La sécurité envisagée d’une manière totalement nouvelle, avec les Partenaires

  • 15 Feb. 2011
  • |
  • Mis à jour le: 18 Feb. 2011 10:22

Dans l’allocution qu’il a prononcée aujourd’hui au Qatar, à l’occasion d’une conférence réunissant des responsables des pays de l’Alliance et du Golfe, le secrétaire général délégué de l’OTAN, l’ambassadeur Claudio Bisogniero, a proposé d’envisager la sécurité d’une manière totalement nouvelle – en affrontant les menaces nouvelles aux côtés des partenaires, dans une approche multidimensionnelle.

NATO Permanent Representatives attending a workshop.

Il s’agissait de la quatrième conférence des ambassadeurs des pays de l’Initiative de coopération d’Istanbul, un partenariat qui a été mis en place en 2004 au sommet d’Istanbul et qui rassemble 28 pays d’Europe et d’Amérique du Nord ainsi que quatre pays du Golfe persique. Oman et l’Arabie ont participé avec un statut d’observateur.

Face aux menaces communes que sont le terrorisme et la piraterie, les cyberattaques et la prolifération des armes de destruction massive, ou la rupture des approvisionnements énergétiques, l’OTAN et ses partenaires du Golfe doivent travailler en liaison plus étroite. La sécurité de l’OTAN et celle de ses partenaires du Golfe sont plus que jamais inextricablement liées ; le secrétaire général délégué a donc proposé de redynamiser le partenariat conformément au nouveau concept stratégique approuvé au sommet de Lisbonne. Ce concept donne aux partenaires de plus grandes opportunités de consultation avec l’OTAN sur les enjeux de sécurité d’intérêt commun, ainsi qu’un choix plus large d’activités de coopération pratique. L’ambassadeur Bisogniero a cité parmi les domaines où existent des opportunités de consultation et, dans certains cas, de coopération volontariste, la sécurité énergétique, la sûreté maritime et la prolifération de la technologie des missiles et des armes de destruction massive.

Il a ajouté que l’OTAN retire de son expérience en Afghanistan la conviction profonde que la stabilité exige un engagement à long terme, qui, dans le cas présent, se prolongera bien au-delà du transfert de la responsabilité de la sécurité aux Afghans dans les mois et les années à venir. Dans le même ordre d’idées, il a indiqué que l’OTAN espère voir les pays du Golfe s’associer à cet engagement et fournir non seulement une assistance à la sécurité, mais aussi des investissements, un soutien au développement et des pistes diplomatiques pour la réconciliation politique.

Cette conférence est co-organisée par l’OTAN et par l’Etat du Qatar.