Programmes de communication et d'information

  • Mis à jour le: 10 Dec. 2015 15:07

Dans une organisation intergouvernementale telle que l’OTAN, il appartient au gouvernement de chaque pays membre d’expliquer à son opinion publique la politique de défense et de sécurité qu’il mène au niveau national ainsi que le rôle du pays au sein de l’Alliance. Cet effort d’explication s’inscrit en complément des programmes mis au point par l’Organisation elle-même en vue de mieux faire connaître et de mieux faire comprendre l’Alliance et les questions liées à celle-ci et, au final, d’accroître le soutien et la confiance dont elle bénéficie.

View of the room

Points principaux

  • La responsabilité de mettre au point les programmes nationaux d’information publique incombe principalement aux pays membres, mais l’OTAN tente également de susciter le débat public et de mieux faire comprendre tout ce qui touche à l’Alliance.
  • Les programmes d’information et les communications de l’Organisation sont principalement mis en œuvre par la Division Diplomatie publique (PDD), qui veille également à l’harmonisation de toutes les activités de diplomatie publique et qui coordonne les activités de communication stratégique à l’échelle de l’OTAN.
  • Au siège de l’Organisation, un certain nombre d’acteurs tels que le secrétaire général, le président du Comité militaire et le Comité de la diplomatie publique naviguent dans l’environnement informationnel. Tout cela est géré par la PDD.
  • À l’ère de l’information, la PDD cherche à toucher le plus grand nombre, tant par des contacts directs qu’au moyen des technologies et des outils de communication modernes.
  • L’OTAN a reconnu très tôt l’importance de communiquer sur son rôle et ses activités : dès 1950, c’est-à-dire un an à peine après la création de l’Alliance.

Pour en savoir plus

  • Rôle des communications et de l’information du public

    Le 18 mai 1950, le Conseil de l’Atlantique Nord publiait une résolution dans laquelle il s’engageait à « développer et coordonner l’information de l’opinion publique sur les objectifs du Traité, tout en laissant à chaque pays la responsabilité des programmes nationaux dans ce domaine ». Le rapport des Trois Sages rappelait cette même approche quelques années plus tard, en 1956.

    En 2009, les chefs d’État et de gouvernement des pays de l’Alliance ont réaffirmé en ces termes les valeurs qui avaient inspiré les initiatives de communication des premiers jours : « Alors que l’OTAN s’adapte aux défis du XXIe siècle en cette année qui marque son 60e anniversaire, il est de plus en plus important de veiller à ce que l’Alliance communique de manière appropriée, souple, précise et en temps opportun sur l’évolution de ses rôles, objectifs et missions. La communication stratégique fait partie intégrante des efforts que l’Alliance déploie pour réaliser ses objectifs politiques et militaires. »

    Cette volonté d’informer et de communiquer avec le public se trouve confortée par l’obligation qu’a l’OTAN de rendre des comptes aux gouvernements et aux contribuables qui la financent : c’est donc également dans un souci de transparence qu’elle explique ses politiques, ses activités et ses fonctions.

    Les services d’information et de communication de l’OTAN

    Les programmes d’information et les communications de l’OTAN sont principalement mis en œuvre par la Division Diplomatie publique (PDD), qui veille également à l’harmonisation de toutes les activités de diplomatie publique et qui coordonne les campagnes de communication stratégique à l’échelle de l’Alliance. La communication stratégique vise à coordonner et à synchroniser un vaste éventail d’actions de communication civiles et militaires dans toute l’Organisation.

    L’objectif général est de promouvoir le dialogue et la compréhension tout en sensibilisant le public aux questions de sécurité et en l’associant à un débat permanent sur celles-ci.

    Pour ce faire, l’Organisation entretient des contacts avec les médias et élabore des programmes de communication et d’information à l’intention de groupes cibles tels que les relais d’opinion, les universitaires et les parlementaires, les jeunes et les milieux pédagogiques. Elle cherche à toucher des publics partout dans le monde via ses différentes plateformes, en particulier à travers son site web, sa chaîne NATOChannel et ses activités sur les réseaux sociaux. L’OTAN diffuse également des publications et met en œuvre des programmes et des activités avec des partenaires extérieurs, tout en apportant son soutien au secrétaire général dans son rôle de principal porte‑parole de l’Alliance.

    Promotion de la coopération dans le domaine de la sécurité

    Les programmes de communication et d’information favorisent le débat sur les questions liées à l’OTAN et contribuent à mieux faire connaître, dans les milieux universitaires, les objectifs et les buts de l’Organisation. Ils permettent également à l’Alliance de prendre connaissance des avis et des analyses du grand public et de certains groupes qui le composent. De nombreuses activités d’information sont de nature interactive, et l’OTAN peut ainsi être à l’écoute des publics auxquels elle s’adresse, s’informer de leurs expériences, de leurs préoccupations et de leurs centres d’intérêt, et répondre à leurs questions. Dans certains cas, l’OTAN est présente au niveau local, par exemple à travers ses bureaux de l’information de Moscou et de Kiev, ce qui lui permet d’accroître l’impact de ses activités d’information et d’interagir davantage avec le public. L’OTAN dispose également de points d’information dans d’autres pays partenaires ainsi que dans des ambassades appelées « points de contact », c’est-à-dire des ambassades de pays de l’OTAN dans des pays partenaires qui servent de relais entre le siège de l’OTAN à Bruxelles et le public dans ces pays.

    Types d’activités

    L’entrée dans l’ère de l’information, l’avènement des appareils nomades et la création de contenus par les utilisateurs ont engendré des changements majeurs qui impliquent un processus continu de réforme et de modernisation : les outils de communication se sont multipliés et ont maintenant la capacité de toucher des publics plus larges et plus diversifiés. Dans le même temps, il est de plus en plus nécessaire de communiquer instantanément, d’interagir directement et de partager l’information.

    Soucieuse de s’adapter au progrès technologique, à l’information en continu et à la popularité croissante des réseaux sociaux, l’Alliance utilise non seulement les médias traditionnels, mais aussi les médias en ligne sur Internet et la communication avec les internautes pour sensibiliser l’opinion publique à l’évolution du rôle, des objectifs et des missions de l’OTAN et obtenir son adhésion. En d’autres termes, l’Alliance adopte une approche diversifiée et intégrée dans sa communication et ses contacts avec le grand public.

  • Mécanismes de fonctionnement

    Le Conseil de l’Atlantique Nord et le secrétaire général de l’OTAN donnent l’orientation générale des programmes de communication et d’information pour les dimensions civile et militaire de l’Alliance.

    Dimension civile

    Le Comité des représentants permanents adjoints définit les lignes directrices de la communication stratégique au nom du Conseil. Les comités spécialisés de l’OTAN donnent quant à eux des directives plus détaillées sur les sujets qu’ils traitent, lesquels peuvent aller de la stratégie maritime de l’Alliance au soutien aux opérations.

    Le Comité de la diplomatie publique (CPD) joue le rôle d’organe consultatif auprès du Conseil de l’Atlantique Nord pour les questions relatives à la communication en général, en particulier avec les médias et l’opinion publique. Il formule des recommandations à l’intention du Conseil sur la manière de développer, dans l’opinion publique, la compréhension et le soutien en faveur des buts de l’OTAN. À cet égard, le CPD est chargé de la planification, de la mise en œuvre et de l’évaluation de la stratégie OTAN de diplomatie publique.

    Le CPD est constitué des représentants de tous les pays membres de l’OTAN et est présidé par le secrétaire général adjoint pour la diplomatie publique.

    Dimension militaire

    Les membres du Secrétariat international (SI) en charge des différents programmes de communication et d’information travaillent en étroite collaboration avec le conseiller en affaires publiques et en communication stratégique auprès du président du Comité militaire. Bien que rattaché administrativement à l’État-major militaire international (EMI), le bureau du conseiller travaille avec le SI pour faciliter cette coordination.

    Le Comité militaire et son président, en sa qualité de principal porte-parole militaire de l’Alliance, donnent également des directives concernant l’orientation des communications et des programmes d’information ; le commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR) et le commandant suprême allié Transformation (SACT) donnent pour leur part des directives concernant les activités de communication des commandements alliés, l’un pour le commandement allié Opérations et l’autre, pour le commandement allié Transformation.

  • Évolution des communications

    Les membres fondateurs de l’OTAN avaient bien compris l’importance que revêt l’information du public. Dès août 1950, l’OTAN a mis en place un Service d’information de taille modeste, à la tête duquel un directeur a été nommé à l’automne de la même année. Ce service, comme le reste de l’organisation civile de l’Alliance, n’a reçu un budget qu’en juillet 1951. Il a pris toute son ampleur en 1952, avec la création d’un Secrétariat international dirigé par un secrétaire général (mars 1952) auquel il était initialement rattaché.

    C’est en 1953 qu’a été créé le Comité de l’information et des relations culturelles (devenu le Comité de la diplomatie publique). Dès lors, tous les mécanismes étaient en place pour permettre le développement de programmes de communication et d’information à part entière.

    En 1956, dans leur rapport, les Trois Sages ont souligné l’importance de la coopération non militaire et la nécessité d’accroître l’unité au sein de l’Alliance, et ont identifié la coopération en matière d’information comme étant l’un des domaines à approfondir : « Pour lui donner leur appui, les peuples des pays membres doivent connaître l’OTAN ». Ils ont formulé la recommandation suivante : « En fait, l’Organisation et ses membres devraient conjuguer leurs efforts pour mieux renseigner le public sur l’OTAN et la Communauté Atlantique et pour lui faire mieux comprendre celles-ci. »

    Au fil du temps, les programmes ont été adaptés en fonction des changements intervenus dans le contexte politique et de sécurité ainsi que des innovations techniques qui ont un impact direct sur le travail de communication. Il en va de même pour le Service d’information, qui a fait l’objet de multiples réformes et restructurations visant à l’adapter aux différentes exigences d’un environnement informationnel et de sécurité en constante évolution.