NATO - North Atlantic Treaty Organization

12 Oct. 201014 Oct. 2010

L’OTAN examine les aspects chimiques biologiques, radiologiques et nucléaires de la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’experts se sont réunis à Brno (République tchèque), du 12 au 14 octobre, afin d’examiner les aspects chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN) de la lutte contre le terrorisme. L’un des principaux objectifs de cette conférence était de mettre en commun les connaissances et les expériences des participants concernant les moyens CBRN qu’utilisent les terroristes, ainsi que les développements technologiques qui permettent de se protéger des substances CBR.

Les exposés présentés étaient consacrés aux formations qui sont proposées sur les agents chimiques actifs, aux centres de formation et aux produits tchèques de lutte contre les agents CBRN. Les participants ont également réfléchi à la réponse que peuvent apporter les militaires pour assurer la protection contre les attaques CBR et aux réactions en cas d’incidents terroristes, ainsi qu’aux possibilités de coopération entre civils et militaires.

L’ambassadeur Jacek Bylica, directeur du Centre OTAN de non-prolifération des armes de destruction massive (Division Défis de sécurité émergents), a fait un exposé sur les menaces actuelles et futures que posent l’acquisition et l’utilisation éventuelles par des terroristes d’armes de destruction massive et d’agents CBRN.

« La dissémination des armes de destruction massive et de leurs vecteurs, et la possibilité que des terroristes s’en procurent, sont les principales menaces auxquelles l’Alliance sera confrontée au cours des dix à quinze prochaines années, » a-t-il déclaré.

« La sûreté et la sécurité des agents CBRN existants ne sont pas toujours bien assurées dans de nombreuses régions du monde. Certains indices donnent à penser que des terroristes veulent s’en procurer à des fins malveillantes. »

Il a ajouté que l’OTAN pourrait renforcer ses moyens de lutte contre le terrorisme CBRN notamment en améliorant le partage du renseignement, l’échange d’informations et la coopération entre les organismes civils et militaires de l’OTAN, les pays de l’OTAN et les pays partenaires, et les organisations internationales.

On pourrait encore envisager la mise en place d’unités de défense CBRN très mobiles et des dispositions permettant de répondre plus rapidement aux demandes d’aide de pays confrontés à des menaces d’attentats ou aux conséquences d’attentats.

Cette conférence, organisée par le Centre d'excellence interarmées pour la défense chimique, biologique, radiologique et nucléaire (JCBRN) de l’OTAN, s’inscrit dans le cadre du programme de travail de l’OTAN pour la défense contre le terrorisme.

Inauguré en juillet 2007, ce centre d’excellence multinational donne des avis sur les questions ayant trait à la défense CBRN, il élabore des doctrines et des normes dans ce domaine en vue d’améliorer les capacités et l’interopérabilité, il organise des formations, tire des enseignements d’opérations, d’exercices et d’expériences, et en assure la diffusion.