Press briefing by General Stéphane Abrial, Supreme Allied Commander Transformation (SACT)

  • 12 Sep. 2012
  • |
  • Last updated: 13 Sep. 2012 11:28

OANA LUNGESCU (NATO Spokesperson): Good Afternoon.
Thank you very much for coming. We are very happy to have General Stéphane Abrial with us, but before I pass on to the briefing that we had organized for today, let me start with a statement that he Secretary General issued within the last few minutes on the Benghazi attacks.

The Secretary General strongly condemns the attack on the US mission in Benghazi which led to the tragic loss of four Americans, including the Ambassador. Such violence can never be justified. The Secretary General offers his deepest condolences to the families and loved ones of those who lost their lives and his thoughts are with those who are injured.

The Secretary General welcomes the Libyan President’s condemnation and condolences and his pledge of his government’s full cooperation. It is important that the new Libya continues to move towards a peaceful, secure and democratic future.”

This was the statement that the Secretary General issued, as I said, in the last few minutes as a result of the tragic events we saw last night in Benghazi.

Le Général Stéphane Abrial,  qui est avec nous a été le premier français à accéder au poste de Commandant Suprême Allié pour la Transformation  -- et en fait le premier européen à diriger un des deux commandements stratégiques de l'Alliance. Ce matin  le Général Abrial a fait un point de situation devant le Conseil,  où je peux dire il a reçu un accueil très chaleureux de la part des 28 ambassadeurs - et même des applaudissements -- pour le travail remarquable qu’il a fait au service de la transformation de l'Alliance pour faire face aux défis du 21ème siecle, et aussi comme un où deux représentants  spéciaux du Secrétaire Général pour la défense intelligente. Smart defence. Le Général Abrial a renforcé le lien transatlantique au sein de l'Alliance , il a consolidé les relations entre l'OTAN et l'Union Européene sur le plan des capacités, et il a contribué au succés du Sommet de Chicago, parce qu’il a voyagé inlassablement – en fait il a visité je crois toutes les capitales alliées en tant qu'envoyé spécial du secrétaire général.    
  
Le Général Abrial occupe ses fonctions  à Norfolk, en Virginie, jusqu'au 28 septembre prochain, date à laquelle son successeur, le Général d'armée aérienne Jean-Paul Paloméros, prendra la relève.
 
Mon général, soyez le bienvenu -- vous avez la parole. 

GÉNÉRAL STÉPHANE ABRIAL (Supreme Allied Commander Transformation, SACT): Merci beaucoup Oana. Bonjour à tous. Comme... comme vous savez sans doute... comme Oana vient de le dire, je suis de passage à Bruxelles. Ce matin, j'ai présenté devant le Conseil Atlantique mes idées pour la dernière fois. Et vous faites aussi partie de mes interlocuteurs privilégiés pendant... depuis trois ans maintenant. Et donc, je tenais à vous rencontrer avant de quitter Norfolk et de quitter mon poste.

J'en profite pour remercia Oana de me donner cette possibilité et pour son soutien permanent pour organiser ce genre de rencontres qui permettent de mieux connaître mes activités au sein de l'Allied Commander Transformation.

Pour ceux qui le souhaitent, je tiens à dire en passant que vous pouvez aussi profiter de la cérémonie de passation de commandement, le 28 septembre pour venir à Norfolk. Je crois savoir que comme en 2009 un voyage de presse être organisé, ça sera une bonne occasion pour vous de juger sur place.

Je pars d'autant plus serein que je sais qu'ACT sera en bonne main. Je connais très bien mon successeur, le général Jean-Paul Paloméros qui m'avait déjà succédé il y a trois ans en 2009 à la tête de l'armée de l'air française. C'est un ami proche. C'est, en plus, vous vous en rendrez très vite compte un chef exceptionnel. Il a bien sûr su poursuivre l'adaptation à la transformation de l'armée de l'air française tout en engageant sous la bannière de l'OTAN en Afghanistan pendant toute la durée de son mandat, et également en Libye où il s'est particulièrement illustré. Et je ne doute pas qu'il saura relever les défis de la transformation avec le même enthousiasme et le même plaisir que ce que j'ai éprouvé durant mon mandat.

Since 2009 much has been done and NATO has demonstrated its relevance with the success in Libya, but we must continually adapt to emerging challenges. In particular it should be a priority to preserve and develop Alliance capabilities as NATO will likely face the tricky combination of a decrease in operational tempo with the end of operations in Afghanistan, in the coming years, and an enduring fiscal crisis.

Only a few nations are able to deliver on their ambition of maintaining the level of defence spending at two percent of GDP. Some nations are undergoing drastic cuts in their defence budgets and making decisions that will have a long-lasting impact on themselves and on NATO.

But I'm optimistic. In Chicago the nations reaffirmed the determination to, I quote, ensure that NATO retains and develops the capabilities necessary to perform its essential core tasks.

It is the echo I also received when I visited all nations, as the Secretary General's Special Envoy for Smart Defence. Regarding the fact that my mission as SACT will end soon, I do not intend to look back over my three years in some form of testimony. While much as been accomplished, Transformation remains an on-going and evolving endeavour. It's a continuous path. Continuing Transformation we must ensure that cohesion among allies is maintained and enhanced, and NATO needs to guarantee continued interoperability between national forces and to promote the intellectual and technical flexibility needed to face any potential strategic surprise in the future. And this must be done together.

Because nations all agree that they can't continue to go it alone, Smart Defence and the Connected Forces Initiatives, two initiatives launched by Secretary General Rasmussen, have gained broad support across the Alliance. Delivering these two initiatives are among my priorities for Allied Command Transformation.

First, Smart Defence. You are already familiar, of course, with the concept. As it was expected the Summit confirmed a strong mandate in this area. NATO must continue to provide the framework and be a catalyst for multinational projects, wherever nations wish it, but also to serve as a promoter of coherence and a source of strategic advice, to help inform national decision making.

Regarding the projects, the first list has been formalized in Chicago. Today there are around 150 projects or proposals, including 24 which are being implemented right now. And the momentum will continue. We are expecting ten more in the coming months. And we will continue our relationship with the European Defence Agency, which is a great example of how the EU and NATO can be complementary and mutually reinforcing.

Turning to the Connected Forces Initiative. As we look ahead to the post-Afghanistan period it is intended to be the framework for unified efforts to make sure our forces, and those of our partners, are optimized for working collectively and also that our forces maintain the strong coherence that they have developed during operations. Indeed, the ultimate goal of the Connected Forces Initiative is to maintain and enhance the level of combat effectiveness that we have reached through a decade of continuous operations.

In this field of improving cohesion and interoperability, training is of paramount importance. As you probably know, ACT is taking the lead in the overall education and training field. And we'll soon be responsible for overseeing both individual and collective training exercises in NATO.

We need to be able to deploy soldiers, sailors and airmen that are comfortable operating within the complexity and ambiguity of the contemporary battle space and be able to work with their counterparts in the multinational environment.

But it is important to stress that these two strategic initiatives are strongly interrelated. Multinational cooperation is one way to ensure interoperability and we have to make sure that the two initiatives feed each other.

These are two good examples of the work on-going, but as you are aware, ACT's mission is much broader than this. ACT and NATO are closely involved in facilitating relations with industry. In this context I invite you to participate in our Industry Day that will take place in Riga, in Latvia on the 17th of October.

It is our main annual event, aimed at fostering our relationship with industry, and this year the novelty is that what was so far an ACT event becomes a NATO-wide event. We will co-host it with the Defence Investment Division here in the NATO HQ in order to offer nations and industry a single forum for all aspects of capability development.

This year's event will focus on the impact for NATO and industry of the decisions taken at the Chicago Summit. Significant emphasis will also be put on the evolution of a NATO industry relationship.

You will see that a lot has been done since we launched the Framework For Collaborative Interaction in 2010 and all the topics of interest are relations with the European Union, defence planning process enhancement, cyber defence, space, to name but a few.

Almost ten years after its creation Allied Command Transformation is now firmly positioned as the leader of Transformation in the renewed Alliance. As a military leader I always try to give my best advice and to make a case for adequate level of resources within an environment of competing demands. Again, I'm sure that General Paloméros will continue to enthusiastically confront these challenges. Thank you.

OANA LUNGESCU (NATO Spokesperson): Thank you very much, General.

The General will be happy, I think, to take questions both in English and in French, as you can see. Agence France-Presse.

Q: Oui, une question en français. Est-ce que comme premier Européen à tenir ce poste, est-ce que vous notez un fossé grandissant entre les États-Unis et l'Europe au niveau de la défense, au niveau des dépenses de défense et au niveau des capacités?

GÉNÉRAL STÉPHANE ABRIAL: Bon, je ne sens pas un fossé grandissant. Il y a toujours une différence liée à la taille des pays aussi bien en ressources humaines qu'en ressources financières par rapport aux pays européens. Mais il y a une très, très forte volonté de convergence.

Je peux témoigner ici que l'accueil que j'ai reçu auprès des autorités américaines est absolument remarquable; que les autorités américaines sont totalement en faveur d'un renforcement continu du lien transatlantique; que la présence d'un commandeur européen sur le sol américain fait partie, aussi bien de manière symbolique que de manière pragmatique de ce lien transatlantique et qu'il y ait une volonté mutuelle, quelque soient les évolutions de chacun de nos pays individuellement de tout faire pour nous améliorions en permanence notre capacité à travailler ensemble.

Ma vision est que... je dirais peu importe qu'il y ait parfois des différences et que certains pays soient plus en avance que d'autres au niveau technologique, du moment que nous ne créons pas des difficultés d'actions communes.

Il faut que nous soyons toujours capables de travailler ensemble de manière toujours plus étroite. Et ceci vaut aussi bien en ce qui concerne les aspects technologiques que les aspects humains. D'où l'importance pour moi dans les initiatives en cours actuellement à l'OTAN, l'importance de l'aspect humain de la transformation. Et donc le poids énorme que je mets, le travail que j'impulse dans le domaine de la formation, de l'entraînement, des exercices.

OANA LUNGESCU: El País.

Q: General, Martinez de Rituerto, El País. En français?

GÉNÉRAL STÉPHANE ABRIAL: Comme vous voulez, merci.

Q: You have spoken about NATO has proved the success in Libya. Libya is today a big issue here in this house. Will you characterize today's events in Libya as an accident de parcours dans la situation... dans l'intervention de l'OTAN? Ou quel est votre avis sur cette affaire, merci?

GÉNÉRAL STÉPHANE ABRIAL: En tant que commandant stratégique de l'OTAN, mon allusion à l'opération réussie en Libye se limitait à l'opération qu'il a fallu que nous menions. Pour la suite des événements, je m'en réfère à Oana.

OANA LUNGESCU: As you know, our mission to protect the people of Libya was successfully completed on the 31st of October last year. Ambassador Chris Stephens and his colleagues were in Libya to help Libyans achieve a better future and a transition to democracy. We pay tribute to their sacrifice. We express our strongest and deepest condolences for their loss. Our sympathy is with their families, their colleagues, with those who are wounded, with our colleagues from the State Department. And as you heard in the Secretary General's statement, we welcome the statement by the Libyan president expressing his condemnation, his condolences and his very clear pledge to fully cooperate in the inquiry that I understand also the Libyan Congress has asked for.

It is important that the new Libya, that emerged last year, continues to move forward towards the democratic, the secure, and the peaceful future that Libyans want.

Q: (Inaudible…) Eh voilà, pardon. Pourriez-vous nous donner quelques exemples illustrant les avancées qui ont été réalisées dans les projets multinationaux qui ont été adoptés au Sommet de Chicago? Et deuxième question: "Où en êtes-vous pour... dans les projets suivants?" Est-ce qu'il y aura une liste... liste nouvelle qui sera présentée bientôt? Merci.

GÉNÉRAL STÉPHANE ABRIAL: Alors, sur les projets qui ont été ... qui ont été actés, il y en avait vingt-deux. Aujourd'hui, on en a vingt-quatre. Il y en a deux de plus qui se sont ajoutés en cours de route. Il... La mise en oeuvre a commencé et avance bien pour l'ensemble d'entre eux. Certains sont très long terme. Donc, je n'ai pas d'éléments très concrets à vous donner pour l'instant. Il faut que les nations définissent bien exactement la manière dont elles veulent coopérer sur ce sujet.

Il faudrait que je vous donne des exemples très pragmatiques. On a par exemple un projet qui consiste à mieux utiliser différents moyens de patrouille maritime. Des avions de patrouille maritime qui appartiennent aux différents pays... à différents pays de l'Alliance et mieux coordonner l'action de ces moyens. Et bien nous avons une cellule d'activation de cette initiative qui a ouvert ses portes; qui a commencé à travailler au 1er juillet, vous voyez, donc Chicago, mai; première mise en oeuvre, juillet pour ce projet-là. Et ce n'est que le début de la mise en oeuvre de ce projet.

Nous avons aussi travaillé beaucoup sur tout ce qui était traitement médical en opération. Et c'est un des sujets sur lesquels nous avons étroitement coordonné avec l'Union européenne de manière à ne pas risquer de dupliquer; mais au contraire être complémentaire.

Bien, dans ce domaine, nous avons maintenant déjà réussi à écrire et à faire adopter un concept de traitement médical en opération et un traitement en gros les soins de santé. Un concept qui maintenant... sur lequel vont s'appuyer les gens pour développer les moyens dans l'étape suivante de ce projet multinational.

J'ajouterais... je vous citerais un autre exemple. On a un projet qui... qui vise à créer une interface universelle pour les armements à monter sur les avions de combat. Bien, nous avons établi un standard OTAN... STANAG dans notre jargon. Et ce STANAG est maintenant publié aux nations et est entré dans le processus d'agrément avec les nations.

Donc, voilà trois domaines différents, trois exemples concrets de travaux qui aboutissent et qui auront des résultats tangibles à court terme. D'autres projets sont bien sûr de beaucoup plus long terme encore une fois. Et les résultats sont attendus, je dirais, au fil de l'eau, en 2013, 2014, 2015 et pour certains même au-delà. Ce sont des projets de très longue durée. En ce concerne votre deuxième question, je ne sais pas s'il y aura une autre liste après le 28 septembre. Je ne serai plus là. Mais j'aurais tendance à dire "Non". Non, parce que maintenant l'initiative a été lancée, que le concept a été validé par les chefs d'État et de gouvernement à Chicago, qu'une première liste de projets a été endossée, nous savons dans quel axe travailler.

Et comme vous l'avez vu déjà deux de plus depuis Chicago, comme je vous l'ai dit, je pense que d'ici la fin de l'année on a des très bonnes chances. Parce que les nations sont très désireuses d'avancer, d'avoir 10 projets de plus qui vont continuer à s'agréger à cette liste: des projets qui touchent à la protection des forces; la lutte contre les engins explosifs improvisés, des ambulances blindées; l'utilisation spécifique des réserves qui est une grande nouveauté, une grande innovation.

Ces projets viennent les uns après les autres, au fur et à mesure qu'ils murissent, s'agréger à la liste initiale. Et donc, c'est une liste vivante qui ne va pas arrêter d'évoluer au fil du temps. Et je ne pense pas qu'on fera des listes... dès qu'on... dès que les nations se mettent d'accord pour aborder une nouvelle idée. Eh bien, nous mettons tout en œuvre pour les aider et pour qu'elles puissent se réaliser.

Ce qui est très important dans le développement ultérieur de la Smart Defence, je crois que c'est de garder le momentum, garder l'élan initial ou l'élan politique donné par Chicago. Et en cela, le rôle des envoyés spéciaux du Secrétaire général est très important vis-à-vis des autorités politiques et militaires des nations.

Je crois qu'il est nécessaire de créer une espèce de centre d'incubation d'idées nouvelles, justement pour pouvoir continuer à amplifier cette liste et à la compléter.

Et il faut que nous fassions tous les efforts possibles pour aider les nations dans la mise en œuvre de ces projets, pour que de l'état d'idées elles deviennent des réalisations pratiques qui améliorent l'efficacité de nos forces et leur interopérabilité, leur connectivité.

OANA LUNGESCU: Jane's.

Q: Yes, Brooks Tigner, Jane's Defence. I want to come back to the question of interoperability. Training and exercises can address this issue, particularly the interoperability gained in Afghanistan, as you pointed out. They can do that, but only up to a certain point. After that you need to make... in order to get real economic and performance gains in interoperability you need to address equipment and hardware interoperability.

So how do you assess the feasibility of pushing hardware interoperability among the Allies in the future? And doing this more quickly than has been achieved by the AGS or the ACT's programs, which have taken decades to achieve. Is there a solution?

GÉNÉRAL STÉPHANE ABRIAL: Well, yes, there is. (Laughs). The idea is to reach the solution. And I think a good example of it is probably the joint ISR, Intelligence Surveillance Reconnaissance flagship project inside the Smart Defence. You know we have three flagships: missile defence, Joint ISR and air defence.

The Joint ISR, in particular, is a good example of this possibility to increase interoperability, because interoperability is at the centre of some of the initiatives linked to the big JISR project. Interoperability, not only technically, but also in the human domain, of course how to train together to have the same approach, the same understanding.

As far as equipment and hardware is concerned, because this is the heart of your question, this is something on which ACT has been working for years now. I would send you back to our Framework for Collaborative Interaction Initiative, FFCI, where since October 2009, when I have launched the initiative until today, we work on those industrial partners who want to work with us. Trying to explore the future. We try to share with them as much as we can of our vision of the future, and we expect from them that they share with us as much as they can of the technologies they envisage. And this includes the interoperability aspects.

Today we have 70 companies working with us. In the specific domain of interoperability we look at two layers. One is how to make sure that interoperability is integral to every future capability development; that it's part of a project from the day we start putting pen on paper, or mouse on screen, and second, how can we improve, or just create interoperability between existing group equipments which do not have this layer. These are two different approaches. Both are extremely important and both increase the global effectiveness at a very limited cost. It's another way to compensate for reducing budgets.

What we try to do now, and the second stage of a rocket, which I have launched in the industry in London this year, how do we address small and medium-size businesses? Because very normally... very understandably, the first companies we have been doing business with are large size, because it's easy for them to know us because it's easy for us to know them, and because they have the adequate resources to invest with no immediate return, because as you know, ACT is not a procurement agency. We don't buy anything. Everything is for free. So it's brain power at zero cost for NATO, I would say. Serving the future, which will, of course, benefit everybody.

But how do we reach the small and medium-size businesses? They don't know us, we don't know many of them. They don't have the resources to invest on the long term. They need short-term return. So we are now exploring all the possibilities through prime contractors, through national syndicates, domain by domain, whatever. We're open to any possibility.

But I think small and medium-size businesses are the source of innovation and they also give the possibility for every single nation in NATO to be a player in the industrial landscape, and to increase the national interest to participate in Smart Defence projects. So I think it's very much mutually beneficial. It's ambitious, but the beginning is looking good.

OANA LUNGESCU: Le Soir.

Q: Philippe Regnier, Le Soir, Bruxelles. Vous avez mentionné l'impact à long terme de la crise financière et budgétaire sur les investissements en matière de défense. Et c'est bien sûr là d'ailleurs une convergence entre les États-Unis et l'Europe d'ailleurs. Mais est-ce qu'il y a...? Et la Smart Defence est une réponse à cette évolution.

Est-ce qu'il y a néanmoins un point à partir duquel il y aurait une préoccupation quant à la sécurité particulièrement la sécurité du continent européen si les économies budgétaires en cette matière continuaient à se produire? Ou bien estimez-vous qu'il y a encore de la marge avant d'avoir un motif d'inquiétude à ce sujet?

GÉNÉRAL STÉPHANE ABRIAL: Je pense qu'il y a matière à être inquiet. Puisque toutes nos nations, sans que ça a été une règle d'or. Mais toutes nations aient exprimé le souhait de maintenir au moins 2% du PNB pour le budget de défense. Rares sont les nations qui arrivent à maintenir ce seuil. Et donc, le moyen de continuer à entretenir des capacités existantes et le moyen de développer de nouvelles capacités, c'est de faire plus de choses ensembles. Et faire plus de choses ensembles à travers la Smart Defence, ça permet d'éviter des réductions, voire des abandons de capacité dans certaines nations. Pour que ça marche, il faut bien évidemment que les nations s'intéressent à des sujets qui sont de leur propre intérêt; que ça corresponde à un intérêt général collectif de l'Alliance; que les nations trouvent le bon cercle au sein duquel développer ce... ce projet, c'est-à-dire qui voudrait qu'il y ait la même vision, le même besoin, les mêmes intérêts que j'appelle de proximité stratégique qui peut être lié à la géographie, du voisinage. Ça peut être une culture commune ou voisine, une langue voisine. Ça peut être aussi un historique de coopération réussie, comme par exemple les nations qui ont travaillé depuis des années maintenant sur le F-16. Il y en a dans le Nord, dans le Sud de l'Europe, il y en a partout. Donc, la contiguïté géographique n'est pas un must; n'est pas une obligation. Mais il faut donc que les nations décident dans quel groupe, elles se sentent le plus à l'aise. Elles ont déjà un très bon niveau de confiance mutuelle, de connaissances mutuelles. Et donc le projet a le plus de chances d'aboutir.

Et si les nations... comment dire?... réussir à remplir tous ces critères, eh bien, ça leur permettra, encore une fois, de maintenir ou d'acquérir des capacités que sinon seules elles auraient dû abandonner.

Alors, est-ce que cette initiative permettra de nous dégager des marges? Je ne suis pas capable de le dire. Mais en tout cas, ce qui est très important à noter, c'est que la Smart Defence n'est pas un outil pour permettre de réduire des budgets de défense. Ils sont déjà très bas.

La Smart Defence est un outil pour permettre de remplir les missions que les nations de l'Alliance nous fixent et ce, malgré la crise économique. Et encore une fois, le seul moyen d'y faire face, c'est de faire plus de choses ensemble.

OANA LUNGESCU: Est-ce qu'il y aura...? Est-ce qu'il y a oui... AFP, dernière question. S'il y a d'autres, c'est votre moment d'y penser. Voilà, je prends.

Q: Deux questions: 1) Quelles sont les nations les plus allantes là-dedans dans ces projets de coopération? Et deuxio, vous savez qu'il y a un débat en France sur la place de la France dans l'OTAN. Quelle est votre expérience et le bilan que vous tirez du retour de la France dans le commandement intégré?

GÉNÉRAL STÉPHANE ABRIAL: Nations les plus allantes? Je dirais vingt-huit. Non, pour le premier, c'est que dans l'OTAN on ne singularise pas... et on ne montre pas du doigt. Donc, je suis très content de la manière dont l'ensemble des nations aborde cette initiative. Mais je confirme... je consolide ce que je viens de dire qui paraît un peu langue de bois, par l'accueil que je reçois dans toutes les capitales quand je viens en tant qu'envoyé spécial du Secrétaire général.

Et je suis frappé de voir le niveau de compréhension de ce que représente l'initiative, de son intérêt, de sa nécessité, et la motivation de chacune des nations pour aller de l'avant, pour contribuer à certains projets et pour certaines à prendre la direction de certains projets. Donc, je suis extrêmement optimiste. Parce que je pense que l'état d'esprit est en train de changer. Et Smart Defence, c'est justement ça. Ce n'est pas seulement une liste de projets.

C'est un changement de culture qui doit nous amener face aux difficultés que nous connaissons dont on vient de parler avec Monsieur; qui va nous amener à systématiquement, quel que soit le sujet que l'on aborde, commencer par se demander: "Que pourrait-on faire ensemble? Et jusqu'où peut-on aller ensemble?" Au lieu de commencer par se dire: "Qu'est-ce que je fais? Ah tiens, ça je n'y arrive; donc je vais peut-être en parler aux autres." C'est une inversion du paradigme, de la charge de la preuve, je dirais. Et donc, de ce point de vue-là, toutes les nations sont allantes.

Ensuite, bien évidemment, en fonction des possibilités, du savoir-faire, du tissu industriel, de tout un tas de critères, y compris ceux que j'ai cité dans ma définition de ce que j'appelle la stratégie, la proximité stratégique, eh bien les nations participent à plus ou moins de projets et cherchent ou non à prendre la direction de l'un ou plus.

Ce qui est intéressant, c'est qu'il n'y a pas deux projets qui ont exactement le même... le même groupement. Chaque projet voit une configuration différente. Ce qui m'amène à dire que cette initiative Smart Defence est en plus un objet de cohésion supplémentaire pour l'Alliance. Puisque nous n'avons pas créé des sous-groupes fixes et bien délimités; mais au contraire, un maillage. Et chaque anneau, chaque cercle nouveau créé ne peut fonctionner que si les autres également sont en état de fonctionner.

La place de la France dans l'OTAN. Bien vous seriez surpris si je vous dis que je ne suis pas heureux d'avoir... de mettre vu confier cette mission pendant ces trois dernières années; qui a été une mission extrêmement enrichissante.

Je crois que la présence française est appréciée au sein de la structure. Je peux témoigner que les collaborateurs que la France m'envoie sont des gens de haute valeur et qu'ils sont parfaitement insérés dans cet ensemble où toutes les nations contribuent à préparer le futur.

Je crois qu'il est aussi extrêmement important d'envisager encore une fois... c'est l'esprit de la Smart Defence... un maximum de choses ensemble. Je crois fondamentalement qu'une... les progrès que nous contribuons à faire faire à l'OTAN, à travers la transformation dont je m'occupe sont intéressants et utiles aussi pour les progrès de l'Union européenne et les relations que nous avons noué entre la Smart Defence chez nous et le "putting and sharing" du côté UE avec en particulier les relations avec l'Agence européenne de défense. C'est un très bon exemple de ce qu'on peut faire; et que donc, les deux institutions ont la capacité à se renforcer mutuellement. Et c'est ce que nous essayons de mettre en œuvre au quotidien à ACT.

OANA LUNGESCU: Belga.

Q: (Inaudible)... De Belga. Parmi les trois programmes-phares que vous avez mentionnés, il y a notamment la défense aérienne.

GÉNÉRAL STÉPHANE ABRIAL: Oui.

Q: Est-ce que vous pouvez nous donner quelques indications sur l'état d'évolution de la réflexion au (Inaudible)?

GÉNÉRAL STÉPHANE ABRIAL: C'est un dossier complexe. C'est pour ça qu'il est étiqueté "phare", "flag ship". C'est un dossier qui a des applications politiques très lourdes, bien évidemment. Et donc, il n'y a pas....de... comment dire?... de résultats concrets aujourd'hui sur la table. Mais les discussions avancent bien, sachant qu'il y a la combinaison de l'équilibre à trouver entre solidarité et souveraineté; et qu'il y a la question de l'acquisition ou non; et si oui, sous quelle forme, des moyens nécessaires à exercer cette défense aérienne. Donc, il y a des réponses qui appartiennent à d'autres ministères. Il y a des réponses de très haut niveau politique. Ce qui est remarquable, c'est la question est fermement sur la table et que les discussions avancent bien. Mais pas encore... Il est trop tôt pour avoir des résultats.

OANA LUNGESCU: Any other question? Je crois que vous avez presque tout dit. Mais vous serez là encore jusqu'au 28 septembre.

GÉNÉRAL STÉPHANE ABRIAL: Absolument.

OANA LUNGESCU: Merci beaucoup, mon général. Je crois aussi comprendre que vous avez fait le tour du monde douze fois avec vos voyages au service de l'OTAN et de la défense intelligente. Et on vous en remercie. Et aussi pour votre ouverture constance à la presse.

GÉNÉRAL STÉPHANE ABRIAL: Merci beaucoup. Pour ceux d'entre vous qui ont des soucis et qui se demandent comment on résiste au "jet lag", c'est simple, ne vous posez nulle part; voyagez en permanence. Vous sentirez moins la différence. (RIRES) Merci beaucoup. Merci de votre intérêt. Et encore une fois, sachez que les portes d'ACT vous sont ouvertes, si vous souhaitez venir nous rencontrer sur place. Mon état-major et moi nous prenons 15 jours. Et puis ensuite, mon successeur sera très heureux de vous accueillir, merci

OANA LUNGESCU: Merci à vous.