NATO - North Atlantic Treaty Organization

Centres d'excellence

Turkish field hospital.

Les centres d'excellence sont des établissements à financement national ou multinational qui forment des responsables et des spécialistes de pays membres de l'OTAN ou de pays partenaires, qui contribuent à l’élaboration des doctrines, qui tirent les enseignements, qui améliorent l’interopérabilité et les capacités, et qui testent et valident les concepts par l’expérimentation. Ils offrent une expertise et une expérience reconnues, dont l’Alliance tire parti et qui viennent soutenir la transformation de l’OTAN, sans pour autant dupliquer les moyens, les ressources et les capacités déjà disponibles au sein de la structure de commandement de l'OTAN.

Placés sous la coordination du Commandement allié Transformation (ACT), basé à Norfolk (Virginie, États-Unis), les centres d'excellence sont considérés comme des organismes militaires internationaux. Bien qu'ils ne fassent pas partie de la structure de commandement de l'OTAN, ils s'intègrent dans un cadre plus large d’appui aux dispositions de commandement de l’OTAN. Conçus pour compléter les ressources dont dispose déjà l'Alliance, les centres d'excellence couvrent une large gamme de domaines, chacun de ceux-ci étant axé sur un champ d'expertise spécifique visant à renforcer les capacités de l’OTAN.

L’ACT assume la responsabilité globale des centres d’excellence et il est responsable de la création (en contribuant notamment à la préparation du dossier), de l’homologation et de l’évaluation périodique des centres. La création d'un centre d'excellence repose sur une procédure simple. Normalement, une fois prise la décision de créer un centre, le ou les pays concernés entament la phase d'élaboration du concept. Au cours de cette phase, le ou les pays « cadres » présentent à l’ACT un concept plus étoffé, lui indiquant notamment le domaine de spécialisation et le lieu d'implantation du centre et lui expliquant de quelle manière ce dernier contribuera à la transformation de l'OTAN.

Une fois le concept approuvé par l’ACT, le centre d'excellence et les pays de l'OTAN qui souhaitent prendre part aux activités de ce centre négocient deux mémorandums d'entente : un mémorandum fonctionnel, qui régira la relation entre le centre et l'Alliance, et un mémorandum opérationnel, qui régira la relation entre le centre et les pays participants. Lorsque les mémorandums d'entente ont été approuvés et signés par les pays participants, le centre d'excellence demande à l’ACT de l'homologuer.

L'Alliance ne finance pas les centres d'excellence. Ceux-ci bénéficient d'un financement national ou multinational, les pays « cadres », les pays « parrains » et les pays « contributeurs » prenant en charge leurs frais de fonctionnement. Vingt et un centres d'excellence soit ont obtenu l'homologation OTAN, soit sont en cours de création.

  • Le rôle des centres d'excellence

    Considérés comme des organismes militaires internationaux, les centres d’excellence ont pour objectif premier de contribuer à la transformation au sein de l'Alliance sans toutefois dupliquer les moyens, les ressources et les capacités déjà disponibles au sein de la structure de commandement de l'OTAN.

    Les centres d'excellence se spécialisent en général dans un domaine fonctionnel et jouent le rôle d'experts dans ce domaine. Ils transmettent leurs connaissances approfondies aux autres pays de l'OTAN grâce à l’organisation de formations, de conférences et de séminaires, à l’élaboration de concepts, de doctrines et d’enseignements tirés, ainsi qu’à la publication de divers documents.

    En plus d'offrir aux responsables et aux forces des pays de l'OTAN et des pays partenaires la possibilité d'améliorer leur formation, les centres d'excellence aident l'Alliance à développer l'interopérabilité et à augmenter les capacités, et ils contribuent à l'élaboration de doctrines et de normes, procèdent à des analyses, évaluent les enseignements tirés et mènent des activités d'expérimentation destinées à vérifier et à valider les concepts.

    Bien que l'OTAN ne finance pas directement les centres d'excellence et que ceux-ci ne fassent pas partie de sa structure de commandement, les centres d'excellence travaillent en parallèle avec l'Alliance. Bénéficiant d’un financement national ou multinational, ils font partie d’un réseau de soutien, encourageant l’échange d’informations en interne ou en externe au profit de l’Alliance. La responsabilité globale de la coordination et de l’utilisation des centres d’excellence au sein de l’OTAN incombe à l’ACT, en coordination avec le Commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR).

    On compte actuellement 21 centres d'excellence : 18 sont homologués par l'OTAN et trois autres sont en cours de création. La langue de travail des centres d'excellence est en général l'anglais.

  • Les mécanismes de fonctionnement

    Les différents types de participants

    Il existe trois types de participants : les pays « cadres », les pays « parrains » et les pays « contributeurs ». Le pays cadre est celui qui accepte de se charger de mettre au point le concept du centre d'excellence puis de le concrétiser. Il accepte également de mettre à disposition l'espace physique et le personnel nécessaires au fonctionnement du centre. Les pays « parrains » apportent une contribution financière et fournissent aussi du personnel, dont ils prennent en charge les salaires. Les pays « contributeurs » peuvent fournir un soutien financier ou tout autre service utile au fonctionnement du centre d'excellence.

    Homologation par l'OTAN

    Tous les centres d'excellence suivent une procédure bien précise pour obtenir l'homologation de l'OTAN. Le ou les pays cadres soumettent une proposition de création du centre, que le QG de l’ACT examine. Ensuite, ils développent cette proposition en coordination avec l’ACT, avant de proposer officiellement au commandant suprême allié Transformation (SACT) de créer le centre d'excellence. Si la proposition remplit les critères fixés, elle est acceptée officiellement par l’ACT.

    Ensuite, le ou les pays cadres finissent de développer le concept, préparent un mémorandum d'entente (MOU) opérationnel et présentent l'offre de centre d'excellence aux autres pays. Ceux qui souhaitent s'associer au centre d'excellence entament alors une négociation avant de souscrire aux termes du MOU. S'il ne disposait pas déjà de bâtiments, le centre est alors physiquement établi.

    Les pays cadres et les pays parrains doivent également coordonner la rédaction, la négociation et l'approbation d'un mémorandum d'entente fonctionnel avec le QG de l’ACT. Le centre d'excellence entre ensuite dans la phase d'homologation. Le QG de l’ACT définit des critères d'homologation, après quoi le ou les pays cadres sollicitent l'homologation du centre. Une équipe de l'ACT se rend alors dans le centre en question et l'évalue par rapport aux références définies pour lui sur la base des critères établis par le Comité militaire pour l’homologation des centres d’excellence.

    Tous les centres doivent servir de catalyseurs pour la transformation de l'OTAN et ouvrir leurs activités à l'ensemble des pays de l’Alliance. Les centres ne doivent pas dupliquer les capacités dont l’OTAN dispose déjà ni leur faire concurrence, mais doivent au contraire offrir une expertise qui n'est pas encore disponible au sein de l'Organisation. Ainsi, tous les centres d'excellence doivent disposer d'experts dans leur domaine de spécialisation. L’ACT réévalue périodiquement les centres d'excellence afin de s'assurer qu'ils continuent de répondre à ces critères et de mériter leur homologation OTAN. Enfin, le Comité militaire et le Conseil de l'Atlantique Nord doivent approuver l'homologation initiale du centre.

  • Les centres d'excellence homologués par l'OTAN

    Ce sont les suivants :

    • Centre d'analyse et de simulation pour la préparation aux opérations aériennes
    • Centre d'excellence pour la coopération civil-militaire
    • Centre d'excellence pour les opérations par temps froid
    • Centre d'excellence pour les opérations interarmées multinationales menées à partir de la mer
    • Centre d'excellence pour le soutien du commandement et du contrôle
    • Centre d'excellence pour la cyberdéfense en coopération
    • Centre d'excellence pour la lutte contre les engins explosifs improvisés
    • Centre d'excellence pour la défense contre le terrorisme
    • Centre d’excellence pour la sécurité énergétique
    • Centre d'excellence pour la neutralisation des explosifs et munitions
    • Centre d'excellence pour le renseignement humain
    • Centre de compétences en matière de puissance aérienne interarmées
    • Centre d'excellence interarmées pour la défense chimique, biologique, radiologique et nucléaire
    • Centre d'excellence pour le génie militaire
    • Centre d'excellence pour la médecine militaire
    • Centre d'excellence pour la modélisation et la simulation
    • Centre d'excellence pour la guerre des mines navale
    • Centre d'excellence pour les opérations en eaux confinées et peu profondes

    Centre d'analyse et de simulation pour la préparation aux opérations aériennes (CASPOA)

    Implanté à Lyon (France), le Centre d'analyse et de simulation pour la préparation aux opérations aériennes (CASPOA) est spécialisé dans le commandement et le contrôle des opérations aériennes interarmées multinationales. Le CASPOA organise aussi bien des exercices assistés par ordinateur (CAX) que des exercices de poste de commandement (CPX).

    Le CASPOA propose des formations sur des thèmes tels que le commandement et le contrôle (Air Operations Command and Control), les systèmes (Air Operations Systems) et les opérations spécifiques (Specific Air Operations). Il procède également à l'analyse des enseignements tirés des opérations réelles comme des exercices afin de contribuer à la formation du personnel et au perfectionnement des outils de simulation.

    Fondé en 1997, le CASPOA a sollicité, par l’intermédiaire de son pays cadre, la France, l’homologation OTAN en 2007 et il l’a obtenue en 2008.

    Centre d'excellence pour la coopération civil-militaire (CCOE)

    Implanté à Enschede (Pays-Bas), le Centre d'excellence pour la coopération civil-militaire (CCOE) a pour objet d'améliorer l'interaction et la coopération civil-militaires entre l'OTAN, les pays parrains et d'autres groupements militaires et civils en exploitant les compétences et l'expertise du personnel du centre.

    L'expérience et l'expertise du CCOE sont mises à la disposition des pays membres de l'OTAN, des pays parrains, des groupements militaires et civils ainsi que d'organisations internationales comme l'Union européenne, d'organisations non gouvernementales et d'institutions scientifiques.

    L'Allemagne et les Pays-Bas, pays cadres du CCOE, ont sollicité l’homologation OTAN en 2006. Ils l’ont obtenue en 2007.

    Centre d'excellence pour les opérations par temps froid (CW COE)

    Implanté à Bodø (Norvège), le Centre d'excellence pour les opérations par temps froid (CW COE) est spécialisé dans les opérations menées dans des conditions de froid extrême.

    Le CW COE œuvre également à l’instauration de relations avec d'autres établissements. Ainsi, il travaille avec le Centre d'excellence pour le combat en montagne, implanté en Slovénie, à l’élaboration d'un accord technique visant à cimenter un accord de coopération formel entre les deux centres.

    La Norvège, pays cadre du CW COE, a sollicité l'homologation OTAN en 2005. Elle l'a obtenue en 2007.

    Centre d'excellence pour les opérations interarmées multinationales menées à partir de la mer (CJOS COE)

    Implanté à Norfolk (Virginie, États-Unis), le Centre d'excellence pour les opérations interarmées multinationales menées à partir de la mer (CJOS COE) contribue à la transformation des capacités maritimes de l'OTAN en exploitant l'expertise et l'expérience du centre dans le domaine de la guerre interarmées. Son objectif principal est de contribuer à relever les défis de sécurité émergents à l'échelle mondiale en améliorant l'aptitude de l'OTAN et des pays parrains à mener des opérations interarmées multinationales à partir de la mer. Le CJOS COE conseille également l'Alliance sur la manière d'améliorer, au niveau multinational, la formation, l'entraînement, la doctrine et l'interopérabilité pour les opérations maritimes.

    Les États-Unis, pays cadre du CJOS COE, ont sollicité l'homologation OTAN en 2006 et l'ont obtenue au cours de cette même année.

    Centre d'excellence pour le soutien du commandement et du contrôle (C2 COE)

    Implanté à Ede (Pays-Bas), le Centre d'excellence pour le soutien du commandement et du contrôle (C2 COE) a pour objet principal d'améliorer l'interopérabilité interarmées et multinationale. Il propose différents séminaires, ateliers et conférences visant à disséminer les connaissances dans les pays membres de l'OTAN et les pays parrains.

    Le C2 COE s'attache également à contribuer aux exercices OTAN et aux processus d'évaluation, à aider le QG de l’ACT dans l'élaboration de ses orientations, de ses doctrines, de ses stratégies et de ses concepts, à offrir des formations C2 et NNEC, à étudier et valider par l'expérimentation et la simulation les concepts OTAN en rapport avec les C2, et à stabiliser et soutenir des relations axées sur les C2.

    Les Pays-Bas, pays cadre du C2 COE, ont sollicité l'homologation OTAN en 2007 et l’ont obtenue en 2008.

    Centre d'excellence pour la cyberdéfense en coopération (CCD COE)

    En 2007, une cyberattaque majeure visant les banques, le gouvernement, les ministères, les médias, la police et les services d'urgence en Estonie a mis en lumière l'importance de la cybersécurité. Pour répondre à ce besoin, plusieurs pays se sont regroupés afin de créer le Centre d'excellence pour la cyberdéfense en coopération (CDD COE). Implanté à Tallinn (Estonie), ce centre a pour mission de stimuler la coopération et la mise en commun des capacités et des informations entre les pays de l'OTAN dans le domaine de la cybersécurité.

    Pour ce faire, le CDD COE applique plusieurs stratégies, organisant notamment des exercices de cyberdéfense, des ateliers sur la législation et sur la politique à adopter, ainsi que des formations techniques et des conférences, afin de préparer les pays de l'OTAN et les pays parrains à la détection des cyberattaques et à la lutte contre celles-ci.

    Composé d'experts de plusieurs pays membres de l'OTAN, le CDD COE mène également des travaux de recherche et de formation dans plusieurs domaines de la guerre cybernétique.

    C'est en 2008 que l'Estonie, son pays cadre, a fondé le CDD COE. Le centre a obtenu l'homologation OTAN au cours de cette même année.

    Centre d'excellence pour la lutte contre les engins explosifs improvisés (CIED COE)

    Implanté à Madrid (Espagne), le Centre d'excellence pour la lutte contre les engins explosifs improvisés (CIED COE) a pour objectif de renforcer les capacités permettant de réduire et d'éliminer les menaces que représentent les engins explosifs improvisés (EEI), en proposant des formations multinationales aux experts de la lutte contre ces engins.

    Avec l’Espagne pour pays cadre, le CIED COE a obtenu l’homologation OTAN en 2010.

    Centre d'excellence pour la défense contre le terrorisme (DAT COE)

    Implanté à Ankara (Turquie), le Centre d'excellence pour la défense contre le terrorisme (DAT COE) met à disposition ses connaissances spécialisées sur la meilleure manière de se défendre contre le terrorisme. Il propose également des formations dans ce domaine, aide à l'élaboration de doctrines et contribue à l'amélioration des capacités de l'OTAN ainsi que de l'interopérabilité.

    En plus de publier deux fois par an la revue Defence Against Terrorism, le COE DAT organise des conférences, des ateliers, des symposiums et des cours de haut niveau sur le thème de la défense contre le terrorisme. Il est aussi régulièrement associé aux activités des groupes de travail de l'OTAN.

    Fondé en 2005 par la Turquie, son pays cadre, le DAT COE a obtenu l'homologation OTAN en 2006.

    Centre d’excellence pour la sécurité énergétique (ENSEC COE)

    Implanté à Vilnius (Lituanie), le Centre d’excellence pour la sécurité énergétique (ENSEC COE) a pour mission d’appuyer le processus de développement des capacités de l’OTAN, l’efficacité de la mission, et l’interopérabilité à court, moyen et long termes en mettant à disposition, en temps utile, des compétences spécialisées et approfondies sur tous les aspects de la sécurité énergétique.

    Fondé en juillet 2012 par la Lituanie, son pays cadre, l’ENSEC COE a obtenu l'homologation OTAN en octobre 2012.

    Centre d'excellence pour la neutralisation des explosifs et munitions (NEM COE)

    Implanté à Trenčín (Slovaquie), le Centre d'excellence pour la neutralisation des explosifs et munitions (NEM COE) met son expertise à la disposition des pays de l'OTAN et du Partenariat pour la paix.

    Comme les autres centres d'excellence, le NEM COE travaille avec l'OTAN dans les domaines de la normalisation, de l'élaboration des doctrines et de la validation des concepts. Il apporte son appui aux opérations de l'OTAN dans le domaine de la neutralisation des explosifs et munitions en améliorant l'interopérabilité et la coopération entre les pays membres de l'OTAN, les pays partenaires, les organisations internationales et la structure de commandement de l'OTAN.

    Fondé en 2007 par la Slovaquie, son pays cadre, le NEM COE a obtenu l’homologation OTAN le 28 avril 2011.

    Centre d'excellence pour le renseignement humain (HUMINT COE)

    Implanté à Oradea (Roumanie), le Centre d'excellence pour le renseignement humain (HUMINT COE) joue le rôle de centre de référence s’agissant de l’expertise en matière de renseignement humain.

    Comme les autres centres d’excellence, le HUMINT COE est actif dans le domaine de la formation, il offre son expertise aux organismes OTAN et aux commandements stratégiques, il améliore l’interopérabilité et la normalisation, il accroît les capacités et il contribue à l’élaboration de doctrines par l’expérimentation, la mise à l’épreuve et la validation.

    La Roumanie, son pays cadre, a sollicité l’homologation OTAN en 2010. Elle l’a obtenue la même année.

    Centre de compétences en matière de puissance aérienne interarmées (JAPCC)

    Implanté à Kalkar (Allemagne), le Centre de compétences en matière de puissance aérienne interarmées (JAPCC) entend améliorer la puissance aérienne et spatiale pour les opérations terrestres et maritimes de l'Alliance. Il s'attache en particulier à développer et à faire progresser de nouvelles idées pour le commandement, le contrôle et l'utilisation des moyens aériens de toutes les armées et il se charge de la mise en pratique de ces idées. Le JAPCC apporte également son soutien à l’ACT, à l'ACet aux pays parrains en proposant ses conseils et son expertise en matière de puissance aérienne et spatiale.

    L’Allemagne, son pays cadre, a sollicité l’homologation du JAPCC en 2004, et l’a obtenue en 2005.

    Centre d'excellence interarmées pour la défense chimique, biologique, radiologique et nucléaire (JCBRN COE)

    Implanté à Vyškov (République tchèque), le Centre d'excellence interarmées pour la défense chimique, biologique, radiologique et nucléaire (JCRBN COE) s'attache à élaborer des doctrines et des normes et à développer les connaissances dans le but d'améliorer l'interopérabilité et les capacités en matière de défense. Il propose également des formations, et il aide et conseille l'OTAN, les pays parrains et d'autres organisations et institutions internationales dans le domaine de la défense CBRN. En plus d'assurer le retour d'expérience, le JCBRN s'attache également à former et à homologuer la Force opérationnelle multinationale interarmées de la Force de réaction de l'OTAN.

    Fondé par la République tchèque, son pays cadre, le JCBRN COE a sollicité l'homologation OTAN en 2006 et l'a obtenue en 2007.

    Centre d'excellence pour le génie militaire (MILENG COE)

    Implanté à Ingolstadt (Allemagne), le Centre d'excellence pour le génie militaire (MILENG COE) met à disposition son expertise en matière de génie militaire interarmées et multinational aux fins d'une plus grande interopérabilité. Il apporte un soutien pour les exercices et les opérations, il élabore concepts et doctrines, et il joue le rôle de gestionnaire des connaissances dans le domaine du génie militaire. Comme les autres centres d'excellence, il organise des séminaires, des ateliers et des stages à des fins de formation et d'information.

    Fondé par l'Allemagne, le MILENG COE a sollicité l'homologation OTAN en 2008 et l'a obtenue en 2010.

    Centre d'excellence pour la médecine militaire (MILMED COE)

    Implanté à Budapest (Hongrie), le Centre d'excellence pour la médecine militaire vise à améliorer les compétences et les capacités médicales militaires grâce à l'interopérabilité et à la normalisation au niveau multinational. En tant que spécialiste de la médecine militaire, le centre met l'accent sur plusieurs domaines, notamment la formation et l'évaluation médicales, l'élaboration de normes et le retour d'expérience.

    S'agissant de la formation et de l'évaluation médicales, le MILMED COE s'attache à améliorer les capacités médicales et l'interopérabilité au niveau multinational. Pour parvenir à cet objectif, le centre propose des formations médicales grâce à une coordination avec l'École de l'OTAN. En plus de la mise en place des outils de certification nécessaires, le centre met également à la disposition de l'ACet des pays parrains des équipes de formation mobiles chargées d'aider au processus de certification pour les unités médicales multinationales déployables.

    Pour ce qui est de la normalisation, le MILMED COE se charge de contribuer à l'élaboration d'accords de normalisation dans le domaine médical qui traitent des exigences de formation et des procédures de certification à la fois au niveau de l'individu et de l'unité. Le MILMED COE contribue par ailleurs au retour d'expérience en recueillant et en analysant les informations et les données d'expérience et en formulant ensuite des recommandations.

    Fondé en mai 2009 par la Hongrie, son pays cadre, le MILMED COE a obtenu l'homologation OTAN la même année.

    Centre d'excellence pour la modélisation et la simulation (M&S COE)

    Implanté à Rome (Italie), dans le complexe militaire de Cecchignola (caserne AdrianDe Cicc), le Centre d'excellence pour la modélisation et la simulation (M&S COE) se concentre sur l'enseignement, la formation, la gestion des connaissances, le retour d'expérience, l'analyse, l'élaboration de concepts, l'expérimentation, l'élaboration de doctrines et l'amélioration de l'interopérabilité dans le domaine de la modélisation et de la simulation.

    En tant que spécialiste, le M&S COE joue le rôle de gestionnaire des connaissances pour la modélisation et la simulation. Il constitue et gère des bases de données partagées en rapport avec ce domaine. Il dispense également aide et conseils en matière d'échange de données et de connectivité.

    Le M&S COE, dont l’Italie est le pays cadre, a reçu l’homologation OTAN le 18 juillet 2012.

    Centre d'excellence pour la guerre des mines navale (CNW COE)

    Implantée à Ostende (Belgique), l'École de guerre des mines (EGUERMIN), devenue Centre d'excellence pour la guerre des mines navale (NMW COE), existe depuis 1965. En plus d'offrir au personnel naval des Pays-Bas et de la Belgique des formations sur la lutte contre les mines marines (NMCM), le CNW COE joue le rôle de conseiller technique auprès de l'AC, il apporte son aide aux commandements opérationnels de l'OTAN et il propose des stages destinés tant aux pays de l'OTAN qu'aux pays non OTAN, et notamment aux pays du partenariat pour la paix.

    La Belgique et les Pays-Bas, pays cadres du CNW COE, ont sollicité l’homologation OTAN en 2005. Ils l’ont obtenue en 2006.

    Centre d'excellence pour les opérations en eaux confinées et peu profondes (CSW COE)

    Implanté à Kiel (Allemagne), le Centre d'excellence pour les opérations en eaux confinées et peu profondes (CSW COE) a pour objectif d'aider l'Alliance à développer ses capacités de combat en eaux confinées et peu profondes.

    Comme les autres centres d'excellence, le CSW COE organise également des exposés, des ateliers et des stages, en plus de contribuer à l'élaboration de concepts et à la publication de documents.

    Fondé en 2008 par l’Allemagne, son pays cadre, le CSW COE a obtenu l'homologation OTAN en 2009.

  • Les centres d'excellence en cours de création

    Ce sont les suivants :

    • Centre d’excellence pour la gestion de crise en cas de catastrophe
    • Centre d'excellence pour la police militaire
    • Centre d'excellence pour le combat en montagne

    Centre d’excellence pour la gestion de crise en cas de catastrophe (CMDR COE)

    Avec une implantation prévue à Sofia (Bulgarie), le Centre d’excellence pour la gestion de crise en cas de catastrophe (CMDR COE) aura pour mission de constituer et de développer les capacités de l’OTAN et des pays membres en matière de gestion de crise en cas de catastrophes, en mettant par ailleurs à disposition des compétences spécialisées. Le CMDR COE est en cours de création.

    Centre d'excellence pour la police militaire (MP COE)

    Avec un projet d’implantation à Wrocław (Pologne), le Centre d’excellence pour la police militaire (MP COE) se lancera dans la négociation du mémorandum d’entente en 2011. Sa mission consiste à renforcer la capacité MP de l’OTAN en proposant son expertise pour tous les aspects des activités de police militaire, améliorant ainsi l’interopérabilité au sein de l’Alliance lors d’opérations de ce type.
    La Pologne, son pays cadre, n’a pas encore sollicité l’homologation du centre.

    Centre d'excellence pour le combat en montagne (MW COE)

    Implanté à Bohinjska Bela (Slovénie), le Centre d'excellence pour le combat en montagne (MW COE) a pour objectif de préparer tant des hommes que des unités aux opérations en terrain montagneux et autres terrains difficiles, ainsi que dans des conditions climatiques extrêmes.
    Le MW COE organisera également des conférences, des séminaires et des entretiens conduits par des experts sur le thème du combat en montagne afin de développer plus avant les doctrines et les concepts, de mener des projets de recherche et des expérimentations sur le thème du combat en montagne, d'établir des rapports sur les enseignements tirés afin de traduire ces connaissances dans la pratique, et de contribuer aux processus d'enseignement et de formation. Comme pour les autres centres d'excellence, le MW COE ne vise pas à dupliquer des capacités OTAN existantes mais à les renforcer et à les démultiplier.

    La participation aux activités du centre sera ouverte aux pays membres de l'OTAN, aux pays du partenariat pour la paix, aux pays prenant part à des programmes de partenariat approuvés par le Conseil de l'Atlantique Nord, aux organisations internationales, aux organisations non gouvernementales et aux universités, en plus du personnel du ministère de la défense de la République de Slovénie et des forces armées slovènes.

    En 2011, les forces armées slovènes commenceront par créer le MW COE en tant qu’unité multinationale. La Slovénie, son pays cadre, sollicitera ensuite l’homologation du centre, après 2015.

  • L'évolution des centres d'excellence

    La création de centres d'excellence remonte à la réorganisation de la structure de commandement militaire qui a fait suite au sommet de Prague de 2002. Après le sommet, le Commandement allié atlantique a été rebaptisé « Commandement allié Transformation » (ACT). L'ACT s'est vu confier la responsabilité de transformer l'Alliance en une organisation plus légère et plus efficiente.

    En particulier, l'ACT veille à ce que l'Alliance soit en mesure de faire face aux défis futurs en renforçant la formation, en procédant à des expérimentations visant à tester de nouveaux concepts et en promouvant l'interopérabilité au sein de l'Alliance. Conformément à cet objectif, l'ACT s'est servi de ses liens avec diverses institutions pour diriger la transformation de la structure, des forces, des capacités et de la doctrine militaires de l'Alliance.

    Les centres d'excellence ne font pas partie de la structure de commandement de l'OTAN et ils n'ont pas été créés par l'ACT. Ce sont des établissements implantés dans la zone euro‑atlantique dont l’expertise est reconnue par l'Alliance. L'ACT coordonne les relations que ces établissements entretiennent avec l'ACO.

    Le Centre de compétences en matière de puissance aérienne interarmées (Allemagne) et le Centre d'excellence pour la défense contre le terrorisme ont été les premiers à obtenir l'homologation OTAN, en 2005 et en 2006 respectivement. Depuis, le SACT a certifié 18 centres d'excellence, soit 17 en Europe et un en Amérique du Nord. Et trois autres centres en sont à la phase de négociation du MOU ou de développement du concept.