La conférence de Tokyo donne espoir et confiance aux Afghans

  • 08 Jul. 2012
  • |
  • Mis à jour le: 12 Jul. 2012 11:56

L'OTAN a souligné que la conférence de Tokyo sur l'Afghanistan qui s'est tenue aujourd'hui était la troisième d'une série de grandes réunions visant à donner corps à l'engagement continu de la communauté internationale à l'égard de l'Afghanistan.

President Hamid Karzai of Afghanistan at the joint press conference with NATO Secretary General Anders Fogh Rasmussen

Le président afghan Hamid Karzaï à la conférence de presse conjointe avec le secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen, le 12 avril 2012.

Dans un discours prononcé le 8 juillet 2012 à cette conférence, le haut représentant civil de l'OTAN en Afghanistan, Simon Gass, a déclaré que le sommet de l'OTAN qui a eu lieu en mai à Chicago avait confirmé « que nos pays soutiendraient le financement des forces de sécurité nationales afghanes jusqu'à ce que l'Afghanistan soit en mesure de l'assumer elle même. »

À la conférence « Heart of Asia » qui s'est tenue à Kaboul le mois dernier, « les partenaires régionaux de l'Afghanistan ont reconnu la nécessité de coopérer plus étroitement, afin de garantir la stabilité et la prospérité de l'Afghanistan au sein d'une région stable et prospère, » a t il déclaré.

L'ambassadeur Gass, qui représente le secrétaire général de l'OTAN à Tokyo, a également déclaré que la conférence de Tokyo énonçait « une vision du soutien économique international à l'Afghanistan et définissait un processus de responsabilisation mutuelle visant à garantir la fourniture efficace de l'aide. »

Quelque 70 donateurs, pays et organisations internationales sont représentés aujourd'hui à la conférence de Tokyo qu'organisent les gouvernements japonais et afghan et à laquelle participent le président Hamid Karzaï et les ministres des Affaires étrangères et du Développement.

La conférence de Tokyo ouvre la voie au développement durable de l'Afghanistan, compte tenu de l'après 2014.

L'ambassadeur Gass a par ailleurs fait observer qu'à chacun de ses déplacements à l'intérieur du pays, il rencontrait « des responsables et des citoyens afghans qui travaillent dur pour améliorer les conditions de vie de leurs concitoyennes et de leurs concitoyens, souvent même en prenant d'énormes risques pour leur propre sécurité. La conférence d'aujourd'hui sera source de confiance et d'espoir pour tous ces gens courageux. »

La conférence de Tokyo sur l'Afghanistan a également permis d'énoncer les points sur lesquels l'Afghanistan doit continuer de progresser, et les engagements du pays en termes de réforme de la gouvernance et de renforcement des valeurs inscrites dans sa constitution.

Selon Simon Gass : « Ces engagements rassemblent les trois éléments clés nécessaires pour pouvoir assurer la réussite future de l'Afghanistan. Si la sécurité fait défaut, le développement économique ne durera pas. Mais de la même façon, si la prospérité fait défaut, la sécurité ne pourra pas s'inscrire dans la durée. Et sans bonne gouvernance, les développements sécuritaire et économique seront difficiles, voire impossibles. »