Le secrétaire général de l’OTAN appelle au resserrement des liens avec l'Australie

  • Mis à jour le: 18 Jun. 2012 16:58

L'Australie et l'OTAN doivent resserrer leurs liens en matière de sécurité pour affronter les défis sécuritaires communs dans les années à venir, a déclaré le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, dans un discours prononcé devant le Club de la presse australienne.

Mercredi (13 juin), au début de sa visite de trois jours en Australie, le secrétaire général a rappelé que, malgré la distance géographique qui la sépare des pays de l'OTAN, l'Australie partage avec eux de nombreuses valeurs communes, ce qui fait d'elle un partenaire naturel. « Nous sommes peut-être fort éloignés géographiquement, mais nous sommes partenaires en matière de sécurité », a déclaré le secrétaire général. « Les défis communs auxquels nous sommes confrontés ne font que nous rapprocher davantage. »

L'Australie et l'OTAN doivent faire face à des défis de sécurité de plus en plus complexes et imprévisibles, a-t-il ajouté, citant le terrorisme, les cyberattaques et la piraterie comme exemples de risques sécuritaires mondiaux auxquels sont confrontées l'OTAN comme l'Australie. « La géographie et l'éloignement ne suffisent plus à nous protéger. Aucun pays ni continent n'est à l'abri des défis planétaires – ni en mesure de les relever seul » a-t-il déclaré. « Ainsi, la coopération entre l'OTAN et l'Australie n'est pas aussi étrange qu'il n'y parait à première vue. Elle est même parfaitement logique. Parce que nous sommes sur la même ligne, et sur une seule ligne, lorsqu'il s'agit de sécurité. » Pour Fogh Rasmussen, l'Australie et l'OTAN ont le même engagement en faveur de la liberté, de la démocratie et des droits de l'homme et « le même courage de se battre pour ces valeurs. » Le secrétaire général a insisté sur le ferme engagement de l'Australie dans la mission de la FIAS en Afghanistan, où elle est l'un des dix principaux pays contributeurs de troupes. Il a expliqué que sa visite à Canberra et à Sydney était surtout motivée par sa volonté d'exprimer à l'Australie la gratitude et les remerciements de l'OTAN pour la contribution vitale du pays à cette mission. L'Australie compte actuellement 1 500 hommes déployés en Afghanistan.

Le secrétaire général a déclaré que l'OTAN se réjouissait à la perspective de travailler plus étroitement avec l'Australie, non seulement dans le cadre de leur coopération en Afghanistan, mais également dans d'autres domaines comme celui du développement des capacités militaires, y compris la formation, l'entraînement et les exercices en commun. « Je vois notamment des possibilités de renforcer la coopération entre nos forces spéciales et j'ai la conviction que notre coopération devrait également englober la sûreté maritime et la cybersécurité, » a-t-il ajouté. « De cette manière, nous pourrons tirer parti de nos expériences respectives, partager les meilleures pratiques, établir des normes communes, et renforcer mutuellement notre action au bénéfice de tous. »

La question du resserrement de la coopération devrait être au centre des entretiens que le secrétaire général aura avec le premier ministre, Julia Gillard, et le ministre de la Défense, Stephen Smith, pendant sa visite en Australie.

Ce séjour sera également l'occasion pour le secrétaire général de déposer une gerbe au pied du mémorial australien de la guerre, en hommage aux forces armées australiennes, et de rencontrer des étudiants universitaires pour un débat sur des questions de sécurité.