Exercices

  • Mis à jour le: 17 Jun. 2014 15:40

Les exercices sont des outils importants qui permettent à l'Alliance de tester et de valider ses concepts, ses procédures, ses systèmes et ses tactiques. D'une manière plus générale, ils permettent aux forces armées et aux organisations civiles déployées sur les théâtres d'opérations de s'entraîner à travailler ensemble. Les exercices servent à bien d'autres choses encore, notamment aider à identifier les « meilleures pratiques » (ce qui marche) et les « retours d'expérience » (ce qu'il faut améliorer).

040711-N-4308O-066 North Atlantic Ocean (July 12, 2004) - A multinational formation of ships operates in the North Atlantic Ocean as part of Majestic Eagle. Majestic Eagle is a multinational exercise being conducted off the coast of Morocco. The exercise demonstrates the combined force capabilities and quick response times of the participating naval, air, undersea and surface warfare groups. Countries involved in the NATO led exercise include the United Kingdom, Morocco, France, Italy, Portugal, Spain, and Turkey. Truman's participation in Majestic Eagle is part of her scheduled deployment supporting the Navy's new fleet response plan (FRP) Summer Pulse 2004, the simultaneous deployment of seven carrier strike groups (CSGs), demonstrating the ability of the Navy to provide credible combat across the globe, in five theaters with other U.S., allied, and coalition military forces. U.S. Navy photo by Photographer's Mate Airman Ryan O'Connor (RELEASED) For more information go to: http://www.cffc.navy.mil/summerpulse04.htm

L'OTAN mène des exercices militaires depuis 1951, et les différents pays membres organisent régulièrement des exercices dans le cadre de leur préparation aux opérations. Organiser fréquemment des exercices pour tester de nombreuses capacités différentes aide les forces à opérer ensemble de manière plus efficiente et efficace dans des situations de crise exigeantes.

La portée, la durée et la forme des exercices varient – il peut s'agir d'exercices réels sur le terrain ou d'exercices assistés par ordinateur se déroulant dans une salle de cours. Ils sont planifiés à l'avance par les deux commandements stratégiques de l'OTAN – le commandement allié Opérations et le commandement allié Transformation – compte tenu des priorités et des objectifs stratégiques, des besoins opérationnels et d'objectifs spécifiques à l'exercice. Ils sont ouverts à tous les pays partenaires officiels depuis 2010, et bien qu'il s'agisse majoritairement d'exercices militaires, l'Alliance organise aussi des exercices politiques.

Highlights

  • Les exercices permettent à l'OTAN de tester et de valider ses concepts, ses procédures, ses systèmes et ses tactiques.
  • Ils permettent aux organisations civiles et militaires déployées sur le terrain de travailler ensemble pour identifier les « meilleures pratiques » (ce qui marche) et les « retours d'expérience » (ce qu'il faut améliorer).
  • Les exercices contribuent à améliorer l'interopérabilité et la réforme de la défense.
  • Les exercices OTAN sont ouverts à tous les pays partenaires officiels, en plus des pays membres.
  • L'Alliance mène des exercices depuis 1951.
  • L’objectif des exercices de l’OTAN

    Les exercices contribuent à la réalisation des objectifs ci-après :

    • Entraînement et expérience

    Les exercices permettent aux forces de mettre en pratique la formation reçue antérieurement, et d'augmenter ainsi leur niveau d'efficacité dans un domaine déterminé. Ces exercices ont des niveaux de complexité variables, mais la plupart partent du principe que la formation de base est acquise et qu'un personnel formé est disponible en nombre suffisant.

    • Mise à l'épreuve et validation des structures

    Les exercices sont conçus pour tester l'efficacité des structures et des personnels. Cela se vérifie tout particulièrement lors de la réforme périodique de la structure de commandement militaire de l'OTAN et lorsque de nouveaux quartiers généraux doivent tester leur capacité à assumer de nouvelles responsablilités. Une structure est composée de nombreux éléments – des concepts, une doctrine, des procédures, des systèmes et des tactiques – qui doivent fonctionner de concert. Les structures d'approvisionnement, par exemple, nécessitent un entraînement, des équipements et des procédures de fonctionnement spécifiques, qui doivent être combinés pour soutenir efficacement la réalisation des objectifs d'une mission. La mise à l’épreuve de ces structures permet de les tester et, au besoin, de les perfectionner.

    • Interopérabilité

    Les forces dirigées par l’OTAN doivent être en mesure de travailler ensemble efficacement en dépit des différences de doctrine, de langue, de structures, de tactique et d’entraînement. L'interopérabilité s'acquiert en partie par une formation interforces régulière entre les pays membres de l'OTAN et par une coopération pratique entre les personnels des Alliés et des pays partenaires.

    Les exercices sont ouverts à tous les partenaires officiels, qu'ils soient observateurs ou participants, ou encore pays d'accueil d'un exercice. Le type de participation est déterminé par l'OTAN et le niveau d'ambition du pays partenaire en matière de coopération (par exemple si ce pays a l'intention de fournir des forces à des opérations dirigées par l'OTAN en cours ou à venir).

    • Réforme de la défense

    La participation à des exercices de l'OTAN est une option parmi d'autres pour faire avancer la réforme de défense. Les exercices offrent la possibilité aux pays membres de l'OTAN de tester des réformes mises en œuvre au niveau national et permettent aux pays partenaires de s'associer aux structures et mécanismes en place dans les pays membres de l'Alliance et de les observer.

  • La préparation d’un exercice

    Les scénarios des exercices

    Au cours d’un exercice, les forces doivent réagir à un scénario fictif qui fait intervenir des événements susceptibles de se produire dans la réalité. Les exercices portent sur la gamme complète des opérations militaires, qu'il s'agisse d'opérations de combat ou de secours humanitaire, ou encore de stabilisation ou de reconstruction. Ils peuvent durer d’un jour à plusieurs semaines, leur ampleur étant variable puisqu’elle peut aller de quelques officiers traitant un problème isolé à des scénarios de combat complets faisant intervenir en nombre des avions, des navires, des pièces d’artillerie, des véhicules blindés, et des milliers d’hommes.

    Les exercices de l'Alliance bénéficient du soutien des pays membres et, selon le cas, de celui des pays partenaires, qui fournissent des troupes, des équipements ou d'autres types de soutien. Les pays qui participent à un exercice sont en principe responsables du financement de leur propre contribution.

    Chaque exercice répond à des objectifs de formation définis au préalable, qui orientent le choix des activités à mener. Il peut s’agir de développer des aptitudes et des connaissances, de mettre en pratique des mécanismes de coordination ou de valider des procédures.

    À la fin d'un exercice, les commandants et, dans de nombreux cas, les troupes, dressent ensemble le bilan des activités. Ils peuvent ainsi recenser les domaines qui fonctionnent bien (« meilleures pratiques ») et ceux qui sont susceptibles d'être améliorés (RETEX, « retour d’expérience »). Ainsi, les exercices facilitent l’amélioration constante de l’interopérabilité, de l’efficacité et des performances.

    Le programme d'entraînement et d'exercices militaires

    Les événements et les activités en rapport avec les entraînements et les exercices de l'OTAN sont élaborés à la fois par le Commandement allié Opérations (ACO) et par le Commandement allié Transformation (ACT). Ce processus conduit, chaque année, à la publication du programme d'entraînement et d'exercices militaires (MTEP). Depuis juillet 2012, l'ACO est chargé de définir les besoins en matière d'entraînement et de procéder aux évaluations OTAN, tandis que l'ACT est responsable de la gestion et de l'exécution du MTEP.

    Le MTEP fournit des informations détaillées sur les entraînements, les exercices et les activités connexes prévus durant les deux premières années calendrier, et il donne des informations générales sur les activités d’entraînement et les exercices prévus au cours des trois années suivantes.

    Le document se fonde sur les priorités et les intentions des commandants stratégiques. Les domaines généralement abordés sont les opérations en cours et à venir, la Force de réaction de l'OTAN, la mise en pratique de la transformation et les programmes de coopération militaire de l'OTAN.

    Les besoins de l'OTAN en matière d'exercices sont coordonnés au cours de réunions du bureau de programmation du MTEP (auxquelles les représentants des pays partenaires peuvent participer), la première ayant lieu au moins dix-huit mois avant le début du cycle suivant.  L'aboutissement de la planification préliminaire est la Conférence OTAN sur la formation et les exercices (NTEC), au cours de laquelle les commandements de l'OTAN, les pays de l'OTAN et les pays partenaires ainsi que d'autres invités procèdent à la coordination finale des exercices et apportent leur soutien à l’établissement du MTEP annuel.

    Les exercices à caractère politique

    Les exercices sont organisés au sein des structures tant militaires que civiles de l'Alliance. L’OTAN organise des exercices en fonction de ses arrangements, concepts et procédures politiques afin d'améliorer les structures et les moyens de consultation et de prise de décisions. Les exercices à caractère politique visent aussi à faire en sorte que les conseillers de première ligne – responsables politiques de haut niveau non élus et commandants militaires dans les capitales et au sein des structures de l'OTAN – ne perdent pas de vue la complexité du fonctionnement d'organisations multinationales telles que l'OTAN. Dans certains cas, les pays partenaires engagés dans des opérations dirigées par l'OTAN peuvent participer à certains volets de ces exercices. 

    Que signifient les noms des exercices ?

    Aujourd’hui, les exercices OTAN sont identifiés par deux mots. La première lettre du premier mot indique le commandement OTAN responsable de la programmation de l’exercice.

    S Grand Quartier général des Puissances alliées en Europe

    T

    Commandement allié Transformation

    B

    Commandement des forces interarmées de Brunssum

    N

    Commandement des forces interarmées de Naples

    La première lettre du second mot précise l’élément/les éléments concerné(s).

    A

    Air

    L

    Terre

    M

    Mer

    J

    Interarmées

    Par exemple, l’exercice NOBLE MARLIN est un exercice maritime organisé et dirigé par le Commandement des forces interarmées de Naples.

  • Les commandements stratégiques en première ligne

    L'ACO et l'ACT travaillent en étroite coopération sur les exercices militaires de l'OTAN. Tous deux sont aidés par le réseau d'instituts de formation, d'entraînement et d'évaluation de l'Alliance et par les structures nationales.

    Depuis juillet 2012, l'ACO est le principal responsable de la définition des besoins en matière d’entraînement collectif et de l’évaluation des quartiers généraux et des formations. L’ACT s’est vu attribuer la responsabilité de la gestion des entraînements et exercices collectifs, selon les besoins définis par l'ACO. L'ACT est aussi responsable de l’entraînement commun OTAN et PPP, de l’entraînement individuel, de l’élaboration d’orientations et de doctrines relatives à la formation, ainsi que de la direction des écoles de l’OTAN.

  • L’évolution des exercices au fil des ans

    Des exercices à l'échelle de l'Alliance sont organisés depuis 1951. Au début, ces exercices visaient à renforcer la capacité des forces de l'OTAN à mettre en pratique la défense collective. En d’autres termes, ils devaient faire en sorte que les forces soient bien préparées à faire face à une attaque.

    En septembre 1950, la mise en place d'une force intégrée relevant d'un commandement centralisé a été préconisée. Le premier Commandant suprême des Forces alliées en Europe (SACEUR), le général américain Dwight D. Eisenhower, a été nommé en décembre 1950. Après cette nomination, les forces nationales ont été placées sous commandement centralisé.

    Les premiers exercices de l’Alliance ont eu lieu à l’automne 1951. En 1953, les commandants de l'OTAN ont mené environ 100 exercices de divers types. À partir de ce moment, les forces de l'OTAN ont cessé de n’être qu’un rassemblement d’unités nationales, et elles ont commencé à gagner en cohésion. Un an après que le Commandement allié Europe soit devenu opérationnel, le général Eisenhower a déclaré  « la préparation au combat de nos troupes s’est fortement améliorée ».

    En 1994, l'Alliance a lancé l'initiative du Partenariat pour la paix, dont l'un des objectifs est de promouvoir le renforcement de la coopération militaire et de l'interopérabilité. Depuis lors, les membres du Partenariat pour la paix peuvent participer à des exercices sur le terrain de maintien de la paix.

    En 2002, la Force de réaction de l'OTAN (NRF) a été créée. Le concept original de NRF a fait l'objet d'une révision en 2009 et, depuis lors, l'accent a été mis sur les exercices menés à l'appui de cette force. Ces entraînements sont destinés à garantir que la NRF puisse se déployer rapidement et mener des opérations efficacement dans diverses situations.

    En 2004, au sommet d'Istanbul, les dirigeants de l’Alliance ont fait du Dialogue méditerranéen un véritable partenariat, ce qui implique notamment la participation accrue aux exercices et à l’entraînement individuel dans les instituts de l'OTAN. En même temps, l'Initiative de coopération d'Istanbul (ICI) a été lancée, ouvrant ainsi la voie à la coopération entre l'OTAN et les pays du Moyen-Orient élargi dans des domaines tels que la formation et l'entraînement, et donné la possibilité aux Partenaires de participer à des entraînements communs à la lutte contre le terrorisme. Depuis le sommet de Lisbonne, en novembre 2010, et l'adoption du concept stratégique 2010 ainsi que de la nouvelle politique de partenariat, les exercices OTAN sont ouverts à tous les partenaires.