Nouvelle étape dans le projet OTAN-Russie de formation à la lutte antidrogue

  • Mis à jour le: 30 Apr. 2012 18:07

Le projet de formation à la lutte antidrogue de personnel d'Afghanistan, du Pakistan et d'Asie centrale, mené dans le cadre du Conseil OTAN-Russie, a franchi une nouvelle étape majeure en avril : 2 000 responsables ont désormais été formés dans le cadre de ce projet, qui constitue à ce jour l'une des initiatives les plus fructueuses du Conseil OTAN-Russie.

Ce projet, qui a été lancé en 2006, est mis en œuvre en partenariat avec l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC). Il a pour but de dispenser une formation bien nécessaire à la lutte antidrogue, afin d'aider à combattre le problème grandissant du trafic de stupéfiants dans la région d'Asie centrale et de contribuer à la mise en place d'une capacité régionale pérenne.

L'internalisation des groupes criminels, les nouvelles tendances en matière de trafic de stupéfiants, les procédés de dissimulation de la drogue et les nouvelles technologies utilisées par les criminels nécessitent une action concertée de la part des autorités de police des pays d'origine et de destination des drogues. Pour pouvoir réprimer le trafic de stupéfiants, les professionnels de la lutte antidrogue doivent posséder des compétences et une expertise dans différents domaines.

Leur aptitude à mener des opérations transfrontalières efficaces, en concertation avec leurs collègues de la région et du monde entier, est également un facteur clé de la lutte contre la circulation des drogues illicites. Ce projet OTAN-Russie a pour objet de dispenser aux responsables de la lutte antidrogue la formation dont ils ont besoin pour aider à endiguer ce flux de drogues.

Esprit de coopération

L'année 2012 marque le 15e anniversaire de la signature de l'Acte fondateur OTAN-Russie, qui a jeté les bases de la coopération bilatérale entre l'Alliance et la Russie. Elle marque aussi le 10e anniversaire de la création du Conseil OTAN-Russie. L’esprit de pragmatisme qui anime la coopération OTAN-Russie tient au constat que l'OTAN et la Russie ont les mêmes priorités stratégiques et sont confrontées aux mêmes défis.

Réunis à Lisbonne, en novembre 2010, les dirigeants des pays du Conseil OTAN-Russie ont approuvé la « Revue conjointe des défis de sécurité communs du XXIe siècle », qui cite l'Afghanistan, et notamment le trafic de stupéfiants afghans, comme domaine d'intérêt commun.

Saisies de drogues

Plus de 90 des responsables formés ont été promus à des postes de direction au sein de leurs organisations nationales respectives. Certaines des plus grosses saisies de stupéfiants auraient été menées avec la participation d’agents formés dans le cadre du projet.

Ce projet est clairement axé sur la formation à la répression du trafic de drogue. Quatre académies de formation spécialisées et des instructeurs venus des pays du COR participent au projet. Ce projet est ainsi en mesure d'assurer des stages différents, qui sont destinés à des stagiaires de différents niveaux et catégories. Les informations données pendant les cours sont tirées des affaires les plus récentes, sur lesquelles ont souvent travaillé les instructeurs eux-mêmes, ce qui permet de combiner théorie et pratique. L'un des aspects majeurs du projet est de donner aux stagiaires la possibilité d'établir un réseau personnel et professionnel avec leurs collègues aux niveaux national, régional et international.

Ce projet est mené conjointement par plusieurs pays du COR (Allemagne, Belgique, Bulgarie, Canada, Fédération de Russie, Grèce, Hongrie, Islande, Lettonie, Luxembourg, Pays-Bas, Norvège, République tchèque, Roumanie, Slovénie, Espagne, Turquie, Royaume-Uni, États-Unis), plus la Finlande et l'Ukraine, et par les pays bénéficiaires du projet.

À ce jour, 94 stages ont eu lieu, et 1 985 personnes au total ont bénéficié d'une formation :


Lieu

Nombre de responsables formés

TADOC

79

Domodedovo

780

Saint-Pétersbourg

131

Académie de la Drug Enforcement Administration (DEA)

42

Stages itinérants

953

Nombre total

1985

Extension de la formation

Il existe deux types de formation :

  1. la formation sédentaire, qui est dispensée dans quatre instituts en Turquie, en Russie ou aux États-Unis ; 20 stages de formation, d'une durée de deux semaines, ont lieu chaque année ; on envisage actuellement d'étendre la formation aux unités canines, et d'accroître le nombre d'installations de formation ;
  2. la formation itinérante, qui est pilotée par un pays du COR et dispensée par des instructeurs de ces pays et de Finlande, comporte une à deux semaines de formation sur certains sujets spécialisés en rapport avec la répression du trafic de drogue.

Les responsables du projet suivent de près les besoins de formation des pays bénéficiaires. Après des consultations avec les pays donateurs, le projet a été étendu à des centres de formation situés en Asie centrale, en Afghanistan et au Pakistan, ce qui permettra de contribuer à l'autonomisation du personnel des services de police en matière de formation.

L'assistance comportera le soutien à l'élaboration de programmes de formation, la fourniture de matériel didactique, une confrontation des expériences, ainsi que des voyages d'étude. Dans un premier temps, un mentor est allé passer deux mois à l'Académie des forces antidrogue du Pakistan. L'an prochain, des visites analogues seront organisées à l'Académie de formation à la lutte antidrogue d'Afghanistan et d'Asie centrale.

« Le projet OTAN-Russie de formation à la lutte antidrogue est un projet phare, qui illustre parfaitement notre approche coopérative régionale de la lutte antidrogue », a déclaré James Appathurai, secrétaire général adjoint délégué de la Division Affaires politiques et politique de sécurité (PASP). « Il a pour objet de renforcer les capacités régionales, non seulement en enseignant des tactiques de lutte antidrogue, mais aussi en offrant de précieuses opportunités de mise en réseau des différentes agences de lutte antidrogue de la région. Les pays de la région créent ainsi des liens durables qu'ils peuvent utiliser pour mettre en synergie leurs stratégies futures de lutte antidrogue. »

« Par ailleurs, ce projet offre une approche coopérative tout à fait unique car il rassemble pays cibles, pays sources et pays de transit, sous la direction de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) », a-t-il ajouté.

Un organisme indépendant a procédé à une deuxième évaluation du projet, portant sur la période 2006-2012, qui s'est achevée fin 2011. Les recommandations qu'il a formulées seront incorporées dans un nouveau plan de développement, qui permettra de tracer des perspectives à plus long terme pour le projet.