Le secrétaire général de l'OTAN, en visite à Kaboul avec le secrétaire americain à la Défense, met en évidence le soutien durable de l'OTAN en faveur de l'Afghanistan

  • 27 Sep. 2017 -
  • |
  • Mis à jour le: 27 Sep. 2017 15:45

Le secrétaire général de l'OTAN, M. Jens Stoltenberg, est actuellement en visite en Afghanistan avec le secrétaire américain à la Défense, M. James Mattis. S'exprimant ce mercredi (27 septembre 2017) aux côtés du président afghan Ashraf Ghani et de M. Mattis, M. Stoltenberg a mis l'accent sur l'aide qu'apporte l'OTAN au peuple afghan, ainsi que sur le soutien de l'Organisation en faveur des réformes entreprises par le gouvernement, et d'un processus de paix et de réconciliation qui soit pris en charge par les Afghans.

Ambassador Cornelius Zimmermann, NATO's Senior Civilian Representative in Afghanistan; Ambassador Kay Bailey Hutchison, Permanent Representative of the United States to NATO; NATO Secretary General Jens Stoltenberg; Gen. John W. Nicholson, Commander of the Resolute Support Mission; US Secretary of Defense James Mattis and Command Sgt. Maj. David M. Clark

Le secrétaire général a déclaré que la présence de l'OTAN en Afghanistan avait certes eu un « coût humain très élevé », mais qu'il coûterait plus cher de quitter le pays que de rester. « Si l'OTAN quitte l'Afghanistan, nous risquons de voir le pays sombrer à nouveau dans le chaos : il redeviendrait alors un sanctuaire pour le terrorisme international », a-t-il indiqué. « La dernière fois qu'on a connu une telle situation, cela a mené aux attentats terroristes du 11-Septembre, qui ont coûté la vie à près de 3 000 personnes – nous ne pouvons pas permettre que cela se reproduise », a-t-il ajouté.

M. Stoltenberg a insisté sur le fait que « l'OTAN ne renonce pas lorsque les choses se compliquent », se félicitant des contributions supplémentaires que de nombreux pays se sont engagés à apporter à la mission Resolute Support dirigée par l'OTAN, pour former et conseiller les forces afghanes. Quelque 13 000 soldats issus de 39 pays membres ou partenaires de l'OTAN servent actuellement dans le cadre de cette mission – la moitié d'entre eux étant déployés par les États-Unis. Comme l'a noté avec satisfaction le secrétaire général, les forces afghanes « ont parcouru un très long chemin » avec l'aide de l'OTAN, et elles « dirigent à présent la lutte contre les talibans et les groupes terroristes internationaux ».

Dans le cadre de leurs entretiens, le secrétaire général, le président afghan, le chef de l'exécutif M. Abdullah Abdullah, et M. Mattis ont examiné la situation de sécurité en Afghanistan et fait le point sur les réformes mises en œuvre par le gouvernement. Ainsi que l'a souligné M. Stoltenberg, « nous attendons du gouvernement afghan qu'il respecte ses engagements », notamment pour ce qui est des réformes sur l'état de droit, la lutte contre la corruption et la protection des droits des femmes et des enfants. Il s'est félicité par ailleurs de l'initiative du président Ghani en faveur de la paix et de la réconciliation, encourageant « tous les pays de la région à soutenir ce processus ». 

Ce mercredi, le secrétaire général de l'OTAN et le secrétaire américain à la Défense ont également rencontré de hauts responsables afghans, dont le ministre de la Défense M. Tariq Shah Bahrami, le ministre de l’Intérieur M. Wais Ahmad Barmak, le chef de la Direction nationale de la sécurité M. Mohammed Massoum Stanekzaï, et le conseiller à la sécurité nationale M. Mohammed Hanif Atmar. En outre, le secrétaire général s'est entretenu séparément avec le général John Nicholson, le commandant de la mission Resolute Support, et avec M. l'ambassadeur Cornelius Zimmermann, le haut représentant civil de l'OTAN en Afghanistan.