NATO - North Atlantic Treaty Organization

Les relations entre l’OTAN et la République kirghize

Joint press point between the President of the Kyrgyz Republic, Mr. Almazbek Atambayev (left) and NATO Secretary General Anders Fogh Rasmussen (right)

Le Kirghizistan coopère avec l’OTAN dans le cadre du Partenariat pour la paix et du Conseil de partenariat euro-atlantique. L’OTAN et le Kirghizistan ont mis en place une coopération pratique dans de nombreux domaines afin de renforcer la sécurité régionale et mondiale. Le programme de partenariat individuel (IPP) présente les activités de coopération entre l’OTAN et le Kirghizistan.

  • Cadre de la coopération

    Le dialogue entre l’OTAN et le Kirghizistan s’inscrit dans le cadre du Conseil de partenariat euro-atlantique (CPEA). Le représentant spécial du secrétaire général de l’OTAN pour le Caucase et l'Asie centrale, M. James Appathurai, maintient un dialogue politique de haut niveau avec les autorités kirghizes. L’agent de liaison de l’OTAN pour l’Asie centrale se rend lui aussi régulièrement à Bichkek, où il fait le point sur les questions de coopération avec le gouvernement.

    L'OTAN et le Kirghizistan développent une coopération pratique dans plusieurs domaines via le programme individuel de partenariat et de coopération (IPCP) du pays, approuvé conjointement chaque année. Les domaines clés de la coopération sont la sécurité et le maintien de la paix, notamment la lutte contre le terrorisme et la sécurité aux frontières, ainsi que la gestion de crise et les plans civils d'urgence.

    Le Kirghizistan participe depuis 2007 au processus de planification et d'examen du PPP (PARP) afin de coopérer plus étroitement avec les Alliés à des initiatives portant sur l’interopérabilité militaire et la planification de défense, dont les buts ont été définis sur la base d’un ensemble d'objectifs de Partenariat adaptés.

    Il devrait participer à la réunion en configuration élargie portant sur la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) ‑ dirigée par l’OTAN en Afghanistan – prévue au sommet de l’OTAN à Chicago, en mai 2012.

  • Domaines clés de la coopération

    La coopération dans le domaine de la sécurité

    Le Kirghizistan participe à de nombreux exercices du PPP. Le gouvernement kirghize a recensé un certain nombre d’unités disponibles pour des opérations et des exercices de formation OTAN/PPP. La participation à ces activités nécessite dans chaque cas une décision gouvernementale. Ces unités comprennent une compagnie d’infanterie, un peloton spécial de la garde nationale pour la formation à la lutte antiterroriste et au maintien de la paix, ainsi qu'une compagnie de gardes-frontière.

    Par ailleurs, l’OTAN et le Kirghizistan élaborent actuellement un accord sur le transit de surface (ferroviaire et routier) de marchandises FIAS à travers le territoire de la République kirghize.

    La réforme du secteur de la défense et de la sécurité

    En concertation avec les Alliés, le Kirghizistan a entrepris de réformer ses forces armées. Le PARP, auquel il a adhéré en 2007, permet au gouvernement kirghize d’obtenir une aide supplémentaire pour l'élaboration des plans et activités de réforme. Ces réformes devraient également permettre au Kirghizistan d’être mieux à même de prendre part à des opérations de maintien de la paix aux côtés des forces de l’OTAN.

    Le Kirghizistan s’emploie à renforcer ses capacités de recherche et de sauvetage en montagne, ainsi que ses structures militaires de commandement et de contrôle. L’instruction militaire joue un rôle dans ces processus, et la coopération dans ce secteur couvre un large éventail de domaines, parmi lesquels la formation linguistique, la formation et l’entraînement à la recherche et au sauvetage, la sécurité et le contrôle des frontières, le droit des conflits armés et les droits de l’homme.

    Le Kirghizistan participe également à un programme soutenu par l’OTAN pour la reconversion du personnel militaire dégagé des cadres. L’objectif de ce programme est d’atténuer les conséquences socio-économiques de la restructuration des forces armées du pays en facilitant le retour des anciens militaires sur le marché de l’emploi civil.

    Les plans civils d'urgence

    Les plans civils d'urgence constituent pour le Kirghizistan un domaine de coopération clé. Le pays travaille avec les Alliés en vue d'améliorer sa capacité de répondre efficacement aux catastrophes naturelles et aux situations d’urgence. Il s’intéresse tout particulièrement à la coopération scientifique et technique dans ce domaine et aux mécanismes mis en place par le Centre euro-atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe (EADRCC).

    Le Kirghizistan a envoyé des experts participer aux séminaires spécialisés organisés par l’École de l’OTAN d’Oberammergau ainsi qu’aux débats organisés au siège de l’OTAN sur le thème des plans civils d’urgence.

    La science et l’environnement

    Des scientifiques kirghizes ont reçu des subventions dans différents domaines d’étude relevant du programme OTAN pour la science au service de la paix et de la sécurité (SPS).

    Des scientifiques kirghizes travaillent aux côtés d’experts belges, russes et slovaques sur un projet de prévention des catastrophes liées aux barrages résultant de glissements de terrain dans le Tien Chan, région montagneuse de la République kirghize sujette à d’importants tremblements de terre et exposée à des glissements de terrain.

    En outre, des scientifiques kirghizes, britanniques, italiens et ouzbeks travaillent depuis quelque temps sur un projet visant à augmenter la sécurité géo-environnementale dans la région de la centrale hydroélectrique de Toktogoul. Des chercheurs de la République kirghize réfléchissent également aux moyens de gérer les déchets industriels issus de l’exploitation de l’uranium, le but étant d’empêcher ceux-ci d’avoir des effets nocifs sur la santé des populations locales et sur l’environnement.

    Le Kirghizistan participe par ailleurs au projet « Route de la soie virtuelle », qui a pour objectif de faciliter l’accès à l’Internet d’universitaires et de chercheurs des pays du Caucase et d’Asie centrale grâce à un réseau satellitaire.

    En septembre 2008, des ressortissants du Kirghizistan ont participé à un cours de haut niveau sur le concept et les paramètres de l’utilisation de la force dans la lutte contre le terrorisme. En mai 2010, des scientifiques et des ingénieurs du Kirghizistan ont participé, aux côtés de ceux d’autres pays de la Communauté des États indépendants (CEI), à un programme scientifique de l’OTAN visant à les former à la sécurisation des cyberréseaux. Cette formation avait pour objectif premier de renforcer les réseaux informatiques des communautés universitaires et scientifiques de toute la région. Au total, les scientifiques et les experts de la République kirghize ont joué un rôle de chef de file pour 49 activités menées au titre du programme SPS.

    L’information du public

    Le Kirghizistan et l’OTAN continuent de travailler ensemble pour faire mieux comprendre l’OTAN et les avantages de la coopération à l’opinion publique. Cela se fait dans le cadre de différents axes de travail, y compris de visites au siège de l’OTAN, d’ateliers internationaux tenus au Kirghizistan et de visioconférences entre l’OTAN et les établissements universitaires kirghizes.

    Des travaux sont en cours pour établir et développer des réseaux avec des universités, des organisations non gouvernementales, la presse et les médias afin de mieux faire comprendre la nature de l’Alliance et la sécurité euro-atlantique en général. À cet effet, le Kirghizistan a accueilli en novembre 2007, à Bichkek, le forum euro-atlantique de la jeunesse.

    L’OTAN soutient les activités de formation aux questions de sécurité et de défense et collabore avec le pays pour améliorer l’accès du public aux documents concernant l’OTAN et la sécurité. À cet effet, l’OTAN et le Kirghizistan ont ouvert à l'académie diplomatique de Bichkek, en février 2009, une bibliothèque dépositaire des publications de l'OTAN.

    Dans chaque pays partenaire, l’ambassade d’un pays de l’OTAN joue le rôle de point de contact et sert d’intermédiaire pour la diffusion d’informations sur le rôle et les politiques de l’Alliance. Actuellement, l’ambassade point de contact au Kirghizistan est l’ambassade d’Allemagne.

  • Évolution des relations

    En 1992, le Kirghizistan est devenu membre du Conseil de coopération nord-atlantique (rebaptisé en 1997 « Conseil de partenariat euro-atlantique »). En 1994, il a adhéré au Partenariat pour la paix afin de travailler aux côtés des Alliés dans des domaines de convergence des objectifs bilatéraux. Depuis son adhésion au PPP, le Kirghizistan a participé à plusieurs exercices du PPP, notamment ceux axés sur le commandement et le contrôle, les plans civils d’urgence et la coopération civilo-militaire.

    Les grandes étapes

    1992

    Le Kirghizistan devient membre du Conseil de coopération nord-atlantique, rebaptisé en 1997 « Conseil de partenariat euro‑atlantique » (CPEA).

    1994

    Le Kirghizistan adhère au Partenariat pour la paix.

    2000

    Le secrétaire général de l'OTAN effectue une visite au Kirghizistan .

    2003

    Le Kirghizistan est connecté à la « Route de la soie virtuelle ».

    2004

    Le secrétaire général de l'OTAN effectue une visite au Kirghizistan .

    2006

    Les Alliés apportent une aide au Kirghizistan par le biais de l’EADRCC alors que d’abondantes chutes de neige provoquent des dégâts importants dans le sud du pays.

    2007

    Le Kirghizistan s’associe au processus de planification et d'examen du PPP (PARP).

    Le Kirghizistan accueille en novembre, à Bichkek, le forum euro-atlantique de la jeunesse.

    2008

    Le Kirghizistan accueille à Bichkek un stage de formation parrainé par le programme pour la science au service de la paix et de la sécurité intitulé « L’utilisation de la force dans la lutte contre le terrorisme ».

    2009

    La bibliothèque dépositaire des publications de l'OTAN ouvre à l'académie diplomatique de Bichkek.
    Le Kirghizistan lance officiellement à Bichkek un programme soutenu par l’OTAN pour la reconversion du personnel militaire dégagé des cadres.

    2011

    En février, la présidente du Kirghizistan, Roza Otunbayeva, se rend au siège de l’OTAN.
    En mai, le nouveau secrétaire général adjoint délégué (SGAD) pour les affaires politiques et la politique de sécurité et représentant spécial de l’OTAN pour l’Asie centrale, James Appathurai, se rend au Kirghizistan, en Ouzbékistan et au Kazakhstan afin de débattre des questions de sécurité régionale et de l’expansion des programmes de coopération pratique.

Mis à jour le: 15-Nov-2010 14:42

Publications

Les Partenaires en Asie centrale 11 Dec. 2007 Brochure traitant des relations de l'OTAN et de la coopération pratique avec le Kazakhstan, la République kirghize, le Tadjikistan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan. 

Digithèque