La tribune des experts

Anders Fogh Rasmussen,
secrétaire général de l’OTAN

Chicago : le bon endroit, au bon moment

Les dirigeants de l’OTAN se réunissent à Chicago les 20 et 21 mai 2012. C’est l’endroit idéal pour célébrer le lien unique qui unit l’Amérique du Nord et l’Europe, et pour prendre les décisions qui feront que notre avenir sera aussi couronné de succès que notre passé, dit le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen.

Chicago est l’une des villes les plus dynamiques des États-Unis. Elle s’est construite sur la diversité et la détermination. Plusieurs centaines de milliers d’habitants de Chicago – hier comme aujourd’hui – sont originaires de pays européens de l’OTAN. Et au nord de Chicago se trouve un autre pays membre de l’Alliance : le Canada. Cette année, des élections importantes se tiennent dans de nombreux pays alliés, dont les États-Unis. Les élections sont la face visible de la démocratie, et elles représentent la liberté en action. Mais la démocratie c’est bien davantage qu’une urne électorale et un vote majoritaire. Elle implique également le respect de l’état de droit et des droits des minorités.

La liberté individuelle, la démocratie, les droits humains et l’état de droit sont les valeurs et les principes mêmes sur lesquels l’Alliance est fondée. Nos pays membres sont ainsi réunis au sein d’une communauté unique en son genre dans le but partagé de préserver notre sécurité et de défendre ces valeurs.

Les élections sont la face visible de la démocratie, et elles représentent la liberté en action. Mais la démocratie c’est bien davantage qu’une urne électorale et un vote majoritaire. Elle implique également le respect de l’état de droit et des droits des minorités.

Au dernier sommet de l’OTAN, tenu en novembre 2010 à Lisbonne, nous avons adopté un nouveau Concept stratégique. Celui-ci expose les trois tâches fondamentales de l’Alliance pour cette décennie et au-delà : la défense collective, qui signifie que les Alliés se défendront toujours mutuellement contre une attaque ; la gestion de crise, qui signifie que l’OTAN contribue à gérer toute la gamme des crises potentielles, et la sécurité coopérative, qui signifie que l’Alliance entretiendra des liens actifs avec des pays extérieurs et avec d’autres organisations internationales.

En menant ces tâches à bien, nous serons à même de continuer à préserver notre sécurité et nos valeurs, et de continuer à atteindre notre objectif partagé.

Nous sommes déjà en train de mettre en œuvre notre nouvelle stratégie, mais nous avons à le faire dans le cadre de l’une des pires crises économiques que l’on ait connues depuis une génération. De nombreux pays alliés réduisent leurs budgets de défense, et ces réductions se répercutent sur les moyens militaires de demain et sur ce que nous serons capables de faire en tant qu’Alliance.

Les décisions que nous prendrons à notre sommet de Chicago démontreront l’attachement des Alliés nord-américains et européens au partage de la responsabilité et du leadership. En travaillant plus étroitement ensemble, nous empêcherons que la crise financière se transforme en crise sécuritaire. Nous ferons en sorte que, pour la fin de cette décennie et le début de la suivante, l’OTAN apparaisse non seulement comme une Alliance à la structure allégée, mais aussi comme une Alliance plus forte et plus souple.

Le partage de la responsabilité implique que chaque Allié joue pleinement son rôle, de manière équitable et active, dans tous les aspects des activités de l’Alliance

Le partage de la responsabilité implique que chaque Allié joue pleinement son rôle, de manière équitable et active, dans tous les aspects des activités de l’Alliance.

Nous vivons dans un monde imprévisible. L’an dernier, personne ne prévoyait la crise libyenne, mais l’OTAN a prouvé qu’elle est capable de réagir avec rapidité, souplesse et efficacité.

Nous sommes déjà en train de mettre en œuvre notre nouvelle stratégie, mais nous avons à le faire dans le cadre de l’une des pires crises économiques que l’on ait connues depuis une génération

En 2020, l’Alliance devra être tout aussi prête à assumer la gamme complète des tâches sécuritaires.

Nous devons maintenir notre aptitude à monter, sur court préavis, des opérations conjointes d’une force d’impact élevée et d’une haute précision. Nous continuerons donc d’avoir besoin de forces souples et rapidement déployables, ainsi que d’une combinaison appropriée de capacités militaires. La Libye a constitué un rappel fort de ce que sont ces capacités ; elles comprennent des munitions guidées avec précision, des moyens de ravitaillement air-air, ainsi que des moyens de renseignement, de surveillance et de reconnaissance. Telles sont les capacités vitales qui contribuent à protéger notre sécurité et à réduire les risques au minimum ; mais ces capacités sont aussi très coûteuses.

Les acquérir en période de crise financière est un défi majeur. Mais à Chicago nous montrerons que nous allons relever ce défi en adoptant une nouvelle optique – la « défense intelligente ».

Avec la « défense intelligente », il s’agit de décider non seulement de ce que nous supprimons, mais aussi de ce que nous conservons et de ce que sont nos priorités

Avec la « défense intelligente », il s’agit de décider non seulement de ce que nous supprimons, mais aussi de ce que nous conservons et de ce que sont nos priorités. Il s’agit de spécialiser les Alliés dans ce qu’ils font le mieux, et aussi de travailler ensemble pour obtenir des capacités qui sont trop coûteuses pour être fournies par un seul membre, quel qu’il soit.

Le partage de la responsabilité de l’obtention des capacités adéquates est important, mais pas suffisant. Les Alliés doivent aussi partager la responsabilité du fonctionnement collectif optimal de nos capacités et de nos forces. C’est l’objectif de l’Initiative d’interconnexion des forces que nous allons, je l’espère, approuver à notre sommet de Chicago.

Enfin, le partage du leadership est un élément crucial pour atteindre notre objectif partagé et assumer notre responsabilité partagée.

L’Europe et l’Amérique du Nord sont confrontées à un agenda sécuritaire vaste et complexe. Les efforts concernant une Europe entière et libre sont toujours en cours.

En Afghanistan, les États-Unis sont le pays chef de file depuis le début de notre engagement, mais tous les Alliés européens y sont également présents et apportent une contribution importante

© NATO

Le monde arabe connaît une période de changements majeurs, et, plus loin, en particulier en Asie, de nouveaux acteurs de la sécurité impriment leur marque.

Pour faire face avec efficacité à cet agenda, nous avons besoin d’une relation transatlantique rééquilibrée. À Chicago, les Alliés européens montreront qu’ils sont disposés à assumer un plus grand leadership et qu’ils en sont capables.

Déjà, au cours des 20 dernières années, davantage de forces européennes ont été déployées dans un plus grand nombre d’endroits que jamais auparavant. En Afghanistan, les États-Unis sont le pays chef de file depuis le début de notre engagement, mais tous les Alliés européens y sont également présents et apportent une contribution importante.

Au Kosovo, l’Allemagne a joué, très efficacement, un rôle de premier plan dans notre opération pendant une longue période. Et l’an dernier, en Libye, d’autres pays européens, ainsi que le Canada, ont prouvé qu’ils étaient capables de prendre la direction d’opérations de l’OTAN.

Les décisions de Chicago façonneront notre avenir et notre Alliance – une Alliance dont les membres sont déterminés à travailler ensemble de façon harmonieuse, efficace et efficiente

Cela montre comment différents Alliés ont conduit différentes opérations ; cela prouve la très grande souplesse opérationnelle de l’OTAN dès lors qu’il y a une solidarité politique entre les Alliés, et cela souligne que les pays européens sont à même de partager le leadership au sein de la communauté atlantique, et qu’ils le font.

Il est un autre domaine où l’Europe et l’Amérique du Nord donnent la preuve de ce partage du leadership : la poursuite de la coopération avec d’autres pays et d’autres organisations pour construire la paix et la stabilité.

À Chicago, nous rencontrerons des partenaires représentatifs de toutes les régions du globe. Notre vaste réseau de partenariats sécuritaires est véritablement unique en son genre. En travaillant avec des partenaires, nous renforçons notre propre sécurité, leur sécurité, et la sécurité du monde dans lequel nous vivons tous. Les Alliés européens et nord-américains vont témoigner de leur attachement à l’objectif partagé de notre Alliance. Ensemble, nous prendrons les décisions nécessaires à un partage de la responsabilité et du leadership.

Les décisions de Chicago façonneront notre avenir et notre Alliance – une Alliance dont les membres sont déterminés à travailler ensemble de façon harmonieuse, efficace et efficiente ; une Alliance capable de relever toute la gamme des défis sécuritaires qui évoluent ; et une Alliance encore plus en connexion avec les pays et les organisations du monde entier.

L’OTAN a déjà un passé de réussites impressionnant. Notre sommet de Chicago nous permettra de faire en sorte qu’elle continue à relever avec efficacité les défis sécuritaires d’aujourd’hui et de demain.

citations
Barack Obama
sénateur américain, 2006
Lettre d'information
Soyez sûr de ne rien manquer
Si nous ne sommes pas prêts à payer le prix pour nos valeurs, si nous ne sommes pas prêts à faire des sacrifices afin de
les mettre en œuvre, nous devons nous demander si nous y croyons vraiment »
À PROPOS
Go to
NATO A to Z
NATO Multimedia Library
NATO Channel
Partager ceci
Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Delicious
Delicious
Google Buzz
Google Buzz
diggIt
Digg It
RSS
RSS
You Tube
You Tube