Initiative d’interconnexion des forces (CFI)

  • Mis à jour le: 30 Jun. 2016 10:39

L’initiative d’interconnexion des forces (CFI) vise à renforcer le haut niveau d’interconnexion et d’interopérabilité que les forces alliées ont atteint dans le cadre des opérations et avec les partenaires. La CFI combine un programme complet de formations, d’entraînements, d’exercices et d’évaluations avec l’utilisation de technologies de pointe, l’objectif étant de faire en sorte que les forces alliées restent prêtes à travailler en coopération dans l’avenir.


Points principaux

  • La CFI est un élément clé pour progresser vers la concrétisation de l'objectif « les forces de l’OTAN à l’horizon 2020 » – un ensemble cohérent de forces déployables, interopérables et soutenables qui soient équipées, formées, entraînées et commandées de manière à pouvoir opérer ensemble, ainsi qu'avec les partenaires, dans n'importe quel environnement.
  • Cette initiative est essentielle pour garantir que l’Alliance reste bien préparée à entreprendre toute la gamme de ses missions et à relever les défis de demain, d’où qu’ils puissent survenir.
  • À la lumière de l'environnement de sécurité actuel, elle offre par ailleurs un moyen de mettre en œuvre le volet « entraînement et exercices » du plan d’action « réactivité » de l'Alliance.

Pour en savoir plus

  • Éléments clés de la CFI

    Au sommet du pays de Galles de 2014, l'OTAN a entériné un paquet CFI qui donne la preuve de la cohésion durable et de la détermination de l'Alliance. Ce paquet comprend les mesures ci-après :

    • Une doctrine de l'OTAN en matière de formation, d'entraînement, d'exercices et d'évaluation (ETEE) actualisée

    Cette doctrine donne aux commandements stratégiques des directives et des orientations ETEE applicables à l'échelle de l'OTAN. Il s'agit d'un document portant sur le long terme, qui reflète les orientations politiques et énonce la doctrine, entre autres, pour l'instruction, la formation, l'entraînement et l'évaluation des personnels, des unités, des formations et des QG des structures de forces et de commandement de l'OTAN. 

    Cette doctrine porte aussi sur le processus de couplage des exercices nationaux et OTAN et sur les modalités détaillées pour la participation des partenaires et des entités non OTAN. Elle aide à garantir que ces unités, formations et QG sont à même de remplir toute la gamme des missions de l'Alliance et d'atteindre le niveau d'ambition de l'OTAN.

    • Un concept OTAN de formation 2015-2020 élargi 

    Ce concept fait en sorte que l'OTAN maintienne et améliore encore son état de préparation, son interopérabilité et son efficacité opérationnelle. L'élément central réside dans le recours à la formation et à l'entraînement, notamment la formation en ligne, les stages en résidentiel, la formation des responsables clés et les exercices multinationaux.

    Le concept porte aussi sur trois des instruments qui contribuent à promouvoir la CFI, à savoir le renforcement de la Force de réaction de l'OTAN (NRF), celui des forces d'opérations spéciales (SOF), ainsi que le développement des liens et de l'interaction entre la structure de commandement de l'OTAN, la structure de forces de l'OTAN et, lorsque cela est mutuellement bénéfique et abordable, les QG nationaux.

    • Exercice à haute visibilité

    En tant qu'événement phare pour la CFI, l'exercice baptisé « Trident Juncture 2015 » a été organisé par le Portugal, l’Espagne et l’Italie. Basé sur un scénario de réponse à une crise, il a permis de certifier que la NRF 2016 est prête sur le plan opérationnel. Le prochain exercice de ce type aura lieu en Norvège en 2018.

    • Un programme d'exercices majeurs OTAN à partir de 2016 

    Ce programme offre un cadre conceptuel pour déterminer et exposer le besoin en matière d'exercices par rapport au niveau d'ambition de l'OTAN et pour entraîner les forces de deuxième échelon requises pour renforcer les Alliés en période de crise suivant les prescriptions du plan d’action « réactivité ». Il aide à opérationnaliser la politique ETEE de l'OTAN dans le domaine particulièrement critique et visible des exercices majeurs OTAN. 

    • L'accomplissement de progrès dans la mise en œuvre des aspects technologiques de la CFI 

    L'exploitation de la technologie pour aider à parvenir à l'interopérabilité est une composante clé de la CFI. La fourniture d'une capacité de fédération de réseaux de mission est au cœur des travaux en cours, car la mise en œuvre de cette capacité permettra une interconnexion rapide au sein de l'Alliance, et avec les partenaires, à l'appui de l'entraînement, des exercices et des opérations, ainsi que de la communication et des activités quotidiennes.

    • Un QG de commandement de composante Opérations spéciales placé sous le commandement opérationnel du SACEUR

    Ce noyau de QG déployable a atteint sa capacité opérationnelle totale en juillet 2014, offrant ainsi une nouvelle capacité de commandement et de contrôle, de coordination, d’interopérabilité et de connectivité des forces d'opérations spéciales (SOF). 

    Le commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR) dispose de la sorte d’une capacité de commandement du personnel des SOF en exercices et en opérations, les éléments de tête étant maintenus à un très haut niveau de préparation.

  • Évolution

    Au sommet de Chicago de 2012, l'OTAN s’est fixé l'objectif « les forces de l’OTAN à l’horizon 2020 » – un ensemble cohérent de forces déployables, interopérables et soutenables qui soient équipées, formées, entraînées et commandées de manière à pouvoir opérer ensemble, ainsi qu'avec les partenaires, dans n'importe quel environnement. Deux grands programmes viennent à l’appui de cet objectif : l’initiative de défense intelligente et la CFI. Cette dernière vise à renforcer le haut niveau d’interconnexion et d’interopérabilité que les forces alliées ont atteint dans le cadre des opérations et avec les partenaires.

    En février 2013, les ministres de la Défense des Alliés ont entériné des plans destinés à redynamiser le programme d’exercices de l’OTAN. Les Alliés sont également encouragés à ouvrir leurs exercices à l’OTAN, de manière à multiplier les occasions d’améliorer l’interopérabilité. Ils sont par ailleurs convenus qu'après la fin de la mission de la FIAS, la NRF aurait un rôle encore plus important, offrant un moyen de démontrer la disponibilité opérationnelle des forces et servant de « banc d'essai » pour la transformation de l'Alliance.

    En novembre 2013, l'OTAN a mené son plus grand exercice réel depuis 2006 dans le cadre d’un scénario de défense collective. « Steadfast Jazz » a