L’OTAN et la Russie prêtes à renforcer leur coopération pour lutter contre la piraterie

  • 27 Mar. 2012
  • |
  • Mis à jour le: 04 Apr. 2012 16:44

L’OTAN et la Russie sont convenues que la lutte contre la piraterie constitue un défi de sécurité commun, et elles ont décidé d’explorer les moyens de renforcer leur coopération dans ce domaine dans le cadre du Programme de travail du Conseil OTAN-Russie (COR) pour 2012. Faisant fond sur leur coopération militaire tactique limitée au large de la Corne de l’Afrique, elles cherchent à renforcer l’échange et la coordination des informations et envisagent les possibilités d’appui mutuel, en matière de ravitaillement en carburant et d’assistance médicale, par exemple, pour les navires participant à des opérations de lutte contre la piraterie.

“Nous intervenons tous dans la même zone, et une bonne coopération entre nos forces permettra une plus grande efficacité dans le maintien de la sécurité des couloirs de navigation ainsi que dans la compréhension mutuelle entre les unités de l’OTAN et de la Russie,” déclare le contre-amiral (LT) Sinan Azmi Tosun, actuel commandant de l’opération Ocean Shield de l'OTAN, chargée de la lutte contre la piraterie dans le golfe d’Aden.

Des navires de l’OTAN et de la Russie escortent des convois dans le couloir de transit international recommandé (IRTC), mis en place au début de 2009 pour contribuer à assurer la protection et la sécurité de la marine marchande dans le golfe d’Aden et la partie méridionale de la mer Rouge, une zone de navigation très fréquentée où se produisent de nombreuses attaques de pirates opérant à partir de la Somalie. Les moyens russes sont de temps à autre invités à participer, sur le plan tactique, aux côtés des navires des pays Alliés et des forces opérationnelles navales d’autres acteurs internationaux opérant dans la zone.

En janvier, le contre-amiral Tosun a effectué une visite à bord de l’Amiral Tributs, navire amiral du détachement de la flotte russe du Pacifique qui opère dans la zone, et qui escortait alors un convoi de navires de commerce à proximité de la zone sur laquelle patrouillait le TCG Giresun, navire amiral de l’OTAN. Il a eu un entretien constructif avec le commandant russe, le capitaine de vaisseau Ildar Ahmerov. Les deux parties ont partagé des informations sur leurs opérations de contre-piraterie et examiné les possibilités d’une formation destinée à améliorer l’interopérabilité entre les navires de l’OTAN et ceux de la Russie.

Action commune à la mer

L’échange d’informations tactiques à la mer, y compris du renseignement sur la localisation de pirates et de navires signalant des attaques, s’effectue à l’heure actuelle par une capacité de « clavardage » par l’intermédiaire d’Internet, désignée sous le nom de Mercury.

Les efforts visant à accroître l’efficacité des opérations et à développer l’interopérabilité à la mer ont démarré en 2011. On citera, à ce titre, le séminaire sur les enseignements tirés, tenu à Copenhague; la formation aux opérations d’interdiction maritime, pour les navires de la marine russe faisant route vers la Corne de l’Afrique, conduite au Centre OTAN d'entraînement aux opérations d'interdiction maritime de la baie de Souda, en Crète (Grèce); et un atelier sur la contre-piraterie destiné aux commandants opérationnels, organisé à Saint-Pétersbourg, en Russie.

Donnant suite aux propositions de renforcement de la coopération en matière de lutte contre la piraterie formulées par le Russie en septembre 2011, le COR a décidé d’explorer les possibilités d’appui mutuel en matière médicale et logistique pour les navires participant aux opérations, actuelles et futures.

Un premier exercice de ravitaillement en carburant à la mer a été organisé le 31 janvier 2012, avec la participation de navires russes et de navires de l’Alliance. Le but était de mieux comprendre les questions pratiques et techniques qu’il conviendrait d’aborder pour rendre possible la coopération sur le ravitaillement en carburant entre navires alliés et russes à l’appui de l’opération Ocean Shield.

Un défi de sécurité commun

La lutte contre la piraterie est l’un des principaux enjeux d’intérêt commun recensés au cours de la revue conjointe du COR sur les défis de sécurité communs du XXIe siècle, dont le rapport a été approuvé par les chefs d’État et de gouvernement au sommet de Lisbonne en novembre 2010. Une coopération limitée, au niveau tactique, s’est développée depuis la fin de 2008 entre les navires Alliés et les bâtiments russes.

C’est depuis décembre 2008 que l’OTAN participe aux efforts internationaux de lutte contre la piraterie au large de la Corne de l’Afrique. La mission de l’OTAN avait pour objectif initial d’escorter les navires affrétés par les Nations Unies et le Programme alimentaire mondial; la mission a été ensuite élargie à la protection de la navigation marchande dans le golfe d’Aden. L’OTAN collabore avec d’autres marines internationales pour améliorer la coopération et la coordination.

La Russie envoie aussi, depuis plusieurs années, des navires dans le golfe d’Aden pour protéger la navigation marchande, principalement en escortant les navires qui naviguent de la mer Rouge vers  l’océan Indien.