Les dirigeants des pays de l’OTAN rencontrent les partenaires à Chicago

  • Mis à jour le: 04 Jun. 2012 17:06

À Chicago, les pays membres de l’OTAN ont accueilli les dirigeants de pays partenaires du monde entier dans le cadre de diverses réunions partenariales, et ils les ont remerciés pour leurs contributions aux travaux de l’Alliance.

View of the room

Les chefs d’État et de gouvernement des pays de l’OTAN ont rencontré les dirigeants d’un groupe de treize pays partenaires du monde entier qui ont récemment apporté des contributions politiques, opérationnelles et financières spécifiques aux opérations dirigées par l’OTAN.

Cette rencontre a été une occasion unique de discuter des enseignements tirés de la coopération mutuelle et d’échanger des vues sur les défis de sécurité communs.

« Nos partenaires partagent tous le souhait qu'a l'OTAN de bâtir la sécurité, mais chacun contribue à notre action d'une manière bien différente,» a déclaré le secrétaire général, M. Anders Fogh Rasmussen. « Ils participent à nos opérations. Ils apportent un soutien politique à nos missions. Et ils fournissent un soutien financier à nos causes communes ».

Au sommet de l’Alliance à Lisbonne en novembre 2010, les Alliés ont estimé qu’il était essentiel pour la sécurité de l’Alliance de travailler avec d’autres pays. Et au sommet de Chicago, les Alliés ont remercié les partenaires pour leur précieux soutien et leur engagement.

« Notre réunion a montré tout ce que nous avons déjà gagné à travailler ensemble – que ce soit en Afghanistan ou au Kosovo, ou pour la protection du peuple libyen. Et elle a montré tout ce que nous pouvons faire encore, » a ajouté le secrétaire général.

Les dirigeants ont déclaré qu’ils étaient prêts à coopérer avec les partenaires dans de nouveaux domaines, y compris la cyberdéfense et la sécurité énergétique, et à participer plus souvent à des exercices et à des entraînements communs.

« Nous adressons nos remerciements à tous nos partenaires ; la réunion d'aujourd'hui était une étape vers l'amélioration du réseau de partenariat unique en son genre qu'est le nôtre », a déclaré le secrétaire général. « En effet, à une époque où les défis à relever ne connaissent pas de frontières, c'est ensemble que nous pouvons agir plus efficacement, avec une plus grande légitimité, en partageant le fardeau de la sécurité mais aussi les résultats positifs. »

Lors de la réunion, les Alliés et les partenaires ont examiné les enseignements tirés des opérations menées en commun et ont échangé des vues sur la manière d’élaborer des approches communes. Ils ont aussi décidé d’étudier des possibilités de développement capacitaire.

Participaient à cette réunion les dirigeants de l’Australie, de l’Autriche, de la Finlande, de la Géorgie, du Japon, de la Jordanie, de la République de Corée, du Maroc, de la Nouvelle‑Zélande, du Qatar, de la Suède, de la Suisse et des Émirats arabes unis.

À leur sommet de Chicago, les chefs d’État et de gouvernement des pays de l’OTAN ont également réaffirmé le ferme attachement de l’Alliance à l’intégration euro‑atlantique des partenaires qui aspirent à devenir membres, dans le droit fil des décisions prises aux sommets de Bucarest, de Strasbourg‑Kehl et de Lisbonne.

Au cours d’une deuxième réunion, consacrée aux partenariats, les ministres des Affaires étrangères de l’Alliance ont rencontré leurs homologues de Bosnie‑Herzégovine, de Géorgie, du Monténégro et de l’ex‑République yougoslave de Macédoine¹. Cette réunion, présidée par le secrétaire général délégué, Alexander Vershbow, a mis en évidence le lien fort qui existe entre ces quatre pays et l’Alliance.

« Nous avons en partage le même ensemble de valeurs, nous conduisons côte à côte les opérations de l’OTAN, et nous travaillons ensemble au quotidien afin de préparer vos pays à devenir membres de l’Alliance, » a déclaré le secrétaire général délégué.

Cette réunion a été l’occasion de discuter des principales questions à l’ordre du jour du sommet et des grands défis auxquels les Alliés et les partenaires sont confrontés.

  1. La Turquie reconnaît la République de Macédoine sous son nom constitutionnel.