Afghanistan : un cœur de marbre

  • 06 Jul. 2012
  • |
  • Mis à jour le: 13 Jul. 2012 13:05

Ces dix dernières années, l'OTAN et la communauté internationale se sont employées à améliorer la sécurité et la stabilité en Afghanistan. Grâce à l'instauration de conditions meilleures, les opportunités commerciales se sont multipliées pour les Afghans, et l'économie du pays se développe. L'exportation de marbre est un des nouveaux secteurs qui contribuent à cette croissance. Selon des experts de l'industrie minière, l'Afghanistan possède pour 700 millions de dollars de gisements de marbre inexploités.

Adam Doost travaille dans l'industrie du marbre de l'Afghanistan depuis 2006. En six ans, dit-il, 32 usines se sont ouvertes dans la province d'Herat, créant près de 4 000 emplois.

Le marbre produit à Herat est principalement vendu sur le marché national ou au Pakistan, mais il commence aussi à se faire un nom à l'étranger.

« Nos clients sont l'Italie, l'Inde, la Chine, le Turkménistan et la Turquie », déclare Adam Doost.

Le marbre afghan a souvent été comparé au sublime marbre blanc italien de Carrare et a suscité un vif intérêt chez les acheteurs italiens durant l'année écoulée.

Dans ce secteur, comme dans beaucoup d'autres en Afghanistan, le manque de sécurité et les mauvaises infrastructures de transport empêchent les entreprises afghanes d'être compétitives. Les Afghans préfèrent donc acheter du marbre iranien ou pakistanais, vendu beaucoup moins cher.

Les marchands de marbre déclarent que le gouvernement afghan devrait favoriser les produits nationaux en mettant à disposition les installations réclamées par les négociants afghans mais aussi en réduisant les redevances que les carrières de marbre sont tenues de payer.

« Tout est plus cher en Afghanistan : l'électricité, la main-d'œuvre. La production est faible et c'est la raison pour laquelle le marbre afghan est plus cher que le marbre pakistanais », affirme Shafiq Ahmad, propriétaire d'un magasin de marbre dans le bazar de Kaboul.

Les entrepreneurs afghans de la filière du marbre restent convaincus que les investissements étrangers permettront bientôt de faire de leur industrie une des plus lucratives d'Afghanistan.

« Le marbre, c'est un marché mondial », déclare Shafiq Ahmad. Et d'ajouter : « Nous n'utilisons que du marbre afghan, le meilleur du monde ».