NATO - North Atlantic Treaty Organization

Information générale

Travailler à l'OTAN

  • Introduction

    L’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) établit un lien entre l’Europe et l’Amérique du Nord, au sein d’une alliance de défense et de sécurité unique en son genre. Aujourd’hui, l'« Alliance » est engagée dans un large éventail d'activités visant à promouvoir la coopération internationale et à relever les nouveaux défis du XXIe siècle dans le domaine de la sécurité. En tant qu’agent civil de l’OTAN, vous devez vous attendre à exécuter diverses fonctions afin de soutenir le secrétaire général dans les activités quotidiennes de l'Alliance, avec le concours d’experts et de responsables officiels des pays membres de l’OTAN.

    Le Secrétariat international (SI) de l’OTAN propose des emplois exigeants et enrichissants dans différents domaines allant de l’élaboration de politiques, de la promotion du dialogue et de la mise en œuvre de programmes d’orientations à la fourniture de services et d’un soutien permettant le fonctionnement efficace et sans heurts de l’Organisation, ainsi qu’à la gestion et à l’affectation des ressources.

    Intégrer le Secrétariat international signifie travailler avec des collègues de 28 nationalités différentes, ainsi qu'avec les délégations nationales, des représentants des pays membres et des pays partenaires de l'OTAN et des membres de l’État-major militaire international. Il s’agit d’un environnement multiculturel très stimulant.

    Au travers de la politique des ressources humaines qu’elle applique, l’OTAN reste résolument déterminée à offrir un environnement de travail exempt de discrimination ou de harcèlement, assurant l’égalité des chances indépendamment du sexe, de la race ou de l’origine ethnique, de la religion, de la nationalité, d’un handicap, de l’âge ou des préférences sexuelles. Sans vouloir instaurer de quotas, l’OTAN cherche à garantir que son personnel reflète la diversité culturelle et historique des pays qu'elle sert, tout en préservant un équilibre hommes-femmes approprié. L’objectif est que l’Organisation s’enrichisse de la diversité naturelle de ses employés internationaux.

    Le Secrétariat international est situé dans la belle ville de Bruxelles en Belgique, considérée par beaucoup comme la capitale et le cœur de l'Europe, à proximité immédiate d'autres pays et capitales.

  • Règlement du personnel civil (RPC)

    Le RPC est un document approuvé par le Conseil de l’OTAN qui régit l'administration du personnel civil. Les dispositions contenues dans ses nombreux articles et annexes engagent mutuellement les agents et l’OTAN. Chaque agent qui rejoint le Secrétariat international de l’OTAN reçoit un exemplaire du RPC.

  • Politique des contrats

    En principe, un contrat de durée déterminée de trois ans, renouvelable pour une nouvelle période, est offert lors de l’embauche. Un contrat peut ensuite être offert pour une nouvelle période sous réserve d’une décision fondée sur divers facteurs, parmi lesquels la confirmation de la nécessité de maintenir le poste, la performance de l’agent et la nécessité d’une rotation. Pour certains postes, il est possible de demander un contrat de durée indéterminée tandis que court le deuxième contrat. Veuillez vous reporter aux dispositions spécifiques qui apparaissent dans tous les avis de vacance de poste.

  • Déploiement du personnel

    Dans le cadre de leurs fonctions à l’OTAN, des agents (civils) peuvent être déployés dans des endroits autres que leur lieu d’affectation principal pour effectuer des tâches à l’appui d’opérations approuvées par le Conseil. Ces déploiements sont soumis à des conditions et à des procédures spécifiques.  Celles-ci sont détaillées dans une politique approuvée par le Conseil de l’OTAN et dans les directives d’application du Secrétariat international. L’agent doit passer par un certain nombre d’étapes préparatoires pour que son déploiement soit autorisé, et ce afin qu’il bénéficie d’un soutien administratif et d’une protection adéquats. Ces étapes comprennent la formation préalable au déploiement, les immunisations, les formalités en matière d’assurance, et la réception d’un équipement et de vêtements de protection.

  • Diversité et égalité des chances

    La diversité du personnel : un atout

    En tant qu'organisation internationale, l'OTAN se caractérise par la diversité de son personnel. Elle regroupe des personnes qui n'ont pas les mêmes origines, les mêmes cultures, les mêmes valeurs, et qui travaillent et pensent différemment. Parce qu’elle bénéficie grandement de cette diversité de pensée, d’énergie et de perception dans l’exécution de son mandat, l’Organisation encourage et recherche les différences. Elle entend créer un environnement qui favorise au maximum le potentiel de chaque agent et reconnaisse la richesse de chacun. Cela est d’autant plus important que l’évolution du contexte de sécurité international fait s’élargir la gamme des compétences et des qualifications dont l’Organisation a besoin.

    Des différences qu’il faut gérer

    Pour qu’elle puisse déployer pleinement ses effets, la diversité doit être gérée. Axée sur la recherche d’un bon équilibre des compétences, l’approche stratégique de la gestion des ressources humaines vise à faire en sorte que l’Organisation dispose de personnel compétent et qualifié, dont les mérites soient évalués selon des critères objectifs, pertinents et transparents. L’Organisation met tout en œuvre pour que la performance et la satisfaction du personnel soient optimales. Elle assure l’égalité des chances à tous ses agents, sur la base du mérite de chacun.

    La diversité, ça nous concerne !

    La diversité est faite de ce qui nous différencie les uns des autres. Être attaché à la diversité, c’est reconnaître tout ce qu'un personnel venu d'horizons divers peut apporter de positif. C'est aussi respecter et apprécier ceux qui sont différents de nous-mêmes.

    Il y a égalité des chances quand les possibilités d’avancement sont les mêmes pour tous les agents, indépendamment de toute caractéristique n’ayant aucun lien avec les qualités et les compétences nécessaires pour une certaine fonction. Pour assurer l’égalité des chances, il est souvent nécessaire de traiter les gens différemment, d’une façon qui soit juste pour eux et adaptée à leurs besoins.

    Pour que ce concept devienne réalité, le Secrétariat international a adopté en 2003 une politique relative à l’égalité des chances et à la diversité.

  • Emploi des conjoints (ou d’autres proches parents)

    Le Secrétariat international de l’OTAN encourage le recrutement de conjoints ou de proches parents. Bien qu’il y ait certaines restrictions concernant l’emploi simultané de proches parents dans la même unité d’organisation, les conjoints ou proches parents d’agents peuvent être engagés pour des contrats temporaires ou de courte durée au sein du Secrétariat international.

    Les candidat(e)s doivent être ressortissant(e)s d’un pays membre de l’OTAN, avoir des compétences dans une discipline pertinente pour l’Alliance et maîtriser l’anglais ou le français (une bonne connaissance de l’autre langue étant un atout).

    Le Secrétariat international est particulièrement intéressé par des candidat(e)s qui ont un bagage dans des domaines comme la diplomatie, l’élaboration de politiques, le management, les relations publiques, la gestion de projets, l’informatique, le secrétariat ou le soutien administratif, ou encore dans des métiers techniques, qui résident déjà à Bruxelles et qui sont titulaires d’une habilitation de sécurité.

    Les engagements peuvent être ponctuels (par exemple pour quelques heures par semaine ou pour certaines périodes uniquement, selon les besoins).

    Pour plus d’informations, on consultera la page Personnel temporaire sur le site des RH.

  • Flexibilité

    Les horaires de travail réguliers du Secrétariat international sont de 8 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 18 h (16 h le vendredi). Cependant, il est possible d’adapter l'horaire de travail en fixant un planning personnel établi sur une ou deux semaines, à condition que le nombre d’heures de travail soit de 38 par semaine au total. Un tel horaire variable est bien entendu soumis à l’approbation du supérieur hiérarchique et ne peut pas aller à l’encontre des nécessités du service.

    Le travail à temps partiel est également possible. En fonction des exigences du poste et du service, un agent peut être autorisé à travailler un certain nombre d’heures correspondant à un pourcentage déterminé de l’horaire régulier. Le salaire payé sera bien entendu réduit en proportion.

  • Harcèlement et discrimination

    Le Règlement du personnel civil (RPC) stipule ce qui suit : « les agents doivent, en toute occasion, traiter avec respect et courtoisie leurs collègues et les autres personnes avec lesquelles ils/elles se trouvent en rapport dans l’exercice de leurs fonctions. Ils/Elles ne doivent pratiquer à leur égard aucune forme de discrimination fondée sur le sexe, la race ou l’origine ethnique, la religion ou les croyances, le handicap, l’âge ou les préférences sexuelles. » La politique sur le sujet souligne clairement que, dans notre environnement multiculturel, chacun doit être conscient et respectueux de la sensibilité d’autrui. Elle explique également la façon dont certains de ses articles s’appliquent à des situations de conflit entre personnes.

    Pour mettre en œuvre la politique de lutte contre la discrimination et le harcèlement, pour en contrôler l’application et pour prendre des mesures préventives, une Commission de prévention et de médiation a été créée. Elle est composée de membres du personnel et d’un représentant de l’Association du personnel. Des personnes de confiance, formées à cet effet, peuvent être contactées pour servir de médiateurs.

  • Politique linguistique

    Suite à l'approbation par le Secrétaire Général de la politique linguistique révisée, une directive d'application (PDF/54Kb) a été développée pour le Secrétariat International, prenant effet le 16 juin 2011.

    Les candidats postulant pour des postes du Secrétariat International de l'OTAN sont invités à consulter la table d'équivalence (PDF/153Kb) entre les niveaux linguistiques du SI de l'OTAN et les standards internationaux de certification linguistique.

  • Congés

    Les congés annuels sont de 30 jours, soit 2,5 jours ouvrables par mois. Après la période probatoire, ces congés sont cumulatifs et peuvent être pris à l’avance avec l’autorisation du supérieur hiérarchique.

    Un congé dans les foyers est accordé aux agents ayant droit à l’indemnité d’expatriation et ne possédant pas la nationalité du pays de séjour. Ce congé est d’une durée de huit jours ouvrables tous les deux ans de service, augmentée de la durée du voyage aller et retour calculée sur la base du moyen de transport en commun le plus rapide. Les frais de voyage de toute la famille (agent, conjoint et enfants à charge) sont remboursés à condition que les dates coïncident avec celles du congé dans les foyers pris par l’agent.

  • Assurance maladie et assurance-vie

    Les agents paient une prime à titre de cotisation à l’assurance maladie, invalidité et vie.

    Celle-ci couvre :

    • un remboursement partiel des frais médicaux pour les agents, leur conjoint et les enfants à charge ;
    • un remboursement intégral des frais médicaux pour les agents en cas d’accident du travail ou de maladie professionnelle ;
    • une pension d’invalidité si l’agent est reconnu invalide ;
    • le versement d’une somme en cas de décès de l’agent.
  • Régime de pensions

    Si vous êtes entré(e) en fonction à l'OTAN le 1er juillet 2005 ou après cette date sans avoir droit à une pension différée au titre du régime de pensions coordonné et sans percevoir une telle pension, vous êtes affilié(e) au régime de pensions à cotisations définies de l'OTAN (DCPS).

    Le DCPS est un régime de pensions entièrement capitalisé, financé par les cotisations de l'Organisation et des agents. Ces cotisations, auxquelles s'ajoutent les intérêts résultant de leur placement, sont utilisées exclusivement pour le versement des pensions de retraite et des prestations et honoraires connexes.

    Dans le DCPS, chaque affilié(e) a un compte ouvert à son nom. Ses cotisations (8 % du traitement de base) et celles de l'employeur (12 % du traitement de base) sont versées chaque mois sur son compte. Vous avez en outre la possibilité de verser jusqu'à 5 % de votre traitement de base à titre de cotisation volontaire supplémentaire.

    L'OTAN a désigné la société Previnet SpA comme administrateur du régime de pensions. Previnet gère le site web du DCPS, qui permet aux affiliés de suivre leur compte de pension et de demander que leurs cotisations ou leurs avoirs soient placés dans un ou plusieurs autres fonds. Les affiliés peuvent également y trouver des informations sur les pensions ainsi que sur la performance des fonds, les réponses aux questions fréquemment posées et des liens utiles.

    Les avoirs sont placés dans des fonds gérés commercialement (les gestionnaires actuels étant BNY Mellon Asset Management et BNP Paribas Investment Partners) de manière à constituer un capital qui permettra à l'OTAN d'acheter pour vous une pension de retraite. Vous pouvez choisir de faire placer vos avoirs selon l'option par défaut proposée par le système, ou décider vous-même de la manière dont ils seront placés. Les avoirs peuvent être placés dans un ou plusieurs fonds parmi un éventail qui en comprend sept (deux fonds monétaires, trois fonds obligataires et deux fonds en actions). Votre compte sera crédité ou débité selon le rendement de vos placements, qui peut être positif ou négatif. Le règlement du DCPS, qui a été approuvé par les pays, stipule que l'Organisation n'est pas tenue responsable des pertes que les placements pourraient subir du fait de fluctuations sur le marché des capitaux.

    Les avoirs que vous détiendrez dans le DCPS au moment de votre départ à la retraite seront fonction des cotisations versées et du rendement des fonds dans lesquels vous aurez choisi d'investir. Le rendement futur de vos placements n'étant pas connu, les prestations que vous recevrez ne sont PAS connues à l'avance, et il n'y a aucune garantie que vous récupérerez la totalité de vos avoirs si le rendement est négatif. Si le rendement est élevé, vos avoirs augmenteront et, partant, les prestations de retraite seront plus élevées ; à l'inverse, si le rendement est faible, les prestations seront moindres. L'OTAN ne garantit pas le niveau des pensions.

    Si vous quittez l'OTAN après avoir cotisé au DCPS pendant moins de six ans, vous aurez les possibilités suivantes :

    1. recevoir, à votre départ, les avoirs inscrits à votre compte, sous la forme d'un capital non imposable ;
    2. demander le transfert des avoirs inscrits à votre compte au régime de pensions de votre nouvel employeur.

    Si vous quittez l'OTAN en ayant cotisé au DCPS pendant six ans ou plus, vous aurez droit à des prestations de retraite au titre du régime et vous aurez les possibilités suivantes :

    1. demander, à votre départ, le versement des prestations de retraite ;
    2. maintenir vos avoirs au sein du DCPS et demander le versement des prestations de retraite plus tard ;
    3. demander le transfert des avoirs inscrits à votre compte à un autre régime de pensions.

    Au moment de votre départ à la retraite, les avoirs inscrits à votre compte seront transférés à un prestataire de rentes, qui les convertira en une rente mensuelle (cette conversion sera effectuée au taux du marché). Vous pourrez également choisir de recevoir, sous la forme d'un capital, un montant correspondant à la totalité ou à une partie de vos avoirs.

    Les affilié(e)s au DCPS sont par ailleurs couvert(e)s contre les risques d'invalidité et de décès en service.

    Pour plus d'informations priére de consulter le document en annexe.

  • Gestion des performances

    Le système de gestion des performances s'applique à l'ensemble du personnel civil du siège de l'OTAN. Il fonctionne suivant un cycle annuel, qui comporte trois grandes étapes :

    1. fixation d’objectifs ;
    2. le bilan à mi-parcours ;
    3. l’évaluation annuelle.

    Ce système comprend également un mécanisme de médiation et de résolution des conflits, ainsi qu’une procédure de remontée d'information.

    Des séances d'information sur le système de gestion des performances sont données à tous les nouveaux agents, qui reçoivent le « Mini-guide de l’utilisateur » dans les premiers jours qui suivent leur arrivée à l'OTAN.

    La gestion des performances vise l’accomplissement de progrès au profit d’une meilleure efficacité de l'Organisation, des équipes et des personnes. Il s’agit d’un processus continu et évolutif au cours duquel les performances s'améliorent avec le temps. L'accent est mis sur la planification et l'amélioration des performances futures plutôt que sur une évaluation rétrospective des performances.

    Le système de gestion des performances permet d'aligner les objectifs individuels sur ceux, plus vastes, de l'Organisation. Il prévoit un dialogue régulier et fréquent entre les agents et leurs supérieurs hiérarchiques sur les performances et les points à améliorer, et il favorise l'amélioration des compétences individuelles grâce à un plan de formation et de perfectionnement.

  • Période probatoire

    Les six premiers mois des contrats initiaux et des contrats de durée déterminée constituent une période probatoire. Au cours de cette période, le travail de l’agent est évalué afin que l’on puisse s’assurer qu'il possède les aptitudes requises pour exercer ses fonctions. À l’issue ou avant la fin de sa période probatoire, l’agent est avisé par écrit de la confirmation ou de la résiliation de son contrat ou, dans des cas exceptionnels, de la prolongation de sa période probatoire.

  • Déménagement et voyages

    Les agents dont le lieu de résidence permanent au moment de leur recrutement est situé à 100 km ou plus du siège de l'OTAN ont droit au remboursement de leurs frais de voyage et de déménagement lors de leur prise de fonctions et de leur cessation de fonctions à l'OTAN. Les frais de voyage du conjoint et des enfants à charge et les frais de déménagement occasionnés par la prise de fonctions ne sont remboursés que si l’agent a donné satisfaction à l’issue de la période probatoire. Toutefois, le versement d’une avance sur les frais de déménagement peut être autorisé. Les personnes qui quittent l'Organisation durant leur première année de service n'ont pas droit au remboursement de leurs frais de voyage et de déménagement à leur départ.

    On trouvera davantage d'informations sur les déménagements dans l'annexe I à la présente brochure.

  • Salaires et allocations

    Les salaires de base et indemnités versés ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu, en vertu de la Convention d'Ottawa.

    Les agents sont recrutés au premier échelon de la catégorie et du grade de leur poste. Sous réserve de performances satisfaisantes, des échelons supplémentaires sont accordés les années qui suivent. Des ajustements annuels sont normalement appliqués à tous les barèmes, en fonction de l’évolution du pouvoir d'achat et du coût de la vie.

    (i) Le salaire de base est le salaire correspondant à la catégorie et au grade du poste. Les barèmes applicables en Belgique figurent dans l'annexe II. On notera que divers montants peuvent venir s'ajouter au salaire de base ou en être déduits, selon la situation de l'agent. Les indemnités et prélèvements principaux sont décrits ci-après.

    (ii) Le salaire dans les pays non OTAN d'Europe orientale et des Balkans

    En vertu d’une politique approuvée par le Conseil, il existe des dispositions spéciales concernant la rémunération et les prestations destinées au personnel civil international en poste dans des pays non OTAN.

    Le salaire de ces agents est celui du barème en vigueur pour la Belgique que l’on ajuste en fonction des parités de pouvoir d’achat fixées par les Nations Unies de manière à tenir compte du niveau des prix sur le lieu d’affectation. Ces indices peuvent varier mais le salaire de base ne peut être inférieur à celui qui est prévu pour la Belgique.

    Lorsqu’un logement acceptable est fourni par l’OTAN ou l’organisme d’affectation, le salaire de base est réduit de 20 %.

    Les taux de l’indemnité d’expatriation sont de 32 % du salaire belge ajusté pour les agents qui n’ont pas droit à l’allocation de foyer et de 40 % pour ceux qui y ont droit.
    En outre, l’OTAN verse une indemnité de sujétion obtenue en appliquant les taux des Nations Unies au salaire de base belge ajusté. Le taux de cette indemnité peut varier d'un lieu d’affectation à l'autre.

    Par ailleurs, il est prévu de rembourser, si nécessaire, les frais de déplacement pour le cas où il n’existe pas de structures médicales appropriées sur le lieu d'affectation.

    Le salaire est ajusté tous les ans au 1er janvier, au moment de la révision annuelle des salaires de l'OTAN. On applique alors également les données chiffrées de l’ONU les plus récentes.

    (iii) Des indemnités sont versées en fonction de la situation personnelle et familiale de l'agent, sur présentation des pièces justificatives nécessaires. Elles font l'objet d’une déduction si l'agent ou son conjoint reçoit des indemnités similaires provenant d'autres sources. La liste des différents types d'indemnités figure ci-dessous.

    Une indemnité d'installation correspondant à 30 journées de salaire de base est versée à l'agent au moment où il entre en fonctions, s'il résidait de façon permanente à plus de 100 km du siège de l'OTAN et s'il vient s’établir dans la région de Bruxelles.

    Un agent ayant droit à l'allocation de foyer (voir ci-après), avec un seul enfant à charge ou sans enfant, peut demander une deuxième indemnité d’installation, correspondant à 15 journées de salaire de base, à l'expiration de sa période probatoire et à condition que sa famille réside avec lui. Dans les mêmes conditions, un agent ayant deux enfants ou plus à charge a droit à une deuxième indemnité d'installation correspondant à 30 journées de salaire de base. La moitié de l'indemnité d'installation totale perçue doit être remboursée à l'Organisation si l'agent quitte son poste de son plein gré avant l'expiration d'un délai de deux ans.

    Une indemnité d’expatriation est versée à tous les agents des catégories A, L et B qui, lors de leur engagement, n'ont pas la nationalité du pays de séjour et ne résidaient pas sur le territoire de ce pays depuis au moins un an de façon ininterrompue. Le taux de cette indemnité correspond à 10% du salaire au premier échelon. A partir de la 6ème année, ce taux diminuera de 2% chaque année jusqu'à la 10ème année, où l'indemnité sera supprimée.

    Indemnités familiales

    • allocation de foyer équivalant à 6% du salaire de base, payable aux agents mariés, veufs, divorcés, séparés légalement ou célibataires ayant un ou plusieurs enfants à charge. Allocation également versée aux agents mariés sans enfant, s’il est prouvé que les revenus du conjoint sont inférieurs à un certain plafond ;
    • indemnité pour enfant à charge (environ 274 € par mois par enfant), en fonction de l'âge de l'enfant et sous certaines conditions ;
    • indemnité pour autres personnes à charge, sous réserve d'approbation et sur présentation des pièces justificatives requises ;
    • indemnité pour enfant handicapé.

    Une indemnité d'éducation pour chaque enfant à charge poursuivant ses études et âgé de moins de 24 ans est normalement versée aux agents ayant droit à l'indemnité d'expatriation. Si l'enfant à charge a effectué un service militaire obligatoire, le versement de cette indemnité peut être prolongé au-delà de ses 24 ans.

    On trouvera des informations plus détaillées à ce sujet dans l'annexe III à la présente brochure.

  • Tabac

    Le siège de l’OTAN est un environnement non-fumeur.

  • Association du personnel

    L'Association du personnel regroupe l’ensemble des agents. Elle est représentée par un Comité du personnel dont les membres sont élus et qui sert de canal de communication entre les autorités administratives et le personnel.

  • Statut en Belgique

    Carte d’identité spéciale

    Bien que le personnel de l’OTAN jouisse d’un statut particulier en vertu de la Convention d’Ottawa, les nouveaux agents provenant de pays non membres de l’UE doivent se procurer, avant de venir en Belgique, un visa touristique court séjour d’une durée de validité de trois mois (voir ci‑après), en attendant l’obtention de leur contrat OTAN et la délivrance de leur carte d’identité.
    Après la signature du contrat d’emploi à l’OTAN, les formalités de demande de carte d’identité spéciale pour l’agent et les membres de sa famille sont entamées par le Service Privilèges et immunités de l’OTAN. Environ quatre semaines plus tard, le ministère fédéral belge des Affaires étrangères délivre au nouvel agent, à son conjoint et à chacune des personnes à charge vivant sous son toit ce document d’identification personnelle, qui équivaut à un titre de séjour.

    Pour information :

    • La loi belge impose à tous les citoyens, quelle que soit leur nationalité, d’être en permanence en possession de leur carte d’identité.
    •   À l’expiration de la période de 90 jours mentionnée plus haut, il est obligatoire d’être enregistré en Belgique.
    • En vertu d’un arrêté royal de 1999, aucun permis de travail n’est nécessaire pour les travailleurs étrangers qui sont recrutés par une organisation internationale, à condition que leur apprentissage ne dépasse pas 12 mois.
    • Au moment de la demande de carte d’identité spéciale, le passeport du demandeur doit encore être valide pendant au moins 12 mois.

    Visas pour séjour de courte durée en Belgique (maximum 3 mois)

    Toute arrivée en Belgique suppose un séjour sur le territoire belge, même de courte durée.

    La législation belge définit un séjour de courte durée comme un séjour ininterrompu de 90 jours maximum ou plusieurs séjours successifs dont la durée totale ne peut excéder 90 jours, sur une période de six mois, sur le territoire de la Belgique, des États du BENELUX ou des États Schengen.

    Les demandes de visa doivent être adressées à l’ambassade ou au consulat général de Belgique dans le pays dont le demandeur est ressortissant. Au moment d’introduire sa demande de visa, le demandeur doit être en possession de documents d'identité ou de voyage (un passeport, par exemple) reconnus par la Belgique, qui seront valides pendant encore au moins trois mois* à l’issue du séjour prévu.

    Les participants à certains programmes parrainés par l’OTAN (les stagiaires, par exemple) n’ont pas besoin de visa s’ils proviennent de pays membres de l'UE.

    Pour plus de précisions, on consultera le site web http://www.diplomatie.be/.

  • Prise de fonctions

    L’administrateur responsable au sein des Services Soutien du personnel veille à ce qu’une aide soit offerte à tous les nouveaux agents civils arrivant au Secrétariat international en vue de leur adaptation à leur nouvel environnement. Les membres du personnel recrutés en dehors du pays hôte reçoivent, avant leur arrivée, des informations générales sur la vie en Belgique et des conseils en ce qui concerne le logement et le système éducatif. Le responsable du Soutien du personnel fait désigner un parrain chargé de guider le nouvel agent durant ses premiers jours à l'OTAN. En outre, des journées d’accueil ont lieu tous les trois mois, au cours desquelles les derniers arrivés reçoivent des informations sur divers aspects du travail au siège de l'OTAN.

  • Régime fiscal et TVA

    (NB : « TVA » = « BTW » en néerlandais)

     Au cours de leur première année de résidence en Belgique, les agents expatriés peuvent, à condition qu'il s'agisse de leur premier emploi dans le pays, acheter certains articles (tels que des meubles et des appareils électriques, ainsi qu'une voiture, dans certaines conditions spécifiques) sans payer la TVA.

    Les informations concernant les formalités d'exemption de la TVA, ainsi que l'obligation de payer certaines taxes directes, seront communiquées par le Bureau des privilèges et immunités et le Bureau d'immatriculation (Ressources humaines).

  • Possibilités de formation et perfectionnement

    La formation et le perfectionnement du personnel constituent une grande priorité. L’OTAN encourage les membres de son personnel civil international à suivre régulièrement des formations pour améliorer leurs aptitudes et leurs compétences, ou en acquérir de nouvelles, afin d’accomplir leurs tâches quotidiennes le plus efficacement possible. Le perfectionnement est le processus à plus long terme qui vise à maintenir les agents à niveau et à les aider à progresser constamment dans leurs connaissances, leurs aptitudes et leurs compétences, de sorte qu'ils puissent améliorer leurs performances et élargir leurs perspectives de carrière.

    Les possibilités offertes sont nombreuses, et sont décrites dans un vaste catalogue des formations. Il s’agit notamment de stages et de programmes permettant d’améliorer les aptitudes dans des domaines tels que les langues, l’informatique, la direction, la gestion et l’administration, ainsi que de nombreuses autres compétences. L’évolution de carrière est encouragée et soutenue par le Service Valorisation des ressources humaines de l’OTAN.

  • Horaire de travail

    Les membres du personnel du Secrétariat international travaillent 38 heures par semaine, de 8h30 à 18h00 du lundi au jeudi, et de 8h30 à 16h00 le vendredi, avec une pause d’une heure trente pour le déjeuner. Il est possible de travailler selon un horaire variable ou à temps partiel, mais de telles dispositions dépendent des besoins du service, et doivent être approuvées.