L'OTAN et l'Australie renforcent leur partenariat de sécurité

  • Mis à jour le: 18 Jun. 2012 17:07

Malgré la distance géographique qui les sépare, l'OTAN et l'Australie ont des valeurs et des défis de sécurité communs, et elles ont développé une importante coopération pratique dans de nombreux domaines au cours des dix dernières années. L'Australie est actuellement le principal pays non OTAN contributeur de troupes en Afghanistan et elle a promis de continuer à soutenir les forces de sécurité afghanes après que la mission de stabilisation dirigée par l'OTAN sera arrivée à son terme en 2014. Cette semaine, le secrétaire général de l'OTAN effectue une visite en Australie pour remercier le pays de son soutien à l'opération et pour discuter de la manière de développer davantage ce partenariat de sécurité.

Un dialogue de haut niveau se poursuit avec l'Australie depuis 2005. En mai dernier, le premier ministre australien, Mme Julia Gillard, a participé au sommet de l'OTAN à Chicago.

« L’Australie souhaite un partenariat à long terme avec l'OTAN. Nous avons une vision commune de la sécurité mondiale et une foi commune en la valeur de la coopération internationale pour assurer cette sécurité, » a-t-elle déclaré, avant d'ajouter : « Les menaces sécuritaires revêtant de plus en plus une dimension mondiale, l'instauration de partenariats mondiaux s'impose comme une évidence face à notre volonté de combattre ces menaces ». Elle a notamment insisté sur les défis actuels de la lutte contre le terrorisme, les cyberattaques et la piraterie.

Au cours de la visite qu'il effectue cette semaine en Australie, le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, signera avec le premier ministre Julia Gillard une déclaration politique conjointe engageant l'Australie et l'Alliance à renforcer leur partenariat dans des domaines d'intérêt mutuel.

Un engagement commun à l'égard de l'Afghanistan

Au sommet de Chicago, le premier ministre australien a participé à une importante réunion consacrée à la manière de sécuriser au mieux l'avenir de l'Afghanistan. Les dirigeants des 28 pays de l'OTAN et des 22 pays partenaires participant à la coalition de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) ont clairement exprimé leur engagement à long terme de continuer à soutenir les forces de sécurité nationales afghanes après que la mission de la FIAS sera arrivée à son terme en 2014.

Avec quelque 1 500 membres de ses forces de défense déployés, l'Australie est le principal pays non OTAN fournisseur de troupes à la FIAS. Depuis 2006, ce contingent est principalement déployé dans la province méridionale d’Uruzgan où il assure le soutien d'éléments de la FIAS, assume des tâches de formation et de mentorat, et travaille en partenariat avec différentes branches des forces de sécurité nationales afghanes (ANSF). Cette province a été jugée prête pour la transition vers la prise en charge de la sécurité par les Afghans en mai 2012. Les forces australiennes, qui ont récemment succédé aux forces américaines au commandement de la brigade multinationale à Uruzgan, auront la responsabilité de mener à bien ce processus.

À Chicago, le premier ministre a confirmé la contribution future de l'Australie à la mission qui sera dirigée par l'OTAN pour l'après-2014 et qui aura pour but de former, de conseiller et d'aider les ANSF. Outre cette action de formation, l'Australie a promis de verser 100 millions de dollars des États-Unis par an, de 2015 à 2017, pour aider au maintien en puissance des forces de sécurité afghanes. En marge du sommet, l'Australie a également signé un accord de partenariat à long terme avec l'Afghanistan.

Lors d'une conférence de presse à Chicago, le premier ministre a souligné les raisons de l'engagement de l'Australie, aux côtés de l'OTAN, en faveur de la stabilisation de l'Afghanistan : « Que ce soit le 11-Septembre ou les attentats de Bali, nous pouvons bel et bien remonter la piste des connexions et faire le lien entre les vies australiennes perdues et les camps d'entraînement terroristes en Afghanistan. Il est donc clairement dans l'intérêt de notre pays de ne plus tolérer que l'Afghanistan soit un sanctuaire pour les terroristes. »

Un partenaire de sécurité apprécié

La coopération entre l'OTAN et l’Australie va au-delà de l'Afghanistan et des contributions fournies antérieurement par ce pays aux opérations dirigées par l’OTAN en ex-Yougoslavie. En 2010, l'Australie a contribué à un fonds d'affectation spéciale pour l'élimination des munitions explosives non explosées à Saloglu, en Azerbaïdjan. Par ailleurs, la marine australienne coopère actuellement avec la force opérationnelle de l'OTAN chargée de la lutte contre la piraterie, pour combattre ce fléau au large des côtes somaliennes dans le cadre de l'opération Ocean Shield.

La coopération s'exerce aussi dans d'autres domaines, notamment la lutte contre le terrorisme, la recherche et la technologie, et les initiatives de non-prolifération. Des membres des forces de défense australiennes participent en outre à un certain nombre d’activités OTAN, dont plusieurs exercices militaires.

Dans ce contexte, Julia Gillard a également été invitée à participer à une réunion spéciale, pendant le sommet de l'OTAN à Chicago, entre les dirigeants des 28 pays de l'OTAN et de 13 partenaires mondiaux.

Cette réunion a offert une occasion unique d'examiner les enseignements tirés de cette coopération et de procéder à des échanges de vues sur les défis de sécurité communs. Les pays invités ont fait savoir qu'ils étaient prêts à coopérer dans de nouveaux domaines, notamment la cyberdéfense et la sécurité énergétique, et à s'engager davantage dans des entraînements et des exercices en commun.

Finalement, les Alliés et l'Australie sont des partenaires naturels à l'heure des défis de sécurité mondiaux. Ils sont déterminés à sauvegarder la liberté et la sécurité de leurs citoyens. Ils partagent les valeurs que sont la liberté individuelle, la démocratie, les droits de l'homme et l'état de droit – et ils sont animés par la même volonté de défendre ces valeurs.