NATO - North Atlantic Treaty Organization

Opération de secours après le tremblement de terre au Pakistan

L'Alliance a acheminé par voie aérienne près de 3 500 tonnes de matériel d’urgence au Pakistan et déployé du personnel du génie, des unités médicales et du matériel spécialisé pour faciliter les opérations humanitaires suite au tremblement de terre dévastateur du 8 octobre 2005.

Le séisme survenu au Pakistan a fait quelque 80 000 morts et laissé près de 3 millions de personnes sans nourriture ni abri, juste avant le début du rigoureux hiver himalayen.

La mission s'est achevée à la date prévue, le 1er février 2006.

Mise en œuvre pratique de la mission de l'OTAN

Le 11 octobre, répondant à une demande du Pakistan, l’OTAN a lancé une opération pour contribuer à l’aide humanitaire d’urgence.

L'OTAN a acheminé par voie aérienne le matériel fourni par ses pays membres, les pays partenaires et le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés en mettant en place deux ponts aériens (l’un au départ de l'Allemagne, l’autre au départ de la Turquie).

Cent soixante-huit vols ont permis d'acheminer près de 3 500 tonnes de matériel de secours. Le matériel fourni comprenait les milliers de tentes, de réchauds et de couvertures nécessaires pour que les survivants se protègent du froid.

En outre, l'OTAN a déployé du personnel du génie et des unités médicales issus de la Force de réaction de l'OTAN pour appuyer les opérations d'aide. Les premières équipes sont arrivées sur place le 29 octobre.

En trois mois d'opération à peine, l'OTAN a obtenu le bilan suivant :

  • ses ponts aériens (168 vols) ont acheminé au Pakistan près de 3 500 tonnes d'aide (près de 18 000 tentes, de 505 000 couvertures et de 17 000 réchauds, plus de 31 500 matelas et de 49 800 sacs de couchage, ainsi que des tonnes de matériel médical) ;
  • l'hôpital de campagne a traité 4 890 patients et réalisé 160 opérations de chirurgie lourde. Les équipes médicales mobiles ont soigné un total de 3 424 patients dans les villages de montagne reculés ; elles ont également contribué de façon significative au programme d'immunisation de l'Organisation mondiale de la santé, qui a permis d'éviter l'apparition de maladies ;
  • dans les villes d'Arja et de Bagh, le personnel du génie a réparé près de 60 kilomètres de routes et évacué plus de 41 500 mètres cubes de débris, ce qui a permis de faire parvenir l'aide et l’assistance humanitaire aux habitants de la vallée et de rétablir les relations commerciales. Neuf écoles et structures de soins de santé ont été achevées et 13 écoles sous tente érigées. Le personnel du génie a distribué 267 mètres cubes d'eau potable et modernisé un réseau permanent d’entreposage et de distribution d'eau de source pouvant desservir jusqu'à 8 400 personnes par jour ;
  • dans le cadre de l'opération Winter Race, le personnel du génie a également aidé l'armée pakistanaise à construire 110 abris multifonctionnels pour les populations habitant dans les montagnes ;
  • les hélicoptères de l'OTAN ont transporté plus de 1 750 tonnes de matériels de secours vers des villages de montagne reculés et évacué plus de 7 650 victimes de la catastrophe ;
  • l'OTAN a établi un dépôt de carburant aviation à Abbottabad, qui a réalisé environ 1 000 ravitaillements d’hélicoptères civils et militaires.

Pendant la mission, environ 1 000 membres du génie avec leur personnel de soutien, ainsi que 200 personnels soignants, ont travaillé au Pakistan.

L'OTAN a participé à l’effort majeur mené pour apporter des secours au Pakistan. C’est l'armée pakistanaise qui a fourni l'essentiel de cet effort avec l'appui de l'Alliance, des Nations Unies et d'autres organisations internationales, ainsi que de plusieurs pays intervenant à titre individuel.

L'évolution de l'aide de l'OTAN

Le 10 octobre, le Pakistan a demandé à l'OTAN de l’aider à faire face aux conséquences du tremblement de terre survenu le 8 octobre.

Le lendemain, le Conseil de l'Atlantique Nord a approuvé le lancement d’une opération aérienne de grande ampleur destinée à acheminer au Pakistan le matériel fourni par les pays de l'OTAN et les pays partenaires.

Les débuts du pont aérien

Le pont aérien a commencé le 13 octobre et les premières livraisons ont été effectuées le 14 octobre.

Le 19 octobre, l'OTAN a ouvert un second pont aérien au départ d'Incirlik (Turquie) afin d'acheminer de grandes quantités de tentes, de couvertures et de réchauds fournis par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Déploiement du personnel du génie et du personnel médical

Le 21 octobre, en réponse à une nouvelle demande du Pakistan, l'OTAN a décidé de déployer dans ce pays du personnel du génie et du personnel médical de sa force de réaction (NRF) pour contribuer encore davantage aux opérations de secours.

Le 24 octobre, un quartier général OTAN a été déployé au Pakistan pour assurer la liaison avec les autorités pakistanaises et ouvrir la voie aux troupes arrivant sur le terrain.

Les premières troupes et les éléments précurseurs de l'équipe médicale sont arrivés le 29 octobre. Immédiatement des centaines de personnes ont pu être soignées.

Des équipes du génie sont arrivées ensuite et elles ont commencé à travailler dans les environs de Bagh, aux côtés des Pakistanais, à la réparation des routes et à la construction d'abris et d'installations médicales. Dans le cadre de l'opération Winter Race, le personnel du génie a également aidé l'armée pakistanaise à construire des abris multifonctionnels pour les populations habitant dans les montagnes.

Le 9 novembre, l'OTAN a ouvert un hôpital de campagne ultra-moderne d'une capacité de 60 lits, qui a permis de dispenser une large gamme de soins et notamment de réaliser des interventions chirurgicales délicates.

Ce même jour, les hélicoptères de transport lourd mis à la disposition de l'OTAN pour l'opération ont commencé leurs opérations d'évacuation des victimes et de distribution du matériel dans les villages de montagne reculés.

L'OTAN a également établi un dépôt de carburant aviation à Abbottabad, qui a servi au ravitaillement des hélicoptères tant civils que militaires, éléments essentiels des opérations de secours.

Autres demandes d'aide

Le 27 octobre, le secrétaire aux Affaires étrangères du Pakistan, M. Tariq Osman Hyder, est intervenu lors d'une réunion du Conseil de partenariat euro-atlantique tenue au siège de l'OTAN pour demander un complément d'aide.

Il a indiqué que cette aide pourrait prendre la forme d’un pont aérien continu, de fonds, de moyens logistique et de gestion de l'espace aérien, de citernes de carburant mobiles, de pièces détachées pour les hélicoptères et les aéronefs tactiques, de moyens de commandement et de contrôle, ainsi que de tentes et de sacs de couchage spéciaux pour l’hiver.

Ce même jour, le Centre euro-atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe de l'OTAN a reçu du HCR une demande urgente pour le transport vers le Pakistan d'un complément d'abris et d'équipements de secours avant la venue de l'hiver.

L'opération de secours de l'OTAN s'est achevée à la date prévue, le 1er février 2006 et, à cette date, l'ensemble des personnels a quitté la zone touchée, aux environs de Bagh.

Les participants

Cette brève opération de secours de l'OTAN s’est appuyée sur les cinq éléments suivants :

  1. la coordination des dons issus des pays de l'OTAN et des pays partenaires grâce au Centre euro-atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe (EADRCC) à Bruxelles ;
  2. les ponts aériens au départ de la Turquie et de l'Allemagne qui ont permis le transport de l'aide vers le Pakistan ;
  3. l’utilisation de cinq hélicoptères dans la zone touchée par le tremblement de terre pour évacuer les victimes et transporter le matériel vers les villages de montagne reculés ;
  4. le soutien médical apporté dans la zone de Bagh grâce à l’hôpital de campagne et aux équipes médicales mobiles ;
  5. le soutien du personnel de génie affecté dans la zone située aux environs de Bagh pour aider les autorités pakistanaises à réparer les routes et à construire des abris, des écoles et des installations médicales.

La composante terrestre de l'OTAN au Pakistan était dirigée par l’Espagne et basée à Arja. Elle comportait les éléments suivants :

  • un élément d'état-major à Arja ;
  • deux unités du génie léger basées dans la région de Bagh (une unité espagnole et une unité polonaise) ;
  • une unité italienne du génie dotée d’engins de construction de gros tonnage ;
  • une unité britannique du génie spécialisée dans les opérations de secours en haute altitude ;
  • une équipe multinationale de médecins qui a exploité l'hôpital de campagne de l'OTAN, et comprenant les personnels nécessaires pour assurer les soins ambulatoires et hospitaliers, ainsi que des équipes médicales mobiles qui ont opéré dans la zone de Bagh (dirigées par les forces terrestres des Pays-Bas et comprenant des personnels tchèques, français, portugais et britanniques) ;
  • quatre équipes spécialisées dans la purification d'eau (une équipe espagnole et trois lituaniennes) ;
  • deux équipes spécialisées dans la coopération civilo-militaire (une slovène et une française).

La composante aérienne de l'OTAN au Pakistan était issue du commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes de la France et comprenait les éléments suivants :

  • un détachement allemand d'hélicoptères ;
  • un hélicoptère de sauvetage luxembourgeois ;
  • une équipe française chargée de la manutention au sol ;
  • un dépôt de carburants exploité par une unité française et situé à Abbottabad.

L'état-major de l'OTAN au Pakistan était composé de personnels issus du Commandement interarmées de l'OTAN basé à Lisbonne auxquels sont venus s'ajouter des éléments du Grand Quartier général des Puissances alliées en Europe (SHAPE) de l'OTAN.

Au total environ 1 000 membres du génie et leur personnel de soutien, ainsi que 200 personnels soignants, ont travaillé au Pakistan pendant l'opération.

Mis à jour le: 25-Nov-2009 16:03

Multimédia