Des responsables de l’OTAN participent à un séminaire politico-militaire de haut niveau sur la prise en compte de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU dans les opérations et les missions dirigées par l’OTAN

  • 17 Dec. 2012 - 18 Dec. 2012
  • |
  • Mis à jour le: 16 Jan. 2013 17:55

Un séminaire politico-militaire de haut niveau sur la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité, organisé par l’OTAN et le gouvernement suédois, s’est tenu à Stockholm les 17 et 18 décembre 2012.

Le séminaire, présidé par le secrétaire général adjoint de l’OTAN pour les opérations, M. Stephen Evans, a attiré plus de 100 décideurs politiques et militaires de haut niveau et spécialistes venant de pays membres de l’OTAN et des partenaires concernés. Les participants ont examiné les réalités opérationnelles de l’intégration de la dimension « femmes, paix et sécurité » dans les opérations et les missions, ainsi que les défis qui y sont liés.

La rencontre a été ouverte par la ministre suédoise de la Défense, Mme Karin Enström, qui a remercié l’OTAN pour les mesures importantes prises en vue de la mise en œuvre de la résolution 1325.

« Les organisations se sont rendu compte ces dernières années des effets opérationnels et des résultats directs découlant de la prise en compte de la résolution 1325 dans les stratégies, qu’elles soient militaires ou civiles. La participation à part entière et sur un pied d’égalité des femmes à la prévention des conflits, à la gestion de crise, à la résolution des conflits et à la consolidation de la paix contribue à la paix et à la sécurité à l’échelle internationale. Grâce à des séminaires comme celui-là, nous pouvons donner à nos efforts un caractère plus concret », a déclaré Mme Enström.

La directrice exécutive d’ONU Femmes, l’ancien ministre australien de la Défense, la représentante spéciale du secrétaire général pour les femmes, la paix et la sécurité, le commandant de l’unité mobile de formation des carabiniers italiens, ainsi que l’adjoint au haut représentant civil de l’OTAN en Afghanistan figuraient au nombre des orateurs.

Pendant ce séminaire de deux jours, les participants se sont généralement accordés pour dire que les femmes avaient un rôle à jouer dans les opérations militaires en termes de soutien de la paix, et que les opérations devaient tenir compte des différents besoins des hommes, des femmes, des garçons et des filles en matière de sécurité. L’intégration des questions de genre dans les opérations militaires est dès lors essentielle pour l’efficacité et la représentativité.

Il a été noté que les Alliés et leurs partenaires d’opérations avaient parcouru un long chemin depuis l’approbation du plan d’action de l’OTAN au sommet de Lisbonne en 2010, mais que l’OTAN devait encore relever certains défis.

« Comme les opérations que nous menons en Afghanistan et au Kosovo vont évoluer au cours des prochaines années, nous devons veiller à être en mesure d’aider les forces de sécurité nationales afghanes et les forces de sécurité du Kosovo à honorer leurs obligations en matière de respect des droits de la personne, en particulier ceux des femmes et des filles », a souligné M. Evans dans son allocution de clôture.

Afin que certains de ces défis puissent être relevés, de nombreuses recommandations pragmatiques ont été formulées pendant le séminaire. Elles serviront d’orientations pour le réexamen de la mise en œuvre de la résolution 1325, que les chefs d’État et de gouvernement ont appelé de leurs vœux au sommet de Chicago en mai. L’OTAN a demandé au Nordic Centre for Gender in Military Operations, basé en Suède, de mener à bien ce réexamen, qu’elle espère voir achevé mi-2013.