Prolongation d'un projet d'enlèvement d'explosifs en Azerbaïdjan

  • 20 Jun. 2007 - 20 Jun. 2007
  • |
  • Mis à jour le: 06 Feb. 2009 14:09

Un projet conjoint de fonds d'affectation spéciale du PPP de l'OTAN pour l'élimination en Azerbaïdjan de munitions mortelles non explosées datant de l'époque post-soviétique va être prolongé de 16 mois afin de traiter des zones fortement contaminées.

L'ancienne base militaire de Saloglu, dans le district d'Agstafa, était la plus importante installation soviétique de stockage de munitions dans la région du Sud-Caucase, avec 138 bunkers.

Quand l'Azerbaïdjan a retrouvé son indépendance en 1991, cette installation a été détruite par l'armée soviétique lors de son départ, ce qui a provoqué l'éparpillement de milliers de munitions non explosées sur une zone de 4 400 hectares.

Une menace mortelle

Depuis lors, 32 personnes ont trouvé la mort dans quelque 150 accidents provoqués par des munitions non explosées.

En janvier 2006, un projet de fonds d'affectation spéciale du PPP de l'OTAN a été lancé pour nettoyer 568 hectares se trouvant dans les zones les plus dangereuses. À ce jour, 525 hectares ont été traités, plus de 215 000 munitions non explosées ont été localisées et 72 000 d'entre elles détruites.

Des experts ont toutefois déterminé que dans certaines zones, la contamination du sous-sol par les munitions non explosées est beaucoup plus importante que prévue, ce qui pose un vrai problème dans la « zone rouge » du projet.

Suite à une visite réalisée par des experts de l'OTAN et de l'Azerbaïdjan, il a été décidé de démarrer une seconde phase du projet, qui concernera le traitement du sous-sol de la zone rouge.

Cette phase nécessitera un financement de 440 000 euros. Elle doit débuter en juin 2007 et durer 16 mois. Le gouvernement azerbaïdjanais participe au financement à concurrence de 131 000 euros, la Turquie, pays chef de file du projet original, à hauteur de 50 000 euros, et la Bulgarie de 15 000 euros.

Le gouvernement azerbaïdjanais invite d'autres pays à bien vouloir envisager de contribuer à ce financement.

D'un champ de mines à des terres agricoles

Par ailleurs, pour bonifier les terres, il a été décidé d'utiliser à Saloglu des engrais produits dans le cadre d'un autre projet soutenu par l'OTAN en Azerbaïdjan (transformation de propergol dangereux en engrais).

Ce traitement contribuera à accélérer la réhabilitation de la zone de Saloglu, dont certaines parties ont déjà été converties en terres agricoles.