Quinze années de partenariat spécifique entre l'OTAN et l'Ukraine

  • 09 Jul. 2012
  • |
  • Mis à jour le: 11 Jul. 2012 11:25

Il y a quinze ans, le 9 juillet 1997, était signée la Charte de partenariat spécifique entre l'OTAN et l'Ukraine. Elle définissait des domaines de consultation et de coopération et elle portait création de la Commission OTAN-Ukraine, qui était chargée de faire avancer les travaux. Depuis lors, le dialogue et la coopération pratique sont bien établis dans toute une série de domaines.

Au fil des ans, l'Ukraine a apporté une contribution précieuse aux opérations dirigées par l’OTAN. Elle est actuellement le seul pays partenaire qui contribue activement aux trois principales opérations en cours, à savoir celles menées par les forces de stabilisation au Kosovo et en Afghanistan, ainsi que l'opération Active Endeavour, axée sur la lutte contre le terrorisme en Méditerranée.

L'Ukraine s'est engagée à soutenir l'opération de lutte contre la piraterie menée par l'OTAN au large de la Corne de l'Afrique, sous la forme de navires qui devraient y être déployés en 2013. Elle est également le premier pays partenaire à contribuer à la Force de réaction de l'OTAN.

L'Ukraine a contribué à la mission OTAN de formation en Iraq, qui a pris fin en décembre 2011, et des forces ukrainiennes ont participé à la première mission de maintien de la paix dirigée par l'OTAN en Bosnie-Herzégovine.

Soutien aux réformes

Au-delà du soutien aux opérations, le soutien qu’apportent l’OTAN et différents pays alliés aux efforts de réforme engagés par l’Ukraine, en particulier dans les secteurs de la défense et de la sécurité, constitue un autre aspect important de ces relations. Ces réformes jouent un rôle primordial dans la transformation actuelle de la posture de sécurité de l’Ukraine et sont essentielles au développement démocratique du pays.

Le Groupe de travail conjoint sur la réforme de la défense, mis en place en 1998, pilote la coopération dans ce domaine. L’Ukraine a demandé le soutien de l’OTAN pour l’aider à transformer l’armée pléthorique d’appelés qu’elle avait héritée de la Guerre froide en une armée professionnelle, plus compacte et plus mobile. Une autre priorité a consisté à renforcer le contrôle démocratique et civil des forces armées et des institutions de sécurité ukrainiennes.

Un certain nombre de projets aboutissent à des avantages concrets. Environ 5 200 militaires dégagés des cadres ont bénéficié des programmes OTAN-Ukraine qui aident l’Ukraine à assurer la reconversion et la réinsertion des militaires dégagés des cadres en raison de la réduction progressive des effectifs des forces armées ukrainiennes. En outre, un projet faisant appel à un fonds d'affectation spéciale de 25 millions d'euros aide l'Ukraine à détruire en toute sécurité des stocks dangereux de munitions non utilisées et obsolètes.

L'OTAN et l'Ukraine ont toutes deux indiqué clairement qu'elles étaient déterminées à poursuivre leur collaboration. L'actuel gouvernement ukrainien a exprimé son intention de maintenir ce niveau élevé de coopération avec l'Alliance. Pour leur part, les chefs d'État et de gouvernement des pays de l'OTAN ont déclaré au sommet de Chicago que l'OTAN était prête à continuer de développer sa coopération avec l'Ukraine et d'apporter son aide à la mise en œuvre des réformes, dans le cadre de la Commission OTAN-Ukraine et du programme national annuel.

Attachement à la démocratie et à l'état de droit

À Chicago, les dirigeants des pays de l’Alliance ont souligné, en écho à un point essentiel de la charte de 1997, qu'"« une Ukraine indépendante, souveraine et stable, fermement attachée à la démocratie et à l'état de droit, est essentielle à la sécurité euro-atlantique ».

Ils ont salué l'engagement de l'Ukraine en faveur d'un renforcement du dialogue politique et de l'interopérabilité avec l'OTAN, ainsi que les contributions de ce pays aux opérations dirigées par l'OTAN.

Cependant, tout en prenant note des principes et engagements sur lesquels se fondent la charte et le programme national annuel de l'Ukraine avec l'OTAN, les dirigeants des pays de l’Alliance se sont dits préoccupés par l'état de droit en Ukraine et ont appelé le gouvernement à remédier aux lacunes actuelles de son système judiciaire. Ils ont également encouragé l'Ukraine à veiller à ce que les élections législatives de cet automne soient libres, régulières et inclusives.