L'ONU et l'OTAN à la recherche de solutions pour développer la coopération sur les questions de genre

  • 03 Mar. 2014 -
  • |
  • Mis à jour le: 06 Mar. 2014 15:17

Favoriser l'interaction pour mieux intégrer la dimension de genre dans les opérations de gestion de crise et de maintien de la paix : telle a été la priorité du forum de politique générale que l'OTAN et l'ONU ont tenu conjointement à l'Institut international pour la paix, à New York, le lundi 3 mars 2014.

L'ambassadeur Sebastiano Cardi, représentant permanent de l'Italie à l'ONU, a présidé ce forum. « La question des femmes, de la paix et de la sécurité est l'une des grandes priorités inscrites à l'agenda international de l'Italie », a-t-il déclaré. « Les femmes qui participent à tous les volets des missions de gestion de crise et de maintien de la paix ont un impact considérable sur l'environnement local, puisqu'elles montrent qu'elles ont un rôle à jouer dans la construction de la paix et la protection des droits des femmes », a-t-il ajouté.

La réunion a permis de faire le point sur les progrès accomplis à ce jour et de réfléchir à des stratégies clés pour l'avenir. Elle a notamment fait ressortir l'importance capitale d'une coopération étroite entre tous les acteurs internationaux, régionaux et nationaux.

« Nous savons que nous ne pouvons pas progresser seuls dans ce domaine, et que cela doit se faire en partenariat », a indiqué Carole Doucet, conseillère de haut niveau pour les questions de genre au Département des opérations de maintien de la paix de l'ONU. « L'activité que nous menons aujourd'hui avec l'OTAN est un bon exemple d'initiative fructueuse, puisqu'elle vient renforcer l'attachement de nos organisations aux femmes, à la paix et à la sécurité alors que nous nous préparons à évaluer nos progrès à l'occasion de l'examen mondial de 2015. »

Il a été établi qu'à l'avenir, les priorités seraient notamment d'augmenter la représentation des femmes au niveau opérationnel et d'améliorer la sensibilisation aux questions de genre.

« La dimension de genre n'est plus un luxe, c'est une nécessité opérationnelle », a souligné le général de division Adrian Foster, conseiller militaire adjoint au Département des opérations de maintien de la paix de l'ONU.

« Les hommes et les femmes de nos institutions doivent acquérir une connaissance de base et une vision conceptuelle des questions de genre et de la sécurité, et ils doivent les uns comme les autres être sensibilisés à la dimension de genre dans le contexte où ils opèrent », a déclaré Mari Skåre, la représentante spéciale du secrétaire général de l'OTAN pour les femmes, la paix et la sécurité.

Le général Jean-Paul Paloméros, le commandant suprême allié Transformation de l'OTAN, a indiqué que l'Alliance peut aider l'ONU en lui proposant un large éventail de stages et de formations grâce à son réseau pédagogique. « La coopération en matière de formation permet à nos personnels de se rencontrer, d'échanger des expériences et de se familiariser avec les procédures appliquées par chaque organisation au cours de la phase de prédéploiement, ce qui s'apparente de plus en plus à ce qu'on appelle l'approche globale », a-t-il déclaré.

De hauts responsables de l'OTAN, de l'ONU et des pays, ainsi que des représentants de la société civile et des médias internationaux, ont participé au forum.

La résolution 1325 du Conseil de sécurité de l'ONU sur la participation des femmes à la prévention, à la gestion et au règlement des conflits a été adoptée en 2000. Il s'agissait là du premier mécanisme de politique internationale reconnaissant explicitement la nature genrée de la guerre et de la paix. Depuis lors, six autres résolutions ont été adoptées. La toute dernière résolution (2106), adoptée en 2013, porte sur la question spécifique des violences sexuelles commises en période de conflit. L'OTAN est déterminée à plaider en faveur de l'implication des femmes dans les quatre piliers que sont la prévention, la protection, la participation, ainsi que le secours et l'assistance. En 2007, une politique de mise en œuvre de la résolution 1325 a été adoptée. Cette politique est en cours de révision, pour tenir compte notamment de l'adoption récente de la résolution 2106 et de la détermination de l'OTAN à la faire appliquer. L'ONU a approuvé une nouvelle stratégie, dans laquelle elle présente sa vision de la dimension de genre dans le cadre du maintien de la paix et réaffirme sa détermination à introduire l'égalité des genres dans toutes ses activités.