Déclaration sur l'Afghanistan

publiée par les ministres des Affaires étrangères des pays participant à la Force Internationale d'Assistance à la Sécurité (FIAS)

  • 04 Dec. 2009
  • |
  • Communiqué de presse (2009) 191
  • Issued on 04 Dec. 2009
  • |
  • Mis à jour le: 04 Dec. 2009 12:55

  1. L’avenir de l’Afghanistan et la stabilité de la région ont un lien direct avec la sécurité de nos pays et de nos concitoyens ainsi qu’avec celle de la communauté internationale au sens large ; plus jamais l’Afghanistan ne doit redevenir un sanctuaire pour le terrorisme. Pour cette raison évidente et afin de contribuer à assurer un avenir meilleur au peuple afghan, nous, ministres des Affaires étrangères des 43 pays participant, à la demande du gouvernement afghan, à l’opération de la Force internationale d'assistance à la sécurité dirigée par l’OTAN sous mandat des Nations Unies, réaffirmons aujourd’hui la détermination des pays de la FIAS à contribuer à bâtir une sécurité et une stabilité durables en Afghanistan, priorité qui demeure essentielle pour l’Alliance.
  2. Nous reconnaissons qu’il est urgent d’agir et nous nous félicitons de la possibilité de travailler avec le nouveau gouvernement afghan. C'est pourquoi nous allons intensifier nos efforts à l'appui de la population et du gouvernement de l’Afghanistan. Notre objectif est d’aider les Afghans à assumer pleinement, le plus tôt possible, la responsabilité de la sécurité de leur pays et à s'approprier le processus. Renforcer le rôle moteur de l’Afghanistan à tous les niveaux reste notre objectif premier.
  3. Ces derniers mois ont été particulièrement difficiles. Tant les forces de l'Afghanistan que celles des pays de la FIAS ont eu à déplorer de nombreuses pertes. La population afghane a également payé un lourd tribut. Nous rendons hommage à toutes les victimes et présentons nos condoléances à leurs proches.
  4. Nous restons convaincus que notre mission est essentielle et que notre stratégie globale, adoptée au sommet de Bucarest, est la bonne. Pour que notre stratégie soit appliquée aussi efficacement que possible et compte tenu de l’évolution de la situation sur le terrain, nous sommes convenus d’apporter des changements à notre approche, qui sont présentés ci-après. Dans ce contexte, l’opération de la FIAS aura comme priorités la protection du peuple afghan, la mise en place d'une capacité de sécurité afghane ainsi que l’aide à la gouvernance et au développement.
  5. Le transfert de responsabilité aux autorités afghanes dans le domaine de la sécurité est un objectif que nous partageons avec le gouvernement afghan. Nous allons d’urgence intensifier nos efforts en ce sens et aider les autorités afghanes à assumer des responsabilités supplémentaires en matière de sécurité. Le transfert de la responsabilité principale de la sécurité à Kaboul fut une première étape, et d’autres transferts se feront à mesure que les conditions dans le reste du pays le permettront. C’est pourquoi, au travers de la mission OTAN de formation, nous consacrons plus de moyens à l’entraînement, à l’équipement et au soutien des forces de sécurité nationales afghanes en vue du renforcement des capacités afghanes. Notre mission sera accomplie quand les forces afghanes seront en mesure d'assurer la sécurité dans leur pays ; la mission de formation et les dons au fonds d'affectation spéciale consacré à l'armée nationale afghane contribueront à rapprocher cette échéance.
  6. Nous appuyons les idées maîtresses de l’évaluation que le général McChrystal a faite en août concernant la meilleure manière de mener à bien notre stratégie en Afghanistan. Nous accueillons très favorablement l'annonce du président Obama selon laquelle les États-Unis fourniront un grand nombre de soldats et d’importants moyens supplémentaires à cette fin. Nous nous félicitons également du fait que des contributions supplémentaires ont été annoncées récemment et que de nombreux autres pays de la FIAS augmentent ou vont augmenter leurs contributions militaires et civiles en Afghanistan. Tout cela illustre notre engagement et notre détermination à fournir les ressources indispensables au succès de la mission de la FIAS.
  7. Les forces militaires ne suffisent cependant pas, à elles seules, à garantir le succès. La sécurité, la gouvernance et le développement doivent aller de pair et nécessitent des efforts toujours plus grands pour qu'une approche globale puisse être mise en place sous la direction de la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA). Nous continuons de soutenir la MANUA à cet égard. Une action forte des Nations Unies, de l'Union européenne et de nombreuses autres organisations est absolument indispensable à la réussite de l’effort civil international. Au nom de nos pays, nous reconnaissons qu'il est nécessaire de fournir des ressources civiles supplémentaires et de contribuer à développer la capacité du gouvernement afghan à assurer la gestion des affaires publiques aux niveaux du pays, des provinces et des districts, à fournir des services de base et à encourager le développement économique. Sur ce dernier point, l’OTAN et la FIAS devraient s'employer à optimiser dans toute la mesure du possible l'effet économique positif de leur présence en Afghanistan.
  8. Nous saluons les objectifs fixés par le président Karzaï dans son discours inaugural. Nous nous félicitons qu’il ait mis l’accent sur la nécessité d’améliorer la gouvernance, de lutter contre la corruption, d’oeuvrer en faveur de la réintégration et de la réconciliation, de renforcer l’état de droit, de protéger les droits de l’homme, de développer la coopération régionale et de fixer un objectif pour la prise en charge par son pays de la responsabilité principale des opérations de sécurité. Nous nous accordons à dire que la mise en oeuvre de ces engagements sera déterminante pour la réalisation de progrès. Nous encourageons le nouveau gouvernement à aboutir rapidement à des résultats concrets à cet égard.
  9. Nous sommes convenus d’apporter notre appui aux autorités afghanes pour les questions liées à la réintégration et nous nous tenons prêts à contribuer à un processus de réconciliation. Ces deux processus doivent être dirigés et pris en charge par les Afghans.
  10. Nous attendons avec intérêt la tenue d'une série de conférences réunissant le gouvernement afghan et la communauté internationale. Ces conférences devraient contribuer au renforcement des efforts déployés en Afghanistan, fixer des objectifs de référence clairs, viables et réalistes pour les progrès à accomplir et souligner l’engagement à long terme de la communauté internationale afin d’aider à bâtir la sécurité et la stabilité de ce pays, dans notre intérêt à tous.
  11. Nous réaffirmons qu’il est nécessaire que tous les voisins de l’Afghanistan appuient les efforts déployés par la communauté internationale dans le pays, qui servent aussi leurs intérêts de sécurité. Le renforcement du dialogue politique et l’approfondissement de notre coopération avec le Pakistan, en particulier, seront pour nous prioritaires. À cet égard, nous saluons les efforts actuellement déployés en faveur de la coopération régionale.
  12. Nous, pays participant à la FIAS, continuerons de collaborer étroitement sur toutes les questions concernant la mission, son adaptation continue à l’évolution de la situation sur le terrain et ses liens avec l'effort déployé en Afghanistan par la communauté internationale au sens large.