAN maintient à Sarajevo un quartier général militaire, dont la mission première est d’aider les autorités bosniennes à mettre en œuvre les réformes et les engagements liés au PPP et à parvenir à une intégration plus étroite avec l’OTAN. En outre, ce quartier général fournit un soutien, notamment logistique, à la Force de l’UE déployée en Bosnie-Herzégovine.
  • En 2022, compte tenu de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, lancée en l’absence de toute provocation, l’OTAN accroît son soutien aux partenaires exposés à la menace et au risque d’ingérence russes, comme la Bosnie-Herzégovine.

 

Partenariat de l’OTAN avec la Bosnie-Herzégovine

  • La Bosnie-Herzégovine a été invitée à participer au plan d'action pour l'adhésion (MAP) en 2010.
  • La participation au MAP ne préjuge d’aucune décision concernant l'adhésion. La Bosnie-Herzégovine doit continuer de mener des réformes en faveur du processus démocratique et du secteur de la défense si elle entend concrétiser ses aspirations européennes et euro­atlantiques et devenir un État démocratique, indépendant et fonctionnel.
  • Début 2021, la Bosnie-Herzégovine a créé une Commission pour la coopération avec l’OTAN, chargée de coordonner la mise en œuvre des activités prévues dans le programme de réforme.

Principaux domaines de coopération

La coopération entre la Bosnie-Herzégovine et l’OTAN s’exerce au bénéfice des deux parties dans les domaines énumérés ci­après.

Renforcement des capacités et de l’interopérabilité

  • La Bosnie-Herzégovine travaille à la mise sur pied de forces armées qui soient entièrement professionnelles, interopérables avec celles de l'OTAN et composées de volontaires hautement qualifiés. C’est dans cette optique qu’elle participe au processus de planification et d'examen (PARP), depuis mai 2007. Le rôle du PARP est d'offrir un instrument structuré qui permette de recenser les forces et les capacités susceptibles d’être mises à la disposition de l’Alliance pour des activités d’entraînement, des exercices et des opérations de maintien de la paix ou de gestion de crise à caractère multinational. Le PARP constitue également le principal mécanisme d’accompagnement et d’évaluation des progrès accomplis en matière de réforme sur le plan militaire et dans le secteur de la défense.
  • La Bosnie-Herzégovine a déclaré un certain nombre de personnels et de capacités comme potentiellement disponibles pour des activités PPP, y compris des capacités du génie (traitement des dispositifs explosifs) et les matériels correspondants.
  • Depuis 2014, dans le cadre de l’initiative pour l’interopérabilité avec les partenaires, la Bosnie-Herzégovine participe à la plateforme d'interopérabilité, qui rassemble les Alliés et les pays partenaires actifs dans des opérations de l’OTAN.
  • La Bosnie-Herzégovine prend une part active au programme pour le développement de l'intégrité, qu’elle a fait adapter à ses besoins propres. Le programme est axé sur la bonne gouvernance et l’utilisation transparente et efficace des ressources de défense. Son Centre de formation aux opérations de soutien de la paix (PSOTC), qui est accrédité par l’OTAN, propose aux pays de l’Organisation et aux pays partenaires des formations ciblées, entre autres, sur le développement de l'intégrité. 

Soutien aux opérations et missions dirigées par l'OTAN

Autres formes de coopération

  • La Bosnie-Herzégovine développe actuellement ses capacités nationales de gestion des catastrophes et des situations d'urgence dans le domaine civil, en collaboration avec les Alliés. Elle a notamment mis en place le cadre juridique nécessaire pour répondre aux situations d'urgence et elle travaille à la mise sur pied d’un système d’information civil qui permettra de coordonner les activités en cas de situation d'urgence.
  • En mai 2014, la Bosnie-Herzégovine, confrontée à des inondations dévastatrices, a demandé l'assistance du Centre euro-atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe (EADRCC). L'OTAN a coordonné l'aide d'urgence apportée par des Alliés et des partenaires (mise à disposition d’hélicoptères et de bateaux, livraison d'eau potable, de vivres, d’abris ou encore octroi de fonds). En 2017, la Bosnie­Herzégovine a accueilli l’exercice annuel de préparation et de réaction aux catastrophes de l’EADRCC, qui a rassemblé des pays de l’Alliance, des pays partenaires et des organisations internationales. 
  • La Bosnie-Herzégovine et l’OTAN ont pour objectif d’améliorer l’accès du public à l’information, pour le sensibiliser aux avantages liés à la coopération avec l’OTAN et à l'éventuelle adhésion du pays à l'Alliance. Une stratégie nationale de communication sur l'OTAN est en place à cet effet. L’accent est mis en particulier sur les activités durables impliquant des intervenants clés : pouvoirs publics, société civile et médias. La diplomatie publique est considérée comme une activité majeure nécessitant un effort particulier et des ressources ad hoc. Il s’agit de fournir à la population et aux autorités de Bosnie-Herzégovine des informations précises sur l’OTAN, de contrer la désinformation et de mettre en avant les effets positifs du travail de réforme. Le quartier général de l'OTAN à Sarajevo apporte des ressources sur le terrain et travaille avec plusieurs Alliés.
  • Dans le cadre du programme pour la science au service de la paix et de la sécurité, les principaux domaines de coopération avec la Bosnie-Herzégovine sont la lutte contre le terrorisme, la cyberdéfense, les technologies de pointe, la détection et l’enlèvement des mines et autres dispositifs explosifs non explosés ainsi que les aspects humains et sociaux de la sécurité. Des experts bosniens sont directement associés à l’implémentation dans les Balkans occidentaux du système de nouvelle génération pour la gestion des incidents (NICS), logiciel en ligne de commandement et de contrôle qui facilite la collaboration à tous les échelons - préparation, planification, réponse et récupération - en cas de catastrophe naturelle ou autre incident. Par ailleurs, des scientifiques de Bosnie-Herzégovine travaillent au développement de différentes technologies (réalité virtuelle, réalité augmentée et systèmes de détection modernes) destinées à contrer la menace des explosions.
  • La Bosnie-Herzégovine a été fortement touchée par la pandémie de COVID-19. Soucieux de continuer à soutenir ce pays au travers de l’OTAN, les Alliés ont approuvé, en octobre 2020, un ensemble de mesures d’assistance totalisant une valeur de 500 000 euros. À ce titre, ils lui ont fourni des équipements médicaux essentiels, notamment des chambres à pression négative, des appareils de radiographie, des thermomètres infrarouge sans contact, des masques, des tenues de protection et des tests antigéniques. En 2021 et en 2022, l’OTAN a continué d’apporter son aide en livrant notamment des respirateurs et des équipements de protection individuels issus du stock qu’elle avait constitué pour répondre à la pandémie. Ces projets ont été mis sur pied sur la base des demandes d’aide que la Bosnie-Herzégovine avait adressées au Centre euro-atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe (EADRCC), rattaché à l’OTAN.