Communication et diplomatie publique

  • Mis à jour le: 07 Jul. 2016 10:31

L’OTAN, au travers de sa communication et de l'établissement de ses programmes, vise à mieux faire connaître et à mieux faire comprendre l’Alliance et les questions liées à celle-ci en vue, au final, d’accroître le soutien et la confiance dont elle bénéficie. Organisation intergouvernementale, elle compte également sur ses différents pays membres et leur gouvernement pour expliquer à leur opinion publique les politiques nationales de défense et de sécurité ainsi que leur rôle en tant que membres de l’Alliance.

View of the room

Points principaux

  • L’OTAN s'emploie à mieux faire comprendre tout ce qui touche à l’Alliance et à susciter le débat public, par des contacts directs (personnels ou en ligne) et en concertation permanente avec ses membres.
  • La Division Diplomatie publique (PDD), au siège de l’Organisation assure l’harmonisation de toutes les activités de diplomatie publique et la coordination des activités de communication à l’échelle de l’OTAN.
  • Les commandements militaires et l’État-major militaire international communiquent également sur les activités qui relèvent de leur responsabilité, conformément aux politiques OTAN agréées.
  • Les directives et les orientations générales concernant les initiatives de communication et d’information de l’OTAN sont données par le Conseil de l’Atlantique Nord, tandis que le secrétaire général est chargé des directives et des orientations spécifiques.

Pour en savoir plus

  • Rôle de la communication et de la diplomatie publique

    Les activités de communication de l’OTAN ont pour finalité générale de promouvoir le dialogue et la compréhension tout en sensibilisant le public aux questions de sécurité et en l’associant à un débat permanent sur celles-ci.

    Pour ce faire, l’Organisation entretient des contacts avec les médias et élabore des programmes de communication et de diplomatie publique à l’intention de groupes cibles tels que les relais d’opinion, les universitaires et les parlementaires, les jeunes et les milieux pédagogiques. Elle cherche à toucher des publics partout dans le monde via ses différentes plateformes et au travers de ses activités sur les réseaux sociaux. L’OTAN diffuse également des publications et met en œuvre des programmes et des activités avec des partenaires extérieurs, tout en apportant son soutien au secrétaire général dans son rôle de principal porte-parole de l’Alliance. 

    Cette volonté d’informer et de communiquer avec le public se trouve confortée par l’obligation qu’a l’OTAN de rendre des comptes aux gouvernements et aux contribuables qui la financent : c’est donc également dans un souci de transparence qu’elle explique ses politiques, ses activités et ses fonctions.

    Promotion de la coopération dans le domaine de la sécurité

    Favoriser le débat sur les questions liées à l’OTAN contribue à mieux faire connaître les objectifs et les buts de l’Alliance. Bon nombre des activités d’information que mène l’Organisation sont de nature interactive et prennent la forme d’un dialogue qui lui permet d’être à l’écoute de ses différents publics, de s’informer de leurs expériences, de leurs préoccupations et de leurs centres d’intérêt, et de répondre à leurs questions. À Moscou et à Kiev, par exemple, elle a ouvert des bureaux de l’information dans le but d’accroître la portée de ses activités d’information et d’interagir davantage avec le public. L’OTAN dispose en outre de points d’information dans d’autres pays partenaires, ainsi que d’ambassades dites « points de contact », mises à disposition par des pays de l’Alliance dans des pays partenaires afin de servir de relais auprès de la population locale.

    Types d’activités

    Aujourd’hui, l’Alliance utilise non seulement les organes d'information traditionnels, mais aussi les médias en ligne et la communication avec les internautes pour obtenir l’adhésion du public et le sensibiliser à l’évolution du rôle, des objectifs et des missions de l’OTAN. En d’autres termes, l’Alliance adopte une approche diversifiée et intégrée dans sa communication et ses contacts avec le grand public.

    Au fil du temps, l’OTAN a remanié ses politiques et ses programmes afin de répondre aux changements intervenus dans le contexte politique et de sécurité ainsi qu’aux innovations techniques qui ont un impact direct sur le travail de communication. Il en va de même pour ses services de communication, qui ont fait l’objet de multiples réformes et restructurations visant à les adapter aux différentes exigences d’un environnement informationnel et de sécurité en constante évolution.

     

  • Mécanismes de fonctionnement

    Le Conseil de l’Atlantique Nord et le secrétaire général de l’OTAN donnent l’orientation générale des programmes de communication et de diplomatie publique pour les dimensions civile et militaire de l’Alliance.

    Le Comité des représentants permanents adjoints (DPRC) définit les lignes directrices de la communication stratégique au nom du Conseil. Les comités spécialisés de l’OTAN donnent quant à eux des directives plus détaillées sur les divers sujets qu’ils traitent, lesquels peuvent aller des opérations à la stratégie maritime de l’Alliance.

    Le Comité de la diplomatie publique (CPD) joue le rôle d’organe consultatif auprès du Conseil de l’Atlantique Nord pour les questions relatives à la communication, aux médias et aux relations publiques. Il lui soumet des recommandations sur la manière de développer, dans l’opinion publique, la compréhension et le soutien en faveur des objectifs de l’Alliance.

    Au siège de l’OTAN, la Division Diplomatie publique (PDD), qui gère les programmes de communication et de diplomatie publique au sein du Secrétariat international, travaille en étroite collaboration avec l’État-major militaire international, et plus spécifiquement avec le conseiller en affaires publiques et en communication stratégique auprès du président du Comité militaire. La PDD collabore également avec les deux commandements stratégiques – le Commandement allié Opérations (ACO) et le Commandement allié Transformation (ACT) –, qui sont en charge de la communication relative aux opérations, aux exercices et aux autres activités relevant de leur responsabilité. L’interaction entre les dimensions civile et militaire de l’Alliance est un facteur clé pour la cohérence des activités de communication à l’échelle de l’OTAN.

  • Évolution des communications

    Les membres fondateurs de l’OTAN avaient bien compris l’importance que revêt l’information du public. Le 18 mai 1950, le Conseil de l’Atlantique Nord publiait une résolution dans laquelle il s’engageait à « développer et coordonner l’information de l’opinion publique sur les objectifs du Traité, tout en laissant à chaque pays la responsabilité des programmes nationaux dans ce domaine ». Dès août 1950, l’OTAN a mis en place un Service d’information de taille modeste, à la tête duquel un directeur a été nommé à l’automne de la même année. Ce service, comme le reste de l’organisation civile de l’Alliance, n’a reçu un budget qu’en juillet 1951. Il a pris toute son ampleur en 1952, avec la création d’un Secrétariat international dirigé par un secrétaire général (mars 1952) auquel il était initialement rattaché.

    C’est en 1953 qu’a été créé le Comité de l’information et des relations culturelles (devenu le Comité de la diplomatie publique). Dès lors, tous les mécanismes étaient en place pour permettre le développement de programmes de communication et d’information à part entière.

    En 1956, dans leur rapport, les Trois Sages ont souligné l’importance de la coopération non militaire et la nécessité d’accroître l’unité au sein de l’Alliance, et ont identifié la coopération en matière d’information comme étant l’un des domaines à approfondir : « Pour lui donner leur appui, les peuples des pays membres doivent connaître l’OTAN ». Ils ont formulé la recommandation suivante : « En fait, l’Organisation et ses membres devraient conjuguer leurs efforts pour mieux renseigner le public sur l’OTAN et la Communauté Atlantique et pour lui faire mieux comprendre celles-ci. »