L'OTAN frappe une installation de commandement et de contrôle à Tripoli

  • 01 May. 2011 -
  • |
  • Mis à jour le: 11 May. 2011 11:25

NAPLES – L'OTAN a continué ses frappes de précision contre les installations militaires du régime de Kadhafi pendant la nuit, en frappant notamment un bâtiment de commandement et de contrôle connu dans la zone de Bab al-Azizya peu avant 18 heures (heure de Londres) samedi soir.

« Toutes les cibles de l'OTAN sont par nature militaires et ont été clairement reliées aux attaques systématiques du régime de Kadhafi contre la population libyenne et les zones habitées. Nous ne visons pas de personnes » affirme le lieutenant-général Charles Bouchard, commandant de l'opération Unified Protector de l'OTAN. 

Cette frappe faisait partie d'une stratégie cohérente adoptée par l'OTAN, le but étant de désorganiser et de détruire les capacités de commandement et de contrôle de ces forces qui ont attaqué des civils.

« J'ai connaissance d'informations communiquées par les médias mais non confirmées selon lesquelles des membres de la famille de Kadhafi pourraient avoir été tués » indique le lieutenant-général Bouchard. « Nous regrettons toutes les pertes en vies humaines, particulièrement celles qui touchent d'innocents civils, et qui sont la conséquence du conflit en cours.  L'OTAN s'acquitte du mandat confié par les Nations Unies à savoir, arrêter et prévenir les attaques visant des civils, avec précision et soin, contrairement aux forces de Kadhafi qui causent, quant à elles, beaucoup de souffrances. »

L'opération de l'OTAN est menée dans le cadre de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU, qui demande l'arrêt immédiat de toutes les attaques et permet de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les civils en Libye. L'OTAN planifie et mène ses frappes après mûre réflexion, de manière à réduire au minimum les risques encourus par les personnes innocentes.

« Je voudrais rappeler à tous les civils qui se trouvent en Libye qu'ils doivent s'éloigner autant que possible des forces, des équipements et des infrastructures militaires connus du régime de Kadhafi, de manière à ne pas s'exposer inutilement au danger », déclare le lieutenant-général Bouchard.

Comme les ministres des Affaires étrangères des pays de l'OTAN et des pays partenaires l'ont précisé, l'OTAN poursuivra ses opérations jusqu'à ce que toutes les attaques et les menaces visant des civils cessent ; jusqu'à ce que toutes les forces de Kadhafi, y compris les tireurs isolés, les mercenaires et les forces paramilitaires, soient rentrées dans leur base de façon vérifiable et jusqu'à ce que toutes les personnes qui ont besoin d'aide humanitaire en Libye puissent y accéder pleinement, librement et sans entraves.