Visite du président délégué du Comité militaire de l’OTAN en Finlande

  • 28 Aug. 2017 - 29 Aug. 2017
  • |
  • Mis à jour le: 18 Sep. 2017 17:30

Le général de corps aérien Steven M. Shepro, président délégué du Comité militaire de l’OTAN (DCMC), s’est rendu en Finlande les 28 et 29 août dernier. À cette occasion, il a participé à la 4e session d’été d’Helsinki et visité le Centre d’excellence européen pour la lutte contre les menaces hybrides.

Au cours de cette visite, le général de corps aérien Steven M. Shepro a participé, notamment en qualité de conférencier, à la 4e session d’été d’Helsinki, organisée par le Centre sur la politique et la puissance des États-Unis (CUSPP) à l’Institut finlandais des affaires internationales. Dans son discours sur l’OTAN et l’avenir de la défense collective, il a abordé les perspectives de défense collective, les mesures politiques et militaires prises par l’OTAN en réponse aux défis actuels et futurs, et le rôle des partenaires « nouvelles opportunités ».

S’agissant des nouveaux défis qui ont profondément bouleversé le paysage sécuritaire de l’après-guerre froide ces dernières années, le général Shepro a rappelé les efforts faits par l’OTAN pour y répondre : « Face à ces défis, l’OTAN accélère, élargit et amplifie sa capacité d’assurer une défense collective. Pour y parvenir, l’Alliance se concentre sur trois domaines clés, sans jamais perdre de vue l’importance de ses partenaires, dont la Finlande : 1) la connaissance de la situation (360°), 2) la réactivité et l’interopérabilité des capacités, 3) la cohérence et la communication. » Le général Shepro a ensuite expliqué les travaux en cours sur les capacités de défense et de dissuasion de l’Alliance, la mise en œuvre du plan d’action pour la réactivité, la présence avancée rehaussée et la présence avancée adaptée, ainsi que le rôle important de ces différentes initiatives dans la réponse de l’OTAN à ces défis et dans les mesures de dissuasion visant les agresseurs potentiels.

Il a également souligné que dans un contexte de réelle mondialisation des menaces, l’OTAN doit « tisser des liens avec des organisations internationales comme l’Union européenne (EU) et exploiter ses partenariats avec des pays comme la Finlande ou la Suède. Ces partenariats sont essentiels. L’OTAN associe de plus en plus ses partenaires à des exercices, au partage d’informations, à la normalisation et à la planification des besoins. En tant que partenaire “nouvelles opportunités”, la Finlande est particulièrement engagée dans ces domaines ».

Ce déplacement aura également permis au général Shepro de visiter le Centre d’excellence européen pour la lutte contre les menaces hybrides, qui se trouve en Finlande. Au début de l’année, neuf pays de l’OTAN et de l’UE ont signé le mémorandum d’entente instituant ce centre : la Finlande, la France, l’Allemagne, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Suède, le Royaume-Uni et les États-Unis. Bien que n’étant pas elles-mêmes signataires, l’OTAN et l’UE comptent prendre une part active aux activités du Centre. Le général Shepro a reconnu l’importance du Centre : « La lutte contre les menaces hybrides est une priorité pour l’OTAN, car ces menaces brouillent la distinction entre guerre et paix en mêlant de multiples capacités et tactiques. » Le Centre ouvrira officiellement dans le courant de l’année.