L’OTAN et l’UE échangent sur la défense contre les pratiques de guerre hybride

  • 14 Mar. 2019 -
  • |
  • Mis à jour le: 15 Mar. 2019 14:40

Ce jeudi (14 mars 2019), la secrétaire générale déléguée de l’OTAN, Rose Gottemoeller, a reçu au siège de l’Organisation le commissaire européen pour l’union de la sécurité, Julian King. Ensemble, ils ont évoqué la manière dont les deux organisations pourraient coopérer plus étroitement dans la lutte contre les pratiques de guerre hybride, et en particulier les cyberattaques, la désinformation et l’ingérence économique, qui sont de plus en plus employées contre leurs pays membres.

Mme Gottemoeller a fait observer que la Russie se livrait à des activités hybrides, à des actes de cybermalveillance et à de vastes campagnes de désinformation pour porter atteinte à la sécurité euro-atlantique. Par ailleurs, plusieurs Alliés ont dit craindre que la Russie cherche à interférer dans les élections européennes qui vont se tenir prochainement. C’est pour faire face à de tels défis que les deux organisations intensifient leur coopération.  

L’OTAN et l’UE coopèrent déjà étroitement dans le milieu cyber, notamment au travers d’exercices et de la communication d’alertes en temps réel en cas de cybermenace. Les pays membres des deux organisations ont par ailleurs pris des mesures pour mieux se défendre contre les pratiques de guerre hybride. Ils ont notamment établi, à Helsinki, le Centre d'excellence européen pour la lutte contre les menaces hybrides, qui s’emploie essentiellement à trouver une parade aux activités telles que les cyberattaques et les campagnes de propagande. La secrétaire générale déléguée a indiqué que le Centre était un véritable moteur pour la coopération entre les deux organisations, sachant que les activités hybrides font désormais partie intégrante de l’environnement de sécurité en Europe. Elle a ajouté que l’OTAN avait également mis en place des équipes de soutien pour la lutte contre les pratiques hybrides, qui peuvent aider les Alliés à se préparer et à répondre à des menaces hybrides. 

Lors de leur entretien, Mme Gottemoeller et M. King ont évoqué toute une série de questions, dont l’amélioration de la communication en matière d’alertes et de renseignement, mais aussi la sécurité de la chaîne d’approvisionnement pour ce qui est des produits informatiques et l’utilisation de l’espace numérique à des fins de désinformation. Les hauts responsables de l’OTAN ont des contacts réguliers avec les hauts responsables de l’UE et les commissaires européens, dans le cadre de la coopération étroite établie entre les deux organisations. L’OTAN et l’UE continueront de se consulter régulièrement sur les questions liées aux cybermenaces, aux activités hybrides et à la lutte contre le terrorisme.